Nigeria : libération du père Elijah Juma Wada

© STR / AFP – Maiduguri porte les stigmates des attentats commis par Boko Haram.

Nigeria : libération du père Elijah Juma Wada

Le père Elijah Juma Wada a été libéré, a-t-on appris ce vendredi 9 juillet. La nouvelle survient plus d’une semaine après son enlèvement dans l’est du Nigeria.

Le père Elijah Juma Wada est de nouveau un homme libre. L’information a été confirmée à Aleteia par l’Aide à l’Église en détresse (AED). Selon ces mêmes informations, le prêtre nigérian est en bonne santé. Des précisions devraient arriver dans les prochains jours. 
Le père Elijah Juma Wada avait été enlevé mercredi 30 juin à Maiduguri. La ville est désormais tristement célèbre pour avoir vu naître le groupe terroriste Boko Haram.

L’abbé avait pris la route pour rallier l’état voisin de Yobe. Là, il aurait dû célébrer les dix ans de sacerdoce d’un frère prêtre. Mais des ravisseurs l’ont empêché de poursuivre son chemin. Cette région de l’est nigérian souffre comme l’ensemble du pays de la recrudescence des rapts. Ceux-ci visent indistinctement écoliers et religieux.

Source: ALETEIA, le 9 juillet 2021

NIGERIA – Confirmation de l’enlèvement d’un prêtre à Maiduguri

NIGERIA – Confirmation de l’enlèvement d’un prêtre à Maiduguri

« Nous prions pour la libération du Père Elijah Juma Wada, nous savons qu’il est vivant et nous avons l’espoir d’une issue positive de cette triste histoire.

Pour le moment, je ne peux pas en ajouter davantage, pour des raisons évidentes », déclare à l’Agence Fides son Exc. Mgr Oliver Dashe Doeme, Evêque de Maiduguri, confirmant le kidnapping d’Elijah Juma Wada, qui a été enlevé le 30 juin sur la route entre Damboa et Maiduguri.


Le prêtre, qui officie dans la paroisse de Buma à Shani, se rendait à Damaturu pour une messe d’action de grâce à l’occasion du 10e anniversaire d’un de ses amis, le père Yakubu Inda Philibus.

Les ravisseurs sont soupçonnés d’appartenir à Bolo Haram, le groupe islamiste fondé à Maiduguri en 2009, mais qui s’est divisé ces dernières années en plusieurs factions, dont l’une a proclamé son adhésion à l’État islamique.

Outre les enlèvements commis par des groupes terroristes, il existe également des enlèvements à des fins d’extorsion, qui sont devenus un fléau endémique au Nigeria. Les prêtres et les religieuses souffrent également, bien que la Conférence épiscopale nigériane ait interdit depuis des années le paiement de rançons.

Source: Agence Fides, le 6/7/2021)