25.11.2021 – ÉVANGILE DU JOUR

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 21,20-28. 

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : 
« Quand vous verrez Jérusalem encerclée par des armées, alors sachez que sa dévastation approche.
Alors, ceux qui seront en Judée, qu’ils s’enfuient dans les montagnes ; ceux qui seront à l’intérieur de la ville, qu’ils s’en éloignent ; ceux qui seront à la campagne, qu’ils ne rentrent pas en ville,
car ce seront des jours où justice sera faite pour que soit accomplie toute l’Écriture.
Quel malheur pour les femmes qui seront enceintes et celles qui allaiteront en ces jours-là, car il y aura un grand désarroi dans le pays, une grande colère contre ce peuple.
Ils tomberont sous le tranchant de l’épée, ils seront emmenés en captivité dans toutes les nations ; Jérusalem sera foulée aux pieds par des païens, jusqu’à ce que leur temps soit accompli.

Il y aura des signes dans le soleil, la lune et les étoiles. Sur terre, les nations seront affolées et désemparées par le fracas de la mer et des flots.
Les hommes mourront de peur dans l’attente de ce qui doit arriver au monde, car les puissances des cieux seront ébranlées.
Alors, on verra le Fils de l’homme venir dans une nuée, avec puissance et grande gloire.
Quand ces événements commenceront, redressez-vous et relevez la tête, car votre rédemption approche. »

Acclamons et partageons la parole de Dieu !

Evangile du jour du 26.11.2020 – Centre Romand de l'Apostolat Mondial de  Fatima

COMMENTAIRE :

Une homélie grecque du 4e siècle

Sur la Sainte Pâque, 44-48 ; PG 59, 743 ; SC 27 (inspiré d’une homélie perdue de saint Hippolyte de Rome; trad. P. Nautin; Éd. du Cerf 1950, rev.)

La victoire du Fils de l’homme, qui est venu et qui vient

Qu’est-ce que l’avènement du Christ ? La délivrance de l’esclavage et le rejet de l’ancienne contrainte, le commencement de la liberté et l’honneur de l’adoption, la source de la rémission des péchés et la vie vraiment immortelle pour tous. Comme le Verbe, la Parole de Dieu, nous voyait d’en haut, tyrannisés par la mort, dissous, liés par les liens de la déchéance, emportés par un chemin sans retour, il est venu prendre la nature d’Adam, le premier homme, selon le dessein du Père. Il n’a pas confié à des anges ni à des archanges la charge de notre salut, mais lui-même a pris sur lui tout le combat pour nous, obéissant aux ordres du Père. (…) Ramassant et comprimant en lui toute la grandeur de sa divinité, il est venu avec la mesure qu’il a voulue (…) ; par la puissance du Père il n’a pas perdu ce qu’il avait, mais prenant ce qu’il n’avait pas, il est venu tel qu’il devait être limité. (…) Vois qu’il est Seigneur : « Le Seigneur a dit à mon Seigneur : Assieds-toi à ma droite » (Ps 109,1). (…) Vois qu’il est Fils : « Il m’appellera Père, et j’en ferai l’aîné » (Ps 88,27-28). (…) Vois aussi qu’il est Dieu : « Les puissants viendront et se prosterneront devant toi ; ils te prieront, car Dieu est en toi » (Is 45,14). (…) Vois qu’il est roi éternel : « Sceptre de droiture, le sceptre de ta royauté (…) Dieu, ton Dieu, t’a oint d’une huile d’allégresse » (Ps 44,7-8). (…) Vois qu’il est Seigneur des puissances : « Qui est ce roi de gloire ? Le Seigneur des puissances, lui-même est ce roi de gloire » (Ps 23,8). (…) Vois aussi qu’il est grand prêtre éternel : « Tu est prêtre pour l’éternité » (Ps 109,4). Mais s’il est Seigneur et Dieu, Fils et roi, Seigneur et grand prêtre éternel, lorsqu’il l’a voulu, « il est homme aussi : qui le comprendra ? » (Jr 17,9 LXX). (…) C’est bien comme Dieu et homme que ce grand Jésus est venu chez nous. (…) Il a revêtu notre corps misérable et mort (…) ; il a soigné nos corps pour leurs infirmités, guéri chacune de nos maladies par sa puissance, afin que soit accomplie la parole : « Je suis le Seigneur (…) Je te prendrai par la main droite et te fortifierai. (…) Je suis le Seigneur, c’est mon nom. (…) Et le dernier ennemi, la mort, sera détruit. Mort, où est ton dard venimeux ? » (Is 42,6; 1Co 15,26.55)

LECTURES :

Livre de Daniel 6,12-28.

En ces jours-là, les hommes qui avaient comploté contre lui se précipitèrent et le surprirent en train de prier et de supplier en présence de son Dieu.
Ils allèrent trouver le roi et lui dirent : « N’as-tu pas fait mettre par écrit cette interdiction : Tout homme qui, dans les trente jours à venir, adressera une prière à un dieu ou à un homme autre que le roi, sera jeté dans la fosse aux lions ? » Le roi répondit : « Oui, c’est la décision que j’ai prise. Et, selon la loi des Mèdes et des Perses, elle est irrévocable. »
Ils dirent alors au roi : « Daniel, un des déportés de Juda, ne tient compte ni de toi, ni de ton interdiction, ô roi ; trois fois par jour, il fait sa prière. »
En apprenant cela, le roi fut très contrarié et se préoccupa de sauver Daniel. Jusqu’au coucher du soleil, il chercha comment le soustraire à la mort.
Les mêmes hommes revinrent à la charge auprès du roi : « N’oublie pas, ô roi, que, selon la loi des Mèdes et des Perses, toute interdiction, tout décret porté par le roi est irrévocable. »
Alors le roi ordonna d’emmener Daniel, et on le jeta dans la fosse aux lions. Il dit à Daniel : « Ton Dieu, que tu sers avec tant de constance, c’est lui qui te délivrera ! »
On apporta une plaque de pierre, on la plaça sur l’ouverture de la fosse ; le roi la scella avec le cachet de son anneau et celui des grands du royaume, pour que la condamnation de Daniel fût irrévocable.
Puis le roi rentra dans son palais ; il passa la nuit sans manger ni boire, il ne fit venir aucune concubine, il ne put trouver le sommeil.
Il se leva dès l’aube, au petit jour, et se rendit en hâte à la fosse aux lions.
Arrivé près de la fosse, il appela Daniel d’une voix angoissée : « Daniel, serviteur du Dieu vivant, ton Dieu, que tu sers avec tant de constance, a-t-il pu te faire échapper aux lions ? »
Daniel répondit : « Ô roi, puisses-tu vivre à jamais !
Mon Dieu a envoyé son ange, qui a fermé la gueule des lions. Ils ne m’ont fait aucun mal, car j’avais été reconnu innocent devant lui ; et devant toi, ô roi, je n’avais rien fait de criminel. »
Le roi ressentit une grande joie et ordonna de tirer Daniel de la fosse. On l’en retira donc, et il n’avait aucune blessure, car il avait eu foi en son Dieu.
Le roi ordonna d’amener les accusateurs de Daniel et de les jeter dans la fosse aux lions, avec leurs enfants et leurs femmes ; or, avant même qu’ils soient au fond de la fosse, les lions les avaient happés et leur avaient broyé les os.
Alors le roi Darius écrivit à tous les peuples, nations et gens de toutes langues, qui habitent sur toute la terre : « Que votre paix soit grande !
Voici l’ordre que je donne : Dans toute l’étendue de mon empire, on doit trembler de crainte devant le Dieu de Daniel, car il est le Dieu vivant, il demeure éternellement ; son règne ne sera pas détruit, sa souveraineté n’aura pas de fin.
Il délivre et il sauve, il accomplit des signes et des prodiges, au ciel et sur la terre, lui qui a sauvé Daniel de la griffe des lions. »

Pierre Rubens, 1577-1640, Daniel dans la fosse aux lions, 1614-16, National Gallery Wahington


Livre de Daniel 3,68.69.70.71.72.73.74.

Et vous, le givre et la rosée, bénissez le Seigneur.
À lui, haute gloire, louange éternelle !

et vous, le gel et le froid, bénissez le Seigneur.
À lui, haute gloire, louange éternelle !

Et vous, la glace et la neige, bénissez le Seigneur.
À lui, haute gloire, louange éternelle !

Et vous, les nuits et les jours, bénissez le Seigneur.
À lui, haute gloire, louange éternelle !

Et vous, la lumière et les ténèbres, bénissez le Seigneur.
À lui, haute gloire, louange éternelle !

Et vous, les éclairs, les nuées, bénissez le Seigneur.
À lui, haute gloire, louange éternelle !

Que la terre bénisse le Seigneur.
À lui, haute gloire, louange éternelle !

BENISSEZ LE SEIGNEUR. - ppt télécharger