Le Pape à Sainte-Marthe : que le travail ne manque à personne

Le Pape à Sainte-Marthe : que le travail ne manque à personne 

Lors de la messe à Sainte-Marthe, François, en la mémoire de saint Joseph Travailleur, a prié pour tous les travailleurs afin qu’ils soient justement payés, qu’ils aient un travail digne et qu’ils jouissent de la beauté du repos. 

Vatican News

François a présidé la messe en la Maison Sainte-Marthe en ce 1er mai, jour où l’Église rappelle la mémoire de saint Joseph travailleur. À cette occasion, une statue de saint Joseph artisan a été placée dans la chapelle dédiée à l’Esprit Saint par les Acli, les Associations chrétiennes des travailleurs italiens. Dans son introduction, le Pape a adressé ses pensées au monde du travail : «aujourd’hui, fête de saint Joseph travailleur, et fête aussi des travailleurs, prions pour tous les travailleurs. Pour tous. Pour que le travail ne manque à personne et que tous soient justement payés et puissent jouir de la dignité du travail et de la beauté du repos.»

Dans son homélie, le Pape a commenté le passage de la Genèse (Gn 1, 26 – 2, 3) dans lequel la création de l’homme à l’image et à la ressemblance de Dieu est décrite. «Le septième jour, Dieu avait achevé l’œuvre qu’il avait faite. Il se reposa, le septième jour, de toute l’œuvre qu’il avait faite.»

«Dieu, a affirmé François, livre son activité, son travail, à l’homme, pour qu’il collabore avec Lui. Le travail humain est la vocation reçue de Dieu et rend l’homme semblable à Dieu parce qu’avec le travail l’homme est capable de créer. Le travail donne de la dignité. Une dignité si piétinée dans l’histoire. Aujourd’hui encore, il y a beaucoup d’esclaves, des esclaves du travail pour survivre : travail forcé, mal payé, avec une dignité bafouée. La dignité des gens est enlevée. Là aussi, cela arrive, avec les travailleurs journaliers au salaire minimum, avec la bonne qui n’est pas payée au juste montant et qui n’a pas la sécurité sociale et la pension. C’est ce qui se passe ici : c’est le piétinement de la dignité humaine. Toute injustice faite au travailleur est une atteinte à la dignité humaine. Aujourd’hui, nous nous joignons aux nombreux croyants et non-croyants qui célèbrent cette journée du travailleur pour ceux qui luttent pour la justice au travail.»

Le Pape a prié pour ces bons entrepreneurs qui ne veulent pas licencier les gens, qui gardent les travailleurs comme s’ils étaient des enfants, et il a prié saint Joseph de nous aider à lutter pour la dignité du travail, afin qu’il y ait du travail pour tous et un travail digne.

Traduction de l’homélie selon notre transcription 

«Dieu créa. Un créateur. Il a créé le monde, il a créé l’homme et a donné à l’homme une mission : gérer, travailler, poursuivre la création. Et le mot « travail » est ce que la Bible utilise pour décrire cette activité de Dieu : « Dieu avait achevé l’œuvre qu’il avait faite. Il se reposa, le septième jour, de toute l’œuvre qu’il avait faite », et Il a donné cette activité à l’homme : « Tu dois faire ceci, veiller à cela, à cet autre, tu dois travailler à créer avec moi ce monde – c’est comme s’Il l’avait dit – afin qu’il puisse continuer. À tel point que l’œuvre n’est que la continuation de l’œuvre de Dieu : le travail humain est la vocation de l’homme reçue de Dieu pour la création de l’univers.

Et c’est le travail qui rend l’homme semblable à Dieu, parce qu’avec le travail l’homme est un créateur, il est capable de créer, de créer beaucoup de choses, même de créer une famille pour continuer. L’homme est un créateur et crée avec le travail. C’est sa vocation. Et il est dit dans la Bible que « Et Dieu vit tout ce qu’il avait fait ; et voici : cela était très bon.” C’est-à-dire que le travail a en lui une bonté et crée l’harmonie des choses – la beauté, la bonté – et implique l’homme dans tout : dans sa pensée, dans son action, dans tout. L’homme est impliqué dans le travail. C’est la première vocation de l’homme : travailler. Et cela donne de la dignité à l’homme. La dignité qui le fait ressembler à Dieu. La dignité du travail.

Une fois, dans une Caritas, à un homme qui n’avait pas de travail et qui est allé à la Caritas pour chercher quelque chose pour sa famille, un employé de la Caritas a dit : « Au moins, vous pouvez ramener du pain à la maison » – « Mais cela ne me suffit pas, ce n’est pas assez », a-t-il répondu : « Je veux gagner du pain pour le ramener à la maison ». Il lui manquait la dignité, la dignité de « faire » le pain lui-même, avec son travail, et de le ramener chez lui. La dignité du travail, qui est malheureusement tellement bafouée. Dans l’histoire, nous avons vu la brutalité qu’ils ont exercée sur les esclaves : ils les ont amenés d’Afrique en Amérique – je pense à cette histoire qui touche ma terre – et nous disons « quelle barbarie » … Mais même aujourd’hui, il y a tant d’esclaves, tant d’hommes et de femmes qui ne sont pas libres de travailler : ils sont obligés de travailler, de survivre, rien de plus. Ce sont des esclaves : des travaux forcés … ce sont des travaux forcés, injustes, mal payés et qui amènent l’homme à vivre avec une dignité bafouée. Il y en a beaucoup, beaucoup dans le monde. Beaucoup. Il y a quelques mois, nous avons lu dans les journaux, dans ce pays d’Asie, comment un homme avait matraqué à mort un de ses employés qui gagnait moins d’un demi-dollar par jour, parce qu’il avait fait quelque chose de mal. L’esclavage d’aujourd’hui est notre « indignité » car il nous enlève la dignité des hommes, des femmes et de nous tous. « Non, je travaille, j’ai ma dignité » : oui, mais tes frères, non. « Oui, père, c’est vrai, mais ça, comme c’est si loin, j’ai du mal à le comprendre. « Mais ici, dans notre maison… » : « Ici aussi, dans notre maison. Ici, avec nous. Pensez aux travailleurs, aux journaliers que vous faites travailler pour un salaire minimum et non pas huit, mais douze, quatorze heures par jour : cela se passe aujourd’hui, ici. Partout dans le monde, mais aussi ici. Pensez à la bonne qui n’a pas un salaire équitable, qui n’a pas d’assurance sociale, qui n’a pas de retraite. Toute injustice faite à une personne qui travaille est une atteinte à la dignité humaine, et même à la dignité de ce que fait l’injustice : vous abaissez le niveau et vous vous retrouvez dans cette tension de dictateur-esclave. Au contraire, la vocation que Dieu nous donne est si belle : créer, recréer, travailler. Mais cela ne peut se faire que lorsque les conditions sont bonnes et que la dignité de la personne est respectée.

Aujourd’hui, nous nous joignons à de nombreux hommes et femmes, croyants et non-croyants, qui commémorent aujourd’hui la Journée des travailleurs, la Journée du travail, pour ceux qui luttent pour la justice au travail, pour ceux – de bons hommes d’affaires – qui accomplissent leur travail avec justice, même s’ils nous perdent. Il y a deux mois, j’ai entendu un entrepreneur au téléphone, ici en Italie, me demander de prier pour lui parce qu’il ne voulait virer personne, et il m’a dit : « Parce que virer l’un d’eux, c’est me virer moi-même. Cette conscience de nombreux bons entrepreneurs, qui gardent les travailleurs comme s’ils étaient des enfants. Prions pour eux aussi. Et nous demandons à saint Joseph – avec cette belle icône et les outils à la main – de nous aider à lutter pour la dignité du travail, afin qu’il y ait du travail pour tous et que ce travail soit digne. Pas de travail d’esclave. Que ce soit une prière aujourd’hui.»

Le Pape a terminé la messe par un temps d’adoration puis la bénédiction eucharistique, invitant aussi à la communion spirituelle.

Voici la prière récitée par le Pape:

«À tes pieds, ô mon Jésus, je me prosterne et je t’offre le repentir de mon cœur contrit qui s’abandonne dans son néant et en ta sainte présence. Je t’adore dans le sacrement de ton amour, l’ineffable Eucharistie. Je désire te recevoir dans la pauvre demeure que mon cœur t’offre ; en attendant le bonheur de la communion sacramentelle, je veux te posséder en esprit. Viens à moi, ô mon Jésus, que je vienne à Toi. Que ton amour enflamme tout mon être pour la vie et la mort. Je crois en Toi, j’espère en Toi, je T’aime.»

Avant que le Saint-Père ne quitte la chapelle dédiée à l’Esprit-Saint, l’antienne mariale de ce temps pascal, Regina Coeli, a été entonnée:

 «Regína caeli laetáre, allelúia.

Quia quem merúisti portáre, allelúia

.Resurréxit, sicut dixit, allelúia.

Ora pro nobis Deum, allelúia».

Source: Vaticannews, le 1er mai 2020