François à L’Aquila: Collemaggio, une basilique symbole de résilience

La basilique Santa Maria Assunta di Collemaggio, à L'Aquila, dans les Abruzzes, en Italie.La basilique Santa Maria Assunta di Collemaggio, à L’Aquila, dans les Abruzzes, en Italie.

François à L’Aquila: Collemaggio, une basilique symbole de résilience

Le Pape François se rendra à L’Aquila, dans la région italienne des Abruzzes, ce dimanche 28 août. Santa Maria di Collemaggio, l’emblématique basilique de la ville, est née d’un rêve. Par une nuit du 13e siècle, la Vierge Marie apparut à l’ermite Pietro da Morrone dans son sommeil, lui demandant qu’une église lui soit dédiée à l’extérieur des murs de la ville.

Paolo Ondarza / Adélaïde Patrignani – Cité du Vatican

Après ce songe étonnant, le moine-ermite et futur Pape s’exécuta, faisant construire le premier noyau d’une église aujourd’hui reconnue comme la plus haute expression de l’architecture gothico-romane des Abruzzes: la basilique Santa Maria Assunta di Collemaggio, qui fut consacrée le 15 août 1288, au cours d’une concélébration solennelle présidée par huit évêques.

Un couronnement en plein air

Quelques années plus tard, au même endroit, le même Pietro di Morrone fut couronné Pape sous le nom de Célestin V. Ce 29 août 1294, 200 000 fidèles remplissaient les lieux, parmi lesquels, peut-être, Dante Alighieri et Guido da Montefeltro. «La basilique était encore en construction, elle ne pouvait pas être le grand bâtiment que nous voyons aujourd’hui, et la cérémonie a eu lieu à l’extérieur, explique Gianluigi Simone, historien de l’art du bureau du patrimoine culturel de l’archidiocèse de L’Aquila. C’est un peu comme ce qui se passera avec la visite du Pape François [le 28 août prochain, ndlr], pour laquelle une scène sera montée à l’extérieur de la basilique».

La basilique Santa Maria di Collemaggio surgit au bout d'une longue pelouse

La basilique Santa Maria di Collemaggio surgit au bout d’une longue pelouse

La plus ancienne porte sainte

Au cours de son bref pontificat, qui s’est achevé par sa renonciation lors du consistoire du 13 décembre 1294, Célestin V a institué ce que beaucoup considèrent comme le premier jubilé de l’histoire, connu sous le nom de «pardon célestinien», célébré chaque année entre le 28 et le 29 août. «Pour L’Aquila, l’indulgence annuelle établie par Célestin V fut un élément important de son décollage politique et économique: la ville a été incluse parmi les destinations de pèlerinage les plus importantes, devenant une sorte de « seconde Jérusalem »», souligne Gianluigi Simone.

À la fin du 13e siècle a lieu la première célébration solennelle du pardon célestinien, évènement alors novateur dans l’Église catholique. Célébré chaque année à L’Aquila et …

La capitale des Abruzzes abrite donc la plus ancienne porte sainte de l’histoire, antérieure même à celle de la basilique Saint-Pierre de Rome. Elle est surmontée d’une lunette peinte «affresco» sur laquelle sont représentés la Vierge à l’Enfant entre les saints Célestin et Jean-Baptiste. De ce dernier, la basilique de Collemaggio abrite par ailleurs une relique.

Fresque surmontant le portail principal de la basilique
Fresque surmontant le portail principal de la basilique

Le mécénat des marchands de laine

La fête du pardon célestinien coïncidait autrefois avec le départ des troupeaux pour la transhumance, la migration saisonnière qui amène les moutons sur leurs pâturages hivernaux. La ville de L’Aquila, précise l’historien italien, «était très importante dans le passé en raison de sa situation à la frontière entre l’État de l’Église et le royaume de Naples, mais aussi en raison de la présence de moutons, de la laine: une énorme source de richesse».

C’est donc la guilde des marchands de laine qui finança la construction du mausolée en pierre entreprise par Girolamo da Vicenza au 16e siècle. Ce chef-d’œuvre de l’art de la Renaissance situé dans la basilique de Collemaggio, abrite la dépouille mortelle de Célestin V. Les restes du Souverain Pontife y été transférées en 1327 depuis Ferentino, non loin de la fortesse de Fumone où était mort Célestin V le 19 mai 1296, quelques mois après y avoir été envoyé en exil par son successeur Boniface VIII.

Saint Célestin V, l’inspirant témoignage d’un ermite devenu Pape
Saint Célestin V

François se rend dimanche 28 août à L’Aquila, dans les Abruzzes, au centre de l’Italie. C’est là que repose saint Célestin V, un pape du 13e siècle relativement méconnu du grand …

Résistance et reconstruction

La basilique de Collemaggio représente aussi la capacité du peuple de L’Aquila à rester debout face à l’adversité. Les nombreux tremblements de terre se sont succédé au fil des siècles – le dernier, dévastateur, remonte au 6 avril 2009. Ils ont marqué la majestueuse et sobre façade bicolore en pierre rose et blanche qui s’élève au-dessus de l’esplanade, mais ne l’ont pas détruite, ni sa délicate rosace choisie comme symbole de la visite du Pape François. Les trois portails de bois, considérés comme les plus beaux de l’architecture italienne, sont eux aussi demeurés intacts. À l’angle droit de l’édifice, on peut admirer les restes d’une tour, autrefois plus haute et utilisée comme clocher, où l’on exposait les reliques de Célestin V, et depuis laquelle était proclamé le début du pardon.

L’intérieur de l’église, aujourd’hui clair et dépouillé, a quant à lui été remodelé à plusieurs reprises. La restauration – critiquée – des années 1970 a entrainé le démantèlement de la décoration baroque préexistante avec des stucs de Francesco Bedeschini, mettant à jour des parties les plus anciennes. Parmi les quelques vestiges du 17esiècle, à gauche de l’autel, se trouve l’ancien orgue baroque recouvert de feuilles d’or, dont l’intérieur a toutefois été irrémédiablement perdu lors du tremblement de terre de 2009. Une catastrophe qui a aussi provoqué l’effondrement du transept et d’importantes fissures dans les murs. Le regard du visiteur est également attiré par l’admirable dallage rose et blanc, où alternent divers motifs géométriques: losanges, croix fleuries, cercles concentriques.

L'intérieur de la basilique di Collemaggio
L’intérieur de la basilique di Collemaggio

La basilique de Collemaggio, complète Gianluigi Simone, «a été détruite et reconstruite plusieurs fois, tant à cause des tremblements de terre qui ont marqué l’histoire de la ville de L’Aquila au cours des siècles qu’en raison de la nécessité de l’agrandir pour contenir l’énorme flux de pèlerins. Après l’achèvement des travaux de consolidation et de restauration, à la fin de l’année 2017, la basilique a été rendue aux habitants de L’Aquila et elle est surveillée en permanence, afin de préserver le trésor d’art et de foi qu’elle garde et de le transmettre aux générations futures».

Source: VATICANNEWS, le 27 août 2022