Le Pape invite à renforcer la tendresse entre jeunes et personnes âgées

Le Pape invite à renforcer la tendresse entre jeunes et personnes âgées

Une nouvelle fois, lors de l’Angélus de ce dimanche 26 juillet, le Pape a invité à renforcer les liens de fraternité et de tendresse entre les jeunes et leurs grands-parents, mais aussi avec l’ensemble des personnes âgées.

Le Pape a lancé cet appel au terme de l’Angélus : «En mémoire des saints Joachim et Anne, les grands-parents de Jésus, je voudrais inviter les jeunes à faire un geste de tendresse envers les personnes âgées, surtout les plus seules, dans les maisons et les résidences, celles qui n’ont pas vu leurs proches depuis tant de mois. Chers jeunes, chacune de ces personnes âgées est votre grand-père ! Ne les laissez pas seuls !», a-t-il supplié, dans le contexte dramatique de la pandémie et du confinement qui a condamné des millions de personnes âgées à une solitude qui s’est avérée mortelle pour certains, par syndrome de glissement.

François a donc exhorté les jeunes à passer des appels téléphoniques, des appels vidéo, à envoyer des messages, à les écouter et même dans le respect des règles de santé, à leur rendre visite et à les embrasser, même symboliquement et à distance. «Ce sont vos racines. Un arbre détaché de ses racines ne pousse pas, il ne donne pas de fleurs et de fruits. C’est pourquoi il est important d’être uni et connecté à ses racines. Ce que l’arbre a fleuri vient de ce qu’il a enterré, dit un poète de ma patrie. C’est pourquoi je vous invite à applaudir nos grands-parents, tous !», a lancé François.

L’attachement de François à sa grand-mère

Le pape François, durant son pontificat, a souvent évoqué les enseignements d’une femme qui a donné une empreinte précieuse à son chemin de foi. «C’est surtout ma grand-mère, la mère de mon père, qui a marqué mon parcours de foi», avait déclaré le Souverain Pontife lors de la Vigile de la Pentecôte le 18 mai 2013.

«C’était une femme qui nous expliquait, nous parlait de Jésus, nous enseignait le Catéchisme»«Je me souviens toujours que le Vendredi Saint, elle nous emmenait le soir à la procession des bougies et qu’à la fin de cette procession, le « Christ couché » arrivait, et que grand-mère nous faisait nous agenouiller, nous les enfants, en disant : « Regarde, il est mort, mais demain il ressuscitera ». J’ai reçu la première annonce chrétienne de cette même femme, de ma grand-mère», avait alors confié le Pape argentin.

La prière des grands-parents est un cadeau

Les grands-parents sont souvent la force motrice de la transmission de la foi. «C’est un grand don pour l’Église», a souligné le Pape François lors de l’audience générale du 11 mars 2015, «la prière des grands-parents et des anciens ! La prière des anciens et des grands-parents est un cadeau pour l’Église, c’est une richesse ! C’est une grande injection de sagesse également pour l’ensemble de la société humaine : surtout pour celui qui est trop occupé, trop distrait».

Et encore aujourd’hui, lui-même devenu octogénaire, le Pape François garde cette dévotion filiale et cet attachement à sa grand-mère. «Les paroles des grands-parents ont quelque chose de spécial pour les jeunes. Et ils le savent. Les mots que ma grand-mère m’a donnés par écrit le jour de mon ordination sacerdotale, je les porte toujours avec moi, toujours dans mon bréviaire et je les lis souvent et cela me fait du bien.», avait-il confié lors de cette même audience.

Source: VATICANNEWS, le 26 juillet 2020