Croix des JMJ et l’icône de Marie en Espagne, en Angola et en Pologne

La croix des JMJ © L'Osservatore Romano

La Croix Des JMJ © L’Osservatore Romano

Croix des JMJ et l’icône de Marie en Espagne, en Angola et en Pologne

Et dans 21 diocèses du Portugal

En préparation de la JMJ de Lisbonne en août 2023, les symboles des JMJ – la Croix de l’Année sainte 1983 et l’icône de Marie – seront en pèlerinage à travers les 21 diocèses du Portugal, annoncent les organisateurs.

La croix du pèlerin et l’icône de Marie Salus Populi Romani iront également en pèlerinage en Angola entre le 8 juillet et le 15 août 2021, et en Espagne entre septembre et octobre 2021, ainsi qu’en Pologne.

En Espagne, l’itinéraire touchera une cinquantaine de villes, pour encourager les jeunes à participer aux Journées Mondiales de la Jeunesse de Lisbonne.

La Croix des JMJ arrivera à la frontière avec l’Espagne le dimanche 5 septembre à midi. Spécifiquement à la paroisse de María Auxiliadora de Fuentes de Oñoro, dans le diocèse de Ciudad Rodrigo, où une cérémonie d’accueil aura lieu, ave cune marche jusqu’à Ciudad Rodrigo.

Des arrêts d’une journée sont prévus dans les petites villes, et entre deux et quatre jours dans des métropoles comme Madrid et Barcelone, Séville ou Valence, et enfin un voyage aux îles Canaries.

Et le 29 octobre, la clôture du pèlerinage de la Croix des JMJ touchera Ayamonte, dans le diocèse de Huelva, où une Eucharistie aura lieu à 18h30, à 19h30 l’acte d’adieu et à 20h30 les symboles de la JMJ franchiront à nouveau la frontière par le fleuve Guadiana.

Dans les mois qui précèdent chaque JMJ, les symboles de la JMJ, confiés aux jeunes du monde par saint Jean-Paul II, partent en pèlerinage pour annoncer l’Évangile et accompagner les jeunes.

Le 22 novembre 2020, lors de la messe de la solennité du Christ-Roi présidée par le pape François en la basilique Saint-Pierre de Rome, une délégation de jeunes du Portugal a reçu les symboles des Journées mondiales de la jeunesse des jeunes de Panama, la ville qui a accueilli les dernières JMJ.

La croix du pèlerin

D’une hauteur de 3,8 mètres, la Croix du Pèlerin (construite pour l’Année Sainte en 1983) a été confiée par Jean-Paul II aux jeunes du monde le dimanche des Rameaux 1984. Depuis lors, la Croix du Pèlerin a fait un pèlerinage sur les cinq continents et près de 90 pays.

La Croix a été transportée à pied, en bateau et même par des moyens inhabituels tels que des traîneaux, des grues ou des tracteurs. Elle a traversé la jungle, visité des églises, des centres de détention pour mineurs, des prisons, des écoles, des universités, des hôpitaux, des monuments et des centres commerciaux. En cours de route, elle a rencontré de nombreux obstacles : des grèves des compagnies aériennes aux difficultés de transport, telles que l’impossibilité de voyager parce qu’il ne pouvait tenir dans aucun des avions disponibles.

Elle s’est imposée comme un signe d’espérance dans des lieux particulièrement sensibles. En 1985, c’était à Prague (aujourd’hui en République tchèque) à une époque où l’Europe était divisée par le rideau de fer, devenant un signe de communion avec le Pape là-bas.

Peu après le 11 septembre 2001, elle a été portée à Ground Zero, à New York, lieu des attentats terroristes qui ont fait près de 3 000 morts. Elle a aussi parcouru le Rwanda en 2006,  après la guerre civile.

L’icône de Notre Dame Salut du Peuple Romain

Depuis 2000, la Croix du Pèlerin est accompagnée de l’icône de Notre Dame Salus Populi Romani, qui représente la Vierge Marie portant l’Enfant Jésus. Cette icône a également été confiée par le pape Jean-Paul II comme symbole de la présence de Marie parmi les jeunes.

Avec 1,20 mètre de haut sur 80 centimètres de large, l’icône de Notre Dame Salus Populi Romani est associée à l’une des dévotions mariales les plus populaires d’Italie. C’est une tradition ancienne de la porter en procession dans les rues de Rome pour conjurer le danger et le malheur ou pour mettre fin aux fléaux.

L’icône originale se trouve dans la basilique Sainte-Marie-Majeure à Rome et elle est visitée par le pape François, qui y prie et dépose un bouquet de fleurs avant et après chaque voyage apostolique. Il s’y est également rendu après son hospitalisation pour remercier la Vierge Marie.

Source: ZENIT.ORG, le 1er août 2021