Messe du Christ-Roi: le Pape exhorte à s’impliquer et ne pas rester spectateurs

Messe du Christ-Roi: le Pape exhorte à s’impliquer et ne pas rester spectateurs

François a présidé ce dimanche 20 novembre, en la cathédrale d’Asti dans le nord de l’Italie, la messe de la solennité du Christ Roi de l’Univers. Dans son homélie, le Saint-Père s’est focalisé sur la royauté du Christ. Un Roi qui nous «ouvre ses bras… pour embrasser tout de nous». 

Françoise Niamien – Cité du Vatican

C’est dans le diocèse d’Asti, au nord de l’Italie, des terres d’où ses parents sont partis pour émigrer en Argentine que le Pape François a célébré la messe en la solennité du Christ Roi de l’Univers. Le Saint-Père s’est rendu à Asti à l’occasion des 90 ans de sa cousine Carla Rabezzana, descendante d’un frère de son grand-père, Carlo Bergoglio, le seul de la fratrie à ne pas avoir immigré en Argentine. Dans son homélie, le Pape a tout d’abord fixé son regard sur les paroles de l’inscription sur la Croix: «Celui-ci est le roi des Juifs» (Lc 23, 38).

Le roi suspendu au gibet

«Essayons d’imaginer visuellement un roi, a demandé François, nous penserons à un homme fort assis sur un trône avec des insignes précieux, un sceptre dans les mains et des anneaux scintillants aux doigts, tandis qu’il adresse des paroles solennelles à ses sujets». Cependant, en regardant Jésus, notre perception de «roi» est bouleversée. Nous voyons que c’est tout le contraire, fait observer l’évêque de Rome.

«Il n’est pas assis sur un trône confortable, mais suspendu à un gibet; le Dieu qui « renverse les puissants de leurs trônes »» (Lc 1, 52).La royauté de Jésus se manifeste ainsi dans le service humble et l’accueil de ses frères et sœurs, asouligné le Saint-Père.

Le roi aux bras ouverts à tous

Avec ses bras ouverts, le Christ, notre Roi embrasse tout de nous y compris ce qu’il y avait de plus distant de Lui: notre mort, notre souffrance, notre pauvreté, nos fragilités, confie François. «Il s’est fait serviteur pour que chacun de nous se sente fils; il s’est laissé insulter et ridiculiser pour qu’en toute humiliation aucun de nous ne soit plus seul; il s’est laissé dépouiller pour que personne ne se sente dépouillé de sa dignité; il est monté sur la croix pour qu’en chaque crucifié de l’histoire il y ait la présence de Dieu».

Faire du Roi de l’univers le roi de notre existence

Mais «ce Roi de l’univers est-il le Roi de mon existence? Comment puis-je le célébrer comme Seigneur de toute chose s’il ne devient pas aussi le Seigneur de ma vie?», s’est interrogé le Pape argentin, invitant à nouveau à fixer le regard sur Jésus crucifié. Si nous lui accordons souvent un regard fugitif, Lui, au contraire, reste là, «les bras ouverts», cherchant à nous étreindre, à nous relever et nous sauver tel que nous sommes, avec notre histoire.

Le Christ Roi «te donne la possibilité de régner sur la vie, si tu t’abandonnes à son doux amour qui se propose mais ne s’impose pas, à son amour qui te pardonne toujours, qui te remet toujours sur pied, qui te rend toujours ta dignité royale», a ajouté François. Aussi, a-t-il souligné, «le salut vient de ce que nous nous laissons aimer par Lui, parce que c’est seulement ainsi que nous sommes libérés de l’esclavage de notre moi, de la peur d’être seul, de la pensée de ne pas y arriver».

En ce sens, le Pape a exhorté les fidèles à se mettre souvent devant le Crucifix, et à se laisser aimer par Jésus qui leur ouvre les bras comme au bon larron. «Écoutons cette phrase qui nous est adressée», a invité François, «la seule que Jésus prononce aujourd’hui depuis la Croix: « Avec moi tu seras au paradis »».

Être de ceux qui s’impliquent

L’Évangile d’aujourd’hui nous met devant deux chemins, a ensuite indiqué le Successeur de Pierre. Devant Jésus, il y a ceux qui sont spectateurs et ceux qui s’impliquent.Parlant des premiers, le Saint-Père a souligné qu’à la vue du Crucifié, ils restent spectateurs: «Ils ne font pas un pas en avant vers Jésus mais le regardent de loin, curieux et indifférents, sans vraiment s’intéresser, sans se demander ce qu’ils pourraient faire»Ils partagent tous un refrain, répété trois fois dans le texte: «Si tu es roi, sauve-toi toi-même», a fustigé le Saint-Père.

François a invité à ne pas être «des spectateurs», mais à être de ceux qui «s’impliquent», comme le bon larron. «Les autres se moquent du Seigneur, lui il Lui parle et l’appelle par son nom: « Jésus »; beaucoup l’accablent de leur colère, lui, il confesse au Christ ses erreurs; beaucoup disent « sauve-toi toi-même », lui, il prie: « Jésus, souviens-toi de moi »» (Lc 23, 42). C’est ainsi qu’un malfaiteur devient le premier saint: il se fait proche de Jésus pour un instant et le Seigneur le garde avec lui pour toujours, a-t-il relevé.

Face aux problèmes du monde, «que faisons-nous?»

Avant de terminer son homélie, François a rappelé que «nous ne sommes pas dans le monde seulement pour nous sauver nous-mêmes, mais pour amener nos frères et sœurs dans l’étreinte du Roi». Le Pape invite à s’interroger: «Quand est-ce que nous prions, quand est-ce que nous intercédons?» Devant les «crises d’aujourd’hui, le déclin de la foi, le manque de participation…Que faisons-nous?», a interpellé l’évêque de Rome. Face aux problèmes de la société, du monde et même de l’Église, «est-ce que nous nous salissons les mains comme notre Dieu cloué sur le bois, ou bien sommes-nous les mains dans les poches à regarder?» Et le Saint-Père d’inviter en concluant son homélie, à lever les yeux vers Jésus qui, sur la croix, «enlève tout voile sur Dieu et détruit toute fausse image de sa royauté». En portant le regard vers le Christ, nous aurons «le courage de nous regarder, de marcher sur les chemins de la confiance et de l’intercession, de nous faire serviteurs pour régner avec lui».

Source : VATICANNEWS, le 20 novembre 2022

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s