28.09.2022 – AUDIENCE GÉNÉRALE À ROME

Audience générale: la prière, alliée indispensable du discernement

Lors de cette première audience générale de l’automne, mercredi 28 septembre, le Pape François, poursuivant son cycle de catéchèse sur le discernement, est revenu sur le rôle essentiel de la prière pour faciliter ce dernier. 

La prière est une aide indispensable au discernement spirituel, a d’emblée expliqué François, s’adressant à la foule de pèlerins réunie place Saint-Pierre. Car la prière permet d’«aller au-delà des pensées, entrer dans l’intimité avec le Seigneur, avec une spontanéité affectueuse». C’est là d’ailleurs le secret de la vie des saints, une «familiarité» et «confiance» en Dieu, «cette familiarité vainc la crainte ou le doute que Sa volonté ne soit pas pour notre bien, une tentation qui traverse parfois nos pensées et rend le cœur agité et incertain». 

Le discernement ne prétend pas à l’absolue certitude, a nuancé l’évêque de Rome: «Nous ne sommes pas seulement faits de raison, nous ne sommes pas des machines, il ne suffit pas de recevoir des instructions pour les exécuter: les obstacles, comme les aides, pour se décider pour le Seigneur sont avant tout affectifs».  

Après être revenu brièvement sur le premier miracle accompli par Jésus dans l’Évangile de Marc, un exorcisme dans la synagogue de Capharnaüm, «le libérant de la fausse image de Dieu que Satan suggère depuis les origines: celle d’un Dieu qui ne veut pas notre bonheur». François a voulu atténuer ce doute qui peut habiter certaines personnes: «Beaucoup de gens, même des chrétiens, pensent la même chose: Jésus est peut-être le Fils de Dieu, mais ils doutent qu’il veuille notre bonheur ; certains craignent même que prendre au sérieux sa proposition signifie ruiner la vie, mortifier nos désirs, nos aspirations les plus fortes». 

L’exemple de la lumière des saints 

En effet, parfois l’on peut penser que Dieu «nous en demande trop ou qu’il veut nous enlever ce qui nous est le plus cher. Que, en somme, il ne nous aime pas vraiment», et justement, la prière est un précieux outil pour arriver au discernement dans ces moments de doute: «car les apparences sont trompeuses, mais la familiarité avec Dieu peut doucement dissiper les doutes et les craintes, rendant notre vie toujours plus réceptive à sa « douce lumière », selon la belle expression du bienheureux John Henry Newman». Ainsi, «Les saints brillent de leur lumière réfléchie et montrent dans les gestes simples de leur journée la présence aimante de Dieu, qui rend possible l’impossible».  

En conclusion de sa catéchèse, le Souverain pontife a expliqué que, à l’image du couple vieillissant ensemble qui finit par se ressembler, la prière «de manière graduelle mais efficace, elle nous rend toujours plus capables de reconnaître ce qui compte par connaturalité, comme quelque chose qui jaillit du fond de notre être».

Source : VATICANNEWS, le 28 septembre 2022

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s