25.09.2022 – SAINT DU JOUR

Saint Nicolas de Flüe, patron de la Suisse

Le 25 septembre : Saint Nicolas de Flüe

Saint Nicolas de Flüe (1417 – 1487)

Cet herbager du centre de la Suisse, du canton d’Unterwald, eut une grande influence dans les cantons de langue germanique qui ont été à la naissance de la Confédération helvétique. Malgré son penchant pour la méditation solitaire, il ne suivit pas immédiatement ce qui était sa vocation première. Il épousa une femme courageuse, Dorothée Wiss, qui lui donna cinq filles et cinq fils. Il tenait sa place dans la vie politique du canton comme conseiller, mais aussi comme officier dans l’armée. Mais ce bon père de famille, cet homme d’un grand civisme, se retire dans un lieu solitaire pour prier chaque fois qu’il le peut. A cinquante ans, n’y tenant plus, il se laisse happer par la contemplation. Il demande à sa femme et à ses grands enfants l’autorisation de se consacrer entièrement à Dieu. Permission accordée qui devrait mériter à Dorothée aussi la reconnaissance de l’Église pour l’héroïcité de ses vertus. Nicolas s’enfonce dans la prière. Les visions mystiques deviennent de plus en plus nombreuses. Son jeûne est absolu, scrupuleusement vérifié par des espions de l’évêque du lieu. Curieusement, plus il s’isole, plus il influence la politique de son pays. On vient lui demander conseil, il dicte ses recommandations, toujours en faveur de la paix et de la concorde. Et c’est ainsi qu’il sauva sa patrie en 1471, lors de l’invasion de Charles le Téméraire, duc de Bourgogne qui voulait l’annexer et, en 1481, quand il rédigea en une nuit une constitution qui empêcha Unterwald de quitter les autres cantons, au risque de la désagrégation de la confédération.

Prière

« Grand Dieu, notre Maître et Seigneur, que Ta divine Volonté, toujours Sainte et Sanctifiante, s’accomplisse parfaitement en moi, dans la richesse comme dans la pauvreté, dans l’épreuve comme dans la prospérité ou l’adversité, dans la vie comme dans la mort. 

Ô Dieu bon, ce sera comme Tu le veux ; je conforme mon être et ma volonté à Tes divines décisions, épreuves ou châtiments. 

Ô Père, que Ta Volonté soit faite et non la mienne. Amen. »

25.09.2022 – SAINT DU JOUR

Saint Nicolas de Flüe, patron de la Suisse

Le 25 septembre : Saint Nicolas de Flüe

Saint Nicolas de Flüe (1417 – 1487)

Cet herbager du centre de la Suisse, du canton d’Unterwald, eut une grande influence dans les cantons de langue germanique qui ont été à la naissance de la Confédération helvétique. Malgré son penchant pour la méditation solitaire, il ne suivit pas immédiatement ce qui était sa vocation première. Il épousa une femme courageuse, Dorothée Wiss, qui lui donna cinq filles et cinq fils. Il tenait sa place dans la vie politique du canton comme conseiller, mais aussi comme officier dans l’armée. Mais ce bon père de famille, cet homme d’un grand civisme, se retire dans un lieu solitaire pour prier chaque fois qu’il le peut. A cinquante ans, n’y tenant plus, il se laisse happer par la contemplation. Il demande à sa femme et à ses grands enfants l’autorisation de se consacrer entièrement à Dieu. Permission accordée qui devrait mériter à Dorothée aussi la reconnaissance de l’Église pour l’héroïcité de ses vertus. Nicolas s’enfonce dans la prière. Les visions mystiques deviennent de plus en plus nombreuses. Son jeûne est absolu, scrupuleusement vérifié par des espions de l’évêque du lieu. Curieusement, plus il s’isole, plus il influence la politique de son pays. On vient lui demander conseil, il dicte ses recommandations, toujours en faveur de la paix et de la concorde. Et c’est ainsi qu’il sauva sa patrie en 1471, lors de l’invasion de Charles le Téméraire, duc de Bourgogne qui voulait l’annexer et, en 1481, quand il rédigea en une nuit une constitution qui empêcha Unterwald de quitter les autres cantons, au risque de la désagrégation de la confédération.

Prière

« Grand Dieu, notre Maître et Seigneur, que Ta divine Volonté, toujours Sainte et Sanctifiante, s’accomplisse parfaitement en moi, dans la richesse comme dans la pauvreté, dans l’épreuve comme dans la prospérité ou l’adversité, dans la vie comme dans la mort. 

Ô Dieu bon, ce sera comme Tu le veux ; je conforme mon être et ma volonté à Tes divines décisions, épreuves ou châtiments. 

Ô Père, que Ta Volonté soit faite et non la mienne. Amen. »

25.09.2022 – SAINT DU JOUR

Saint Firmin
Évêque d’Amiens et martyr
(IVe siècle)

Le père et la mère de saint Firmin, qui étaient des plus riches et des plus considérables de la ville de Pampelune, en Espagne, au IVe siècle, furent convertis à la foi par saint Honestus, prêtre de Toulouse et disciple de saint Saturnin. Convaincus que de la première éducation dépend ordinairement le reste de la vie, ils mirent leur fils entre les mains de ce saint ecclésiastique, qui l’instruisit et le prit pour compagnon de ses courses apostoliques. 

Prêtre à vingt-quatre ans, Firmin eut tant de succès dans ses prédications, que saint Honorat, successeur de saint Saturnin à Toulouse, l’ordonna évêque, pour évangéliser les païens. L’évêque missionnaire parcourut les Gaules, évangélisa Agen, Clermont, Angers, Beauvais, essuyant plusieurs fois la persécution, battu de verges, chargé de chaînes dans les cachots.

Amiens fut la dernière et la plus glorieuse étape de l’apôtre, qui y fixa son siège. Dès les premiers jours, le sénateur Faustinien fut converti avec toute sa famille. Firmin joignait aux charmes de son éloquence le témoignage invincible d’une multitude de miracles. Un jour, c’est un homme borgne qui en est l’objet ; le lendemain, ce sont deux lépreux ; puis des aveugles, des boiteux, des sourds, des muets, des paralytiques, des possédés du démon. Peu de temps après son arrivée, les temples de Jupiter et de Mercure furent complètement déserts. Firmin eut la tête tranchée.

Saint Firmin priez pour nous !