Des attaques contre des églises, des chrétiens tués au Congo et au Nigeria

Attaques contre des églises, chrétiens tués au Congo et au Nigeria

D’Anna Bono sur la Nuova Bussola Quotidiana

Deux graves épisodes de violence contre les chrétiens, au Congo et au Nigeria. Au Nord-Kivu (Congo), une église a été attaquée par des hommes armés pendant les services du dimanche. Dix-sept personnes ont été tuées jusqu’à présent dans une attaque djihadiste. Au Nigeria, le père Achi est mort dans l’incendie d’une église provoqué par des inconnus. 

Ce dimanche dernier, le 15 janvier, a été marqué en Afrique par deux graves épisodes de violence contre les chrétiens. En République démocratique du Congo, l’église pentecôtiste de Kasindi, une ville de la province orientale du Nord-Kivu, près de la frontière avec l’Ouganda, a été attaquée par des hommes armés qui y ont fait exploser une bombe artisanale. Un service religieux dominical avait lieu à ce moment-là et le bâtiment était très fréquenté. Un premier bilan fait état d’au moins 17 personnes tuées et de dizaines de blessés. Les autorités congolaises ont immédiatement condamné « l’acte terroriste ignoble », exprimé leurs plus sincères condoléances à l’Église pentecôtiste et se sont dites certaines que les Forces démocratiques alliées (ADF), un groupe armé ougandais affilié à Isis, l’État islamique, étaient responsables, « avec toutes les preuves ». La confirmation est venue quelques heures plus tard lorsque l’attaque a été revendiquée par l’Iscap (Province d’Afrique centrale de l’État islamique) dans un communiqué dans lequel le groupe djihadiste se vante de « dizaines de chrétiens morts et blessés » et annonce d’autres attaques.

Les trois provinces orientales de l’Ituri, du Nord-Kivu et du Sud-Kivu ne connaissent pas la paix depuis près de 30 ans. Ils continuent, même après la fin des guerres civiles qui ont ravagé le pays de 1996 à 2007, à être ravagés par des dizaines de groupes armés qui vivent du pillage, du braconnage et de la contrebande des minéraux précieux dont le pays est extraordinairement riche. Certains ont des liens avec les conflits qui ont éclaté dans les pays voisins, l’Ouganda, le Rwanda et le Burundi, et en sont le prolongement. L’ADF en fait partie. Il a été créé dans les années 1990 en Ouganda pour lutter contre le gouvernement du président Yoweri Museveni, accusé de persécuter la population musulmane. Vaincu par l’armée ougandaise en 2001, il a migré vers le Nord-Kivu. Jusqu’en 2014, ses activités étaient sporadiques. Les attaques se sont ensuite intensifiées et le groupe est désormais considéré comme l’un des plus dangereux groupes armés actifs dans l’est du Congo. Son chef, Musa Seka Baluku, a prêté serment d’allégeance à Isis en 2016, mais ce n’est qu’en avril 2019 que l’État islamique a revendiqué pour la première fois une attaque commise par l’ADF et proclamé la naissance de l’Iscap, que le Mozambique a ensuite rejoint avec le groupe Ansar Al-Sunna Wa Jamma. Les ADF opèrent au Nord-Kivu, dans des territoires comprenant la capitale provinciale, Beni, avec des incursions occasionnelles dans l’Ituri voisin. Si ses cibles les plus fréquentes sont les soldats gouvernementaux et les casques bleus de la Monusco, la mission de paix présente dans le pays depuis 2010, elle a tué depuis le début de l’année 2021 au moins 200 civils, principalement des chrétiens, et mis en fuite près de 40 000 personnes.  

L’autre épisode de violence s’est produit au Nigeria, dans l’État du Niger, au centre-nord du pays. Des hommes armés ont attaqué la résidence de l’église catholique Saint-Pierre-et-Paul dans le village de Kifin-Koro, dans la zone gouvernementale de Paikoro, pendant la nuit. Ne pouvant entrer dans le complexe paroissial, ils y ont mis le feu. Le père Isaac Achi, qui se trouvait à l’intérieur, a été brûlé vif. Son cadavre a été retrouvé dans les décombres. L’un de ses confrères, le père Collins, a été blessé par des tirs alors qu’il tentait de s’échapper et se trouve actuellement à l’hôpital.

L’identité des auteurs de l’attaque n’a pas encore été établie. On avait émis l’hypothèse qu’il pourrait s’agir de criminels de droit commun, car l’État du Niger ne fait plus partie de ceux dans lesquels Boko Haram et Iswap, les deux groupes islamistes qui ont leurs bases dans l’extrême nord-est, sont habituellement actifs. En outre, des centaines de gangs armés opèrent aujourd’hui en toute impunité dans le pays, se livrant à des vols, des cambriolages et des enlèvements à des fins d’extorsion. Les religieux chrétiens sont de plus en plus souvent victimes d’enlèvements et d’agressions. Cependant, le père Collins a déclaré avoir entendu les attaquants invoquer Allah et crier des slogans djihadistes. Il s’agirait donc d’une attaque djihadiste. D’autre part, les cinq personnes qui ont été enlevées dans les mêmes heures dans l’État de Katsina, au nord-ouest du pays, alors qu’elles s’apprêtaient à assister à un service religieux, pourraient en fait être victimes de vulgaires voyous.

Le père Achi était président de la branche locale de l’Association chrétienne du Nigeria. Il y a 12 ans, il avait survécu à une attaque de Boko Haram. Le jour de Noël 2011, un kamikaze s’était fait exploser dans l’église catholique dédiée à sainte Thérèse à Madalla, une banlieue de la capitale fédérale Abuja. Trente-sept personnes ont été tuées et 57 blessées. Le père Achi, cependant, s’en est sorti indemne et a ensuite officié lors du service commémoratif pour les victimes. Selon le journal nigérian Daily Trust, qui a publié une notice nécrologique, le père Achi a ensuite subi et échappé à plusieurs autres attaques, dont un enlèvement à des fins d’extorsion. C’est un moment très triste, a commenté le gouverneur de l’État du Niger, Sani Bello, si un prêtre est tué, et de cette façon, cela signifie que personne n’est en sécurité. Les terroristes sont devenus fous. Une action drastique est nécessaire pour mettre un terme à ce carnage permanent ». Des élections générales auront lieu au Nigeria le 25 février, mais il est à craindre que, pour des raisons de sécurité, il ne soit pas possible de se rendre aux urnes dans certaines régions du pays.

Source : La Nuova Bussola , le 17 janvier 3023

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s