Prière à sainte Colette pour demander la grâce de la fertilité

COUPLE, LOVE ; PRAYER
Jennifer White Maxwell/Shutterstock

L’Eglise fête sainte Colette le 6 mars. Religieuse franciscaine dont la naissance était inespérée, elle est priée par de nombreux couples en espérance d’enfant.

Colette voit le jour le 13 janvier 1381, à Corbie, près d’Amiens, en Picardie. Une naissance inespérée dans la mesure où sa mère était âgée de plus de 60 ans. Ses parents la nomment Nicolette, attribuant le miracle de sa naissance aux nombreuses prières qu’ils avaient adressées à saint Nicolas, patron des enfants. Voilà pourquoi les couples en espérance d’enfants sont invités à se tourner vers elle.

Deux lieux de pèlerinage lui sont dédiés : le monastère des Clarisses de Poligny, dans le Jura, fondé en 1415 par sainte Colette et où repose le corps de la sainte. Il accueille traditionnellement les pèlerins au mois de juillet. A Paris, la paroisse Sainte-Colette des Buttes-Chaumont a été reconnue comme lieu de pèlerinage en 2008 par Mgr André Vingt-Trois pour les couples hypofertiles. L’évêque souhaitait que cette paroisse soit un « foyer de prière » pour « demander la fertilité » au Seigneur par l’intercession de sainte Colette. La paroisse abrite ses reliques, et une messe pour les couples en espérance d’enfant a lieu chaque premier dimanche de chaque mois. Cette prière est dite à cette occasion.

Seigneur, notre paroisse veut te prier, par l’intercession de sainte Colette, pour les femmes de ce temps qui souhaitent donner naissance à un enfant. À plusieurs reprises, tu as permis que des couples soient exaucés ici, dans notre paroisse, ou à Poligny au monastère où repose le corps de sainte Colette. Vers toi nous nous tournons, espérant que tu donneras la joie de la fertilité à ceux et celles qui se tournent vers toi, dans cette intention. Nous te prions avec toutes celles et ceux qui, dans le diocèse de Paris et plus loin encore, vivent dans l’attente de ta grâce. Que le moment venu ils sachent te remercier toi, le Père de toute création. Par Jésus-Christ notre Seigneur.

Source: ALETEIA, le 5 mars 2021

06.03.2021 – SAINTE DU JOUR

Sainte Colette
Vierge, réformatrice des Clarisses 
(1380-1447)

Colette est née à Corbie, en Picardie. Ses parents se désolaient de ne pas avoir d’enfants ; ils prièrent saint Nicolas. Lorsqu’ils reçurent cette petite fille, ils lui donnèrent le nom du saint protecteur : Nicole, en diminutif familier Colette.

Orpheline à dix-huit ans, elle obtint du père Abbé d’un monastère voisin, la possibilité d’entrer chez les béguines d’Amiens malgré son âge. Elle n’y reste qu’un an jugeant leur vie trop douce. Même déception chez les bénédictines, puis chez les clarisses. Son père spirituel est franciscain et comprend son désir d’austérité. Il la fait entrer dans le Tiers-Ordre de Saint François comme recluse à Corbie.

Mais elle se sent appelée à plus de pauvreté encore et, pour cela, elle veut réformer le Second Ordre de saint François, les clarisses. C’est pourquoi elle obtient de rencontrer le pape Benoît XIII qui réside alors en Avignon. Ce pape était un « antipape d’Avignon » du Grand Schisme qui déchirait alors l’Occident. Mais son sens spirituel était réel et profond. Il reçoit la profession religieuse de sainte Colette dans la règle de Sainte Claire et la nomme abbesse de tous les monastères qu’elle sera amenée à fonder ou réformer. Si Colette s’adressa à Benoît XIII, c’est que, dans l’incertitude sur l’obédience à laquelle il fallait se rattacher, elle suivit la France entière, qui avait reconnu le pape d’Avignon ; mais dès les décisions connues du concile de Pise, elle fit ratifier par Alexandre V, l’élu du concile, les faveurs reçues précédemment de Benoît XIII.

Colette vient alors en Franche-Comté et réforme en premier lieu le monastère de Besançon puis bien d’autres en Savoie, Artois, Allemagne et Belgique. Elle mourra à Gand et son corps sera, par la suite, transporté à Poligny dans le Jura.

Sainte Colette de Corbie priez pour nous !