24.01.2023 – ÉVANGILE DU JOUR

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 3,31-35.

En ce temps-là, comme Jésus était dans une maison, arrivent sa mère et ses frères. Restant au-dehors, ils le font appeler.
Une foule était assise autour de lui ; et on lui dit : « Voici que ta mère et tes frères sont là dehors : ils te cherchent. »
Mais il leur répond : « Qui est ma mère ? qui sont mes frères ? »
Et parcourant du regard ceux qui étaient assis en cercle autour de lui, il dit : « Voici ma mère et mes frères.
Celui qui fait la volonté de Dieu, celui-là est pour moi un frère, une sœur, une mère. »

Acclamons et partageons la parole de Dieu !

COMMENTAIRE :

Bienheureux Columba Marmion (1858-1923)

abbé

Chercher Dieu (Le Christ Idéal du Moine, éd. DDB, 1936 ; p. 13-16 ; rev.)

Chercher Dieu et trouver le bonheur

Si nous cherchons Dieu en dépit de toutes les épreuves, si nous lui donnons chaque jour, à chaque heure, cet hommage, extrêmement agréable, qui consiste à mettre en lui, et en lui seul, notre béatitude ; si nous ne cherchons jamais que sa volonté ; si nous agissons en sorte que son bon plaisir soit le vrai mobile de toute notre activité, soyons assurés que Dieu ne nous manquera jamais. « Dieu est fidèle » (1 Th 5,24) ; « il ne peut faire défaut à ceux qui le cherchent » (Ps 9,11 Vg). Plus nous nous approcherons de lui par la foi, la confiance et l’amour, plus nous nous approcherons de notre perfection. (…) Disons souvent comme le Psalmiste : « C’est votre face que je cherche, ô mon Dieu. Qu’y a-t-il, en effet, pour moi au ciel, et, sur terre, qu’est-ce que je veux en dehors de vous ? Vous êtes le Dieu de mon cœur et la part que j’ai choisie pour l’éternité » (Ps 26,8 ; 72,25-26 Vg). (…) Si nous agissons de la sorte, nous trouverons Dieu et avec lui tous les biens. « Cherche-moi, dit-il lui-même à l’âme, cherche-moi avec cette simplicité de cœur qui naît de la sincérité ; car je me laisse trouver par ceux qui ne me tentent point et je me manifeste à ceux qui se confient en moi » (Sg 1, 1-2 Vg). En trouvant Dieu, nous posséderons aussi la joie. Nous sommes faits pour le bonheur, pour être heureux ; notre cœur a une capacité d’infini, mais il n’y a que Dieu seul qui puisse nous rassasier parfaitement. « C’est pour vous, Seigneur, que vous nous avez créés, et notre cœur vit dans le trouble jusqu’au jour où il trouve en vous son repos » (St Augustin, Confessions). C’est pourquoi quand nous cherchons quelque chose en dehors de Dieu ou de sa volonté, nous ne trouvons pas le bonheur stable et parfait.

LECTURES :

Lettre aux Hébreux 10,1-10.

Frères, la loi de Moïse ne présente que l’ébauche des biens à venir, et non pas l’expression même des réalités. Elle n’est donc jamais capable, par ses sacrifices qui sont toujours les mêmes, offerts indéfiniment chaque année, de mener à la perfection ceux qui viennent y prendre part.
Si ce culte les avait purifiés une fois pour toutes, ils n’auraient plus aucun péché sur la conscience et, dans ce cas, n’aurait-on pas cessé d’offrir les sacrifices ?
Mais ceux-ci, au contraire, comportent chaque année un rappel des péchés.
Il est impossible, en effet, que du sang de taureaux et de boucs enlève les péchés.
Aussi, en entrant dans le monde, le Christ dit : ‘Tu n’as voulu ni sacrifice ni offrande, mais tu m’as formé un corps.
Tu n’as pas agréé les holocaustes ni les sacrifices pour le péché ;
alors, j’ai dit : Me voici, je suis venu, mon Dieu, pour faire ta volonté, ainsi qu’il est écrit de moi dans le Livre.’
Le Christ commence donc par dire : ‘Tu n’as pas voulu ni agréé les sacrifices et les offrandes, les holocaustes et les sacrifices pour le péché’, ceux que la Loi prescrit d’offrir.
Puis il déclare : ‘Me voici, je suis venu pour faire ta volonté.’ Ainsi, il supprime le premier état de choses pour établir le second.
Et c’est grâce à cette volonté que nous sommes sanctifiés, par l’offrande que Jésus Christ a faite de son corps, une fois pour toutes.

Psaume 40(39),2abc.4ab.7-8a.10.11.

D’un grand espoir
j’espérais le Seigneur :
il s’est penché vers moi.
En ma bouche il a mis un chant nouveau,
une louange à notre Dieu.

Tu ne voulais ni offrande ni sacrifice,
tu as ouvert mes oreilles ;
tu ne demandais ni holocauste ni victime,
alors j’ai dit : « Voici, je viens.

J’annonce la justice
dans la grande assemblée ;
vois, je ne retiens pas mes lèvres,
Seigneur, tu le sais.

Je n’ai pas enfoui ta justice au fond de mon cœur,
je n’ai pas caché ta fidélité, ton salut ;
j’ai dit ton amour et ta vérité
à la grande assemblée.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s