14.10.2022 – ÉVANGILE DU JOUR

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 12,1-7.

En ce temps-là, comme la foule s’était rassemblée par milliers au point qu’on s’écrasait, Jésus, s’adressant d’abord à ses disciples, se mit à dire : « Méfiez-vous du levain des pharisiens, c’est-à-dire de leur hypocrisie.


Tout ce qui est couvert d’un voile sera dévoilé, tout ce qui est caché sera connu.
Aussi tout ce que vous aurez dit dans les ténèbres sera entendu en pleine lumière, ce que vous aurez dit à l’oreille dans le fond de la maison sera proclamé sur les toits.
Je vous le dis, à vous mes amis : Ne craignez pas ceux qui tuent le corps, et après cela ne peuvent rien faire de plus.
Je vais vous montrer qui vous devez craindre : craignez celui qui, après avoir tué, a le pouvoir d’envoyer dans la géhenne. Oui, je vous le dis : c’est celui-là que vous devez craindre.
Est-ce que l’on ne vend pas cinq moineaux pour deux sous ? Or pas un seul n’est oublié au regard de Dieu.
À plus forte raison les cheveux de votre tête sont tous comptés. Soyez sans crainte : vous valez plus qu’une multitude de moineaux. »

Acclamons et partageons la parole de Dieu !

COMMENTAIRE :

Sainte Catherine de Sienne (1347-1380)

tertiaire dominicaine, docteur de l’Église, copatronne de l’Europe

Le Dialogue, 18 (trad. Hurtaud, p. 69 rev.)

« Même vos cheveux sont tous comptés »

[Sainte Catherine a entendu Dieu lui dire] : « Nul ne peut s’échapper de mes mains. Car je suis Celui qui suis (Ex 3,14) et vous, vous n’êtes pas par vous-mêmes ; vous n’êtes qu’autant que vous êtes faits par moi. Je suis le créateur de toutes les choses qui participent de l’être, mais non du péché, qui n’est pas, et donc qui n’a pas été fait par moi. Et parce qu’il n’est pas en moi, il n’est pas digne d’être aimé. La créature ne m’offense que parce qu’elle aime ce qu’elle ne doit pas aimer, le péché… Il est impossible aux hommes de sortir de moi ; ou bien ils demeurent en moi sous l’étreinte de la justice qui sanctionne leurs fautes, ou bien ils demeurent en moi gardés par ma miséricorde. Ouvre donc l’œil de ton intelligence et regarde ma main ; tu verras que c’est la vérité que je te dis. » Alors, ouvrant l’œil de l’esprit pour obéir au Père qui est si grand, je voyais l’univers entier enfermé dans cette main divine. Et Dieu me disait : « Ma fille, vois maintenant et sache que nul ne peut m’échapper. Tous ici sont tenus par la justice ou par la miséricorde, parce qu’ils sont à moi, créés par moi, et je les aime infiniment. Quelle que soit leur malice, je leur ferai donc miséricorde à cause de mes serviteurs ; j’exaucerai la demande que tu m’as présentée avec tant d’amour et de douleur »… Alors mon âme, comme en ivresse et hors d’elle-même, dans l’ardeur de plus en plus grand de son désir, se sentait à la fois bienheureuse et douloureuse. Bienheureuse par l’union qu’elle avait eue avec Dieu, goûtant sa joie et sa bonté, tout immergée dans sa miséricorde. Douloureuse, en voyant offensé une si grande bonté.

LECTURES :

Lettre de saint Paul Apôtre aux Éphésiens 1,11-14.

Frères, dans le Christ, nous sommes devenus le domaine particulier de Dieu, nous y avons été prédestinés selon le projet de celui qui réalise tout ce qu’il a décidé : il a voulu
que nous vivions à la louange de sa gloire, nous qui avons d’avance espéré dans le Christ.
En lui, vous aussi, après avoir écouté la parole de vérité, l’Évangile de votre salut, et après y avoir cru, vous avez reçu la marque de l’Esprit Saint. Et l’Esprit promis par Dieu
est une première avance sur notre héritage, en vue de la rédemption que nous obtiendrons, à la louange de sa gloire.

Psaume 33(32),1-2.4-5.12-13.

Criez de joie pour le Seigneur, hommes justes !
Hommes droits, à vous la louange !
Rendez grâce au Seigneur sur la cithare,
jouez pour lui sur la harpe à dix cordes.

Oui, elle est droite, la parole du Seigneur ;
il est fidèle en tout ce qu’il fait.
Il aime le bon droit et la justice ;
la terre est remplie de son amour.

Heureux le peuple dont le Seigneur est le Dieu,
heureuse la nation qu’il s’est choisie pour domaine !
Du haut des cieux, le Seigneur regarde :
il voit la race des hommes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s