Eglise d’Allemagne : le schisme bientôt consommé?

Bishop Georg Bätzing during a meeting of the German Synodal Way in Frankfurt Sept. 9, 2022. Bishop Georg Bätzing during a meeting of the German Synodal Way in Frankfurt Sept. 9, 2022. (photo: Maximilian von Lachner / Synodaler Weg)

Eglise d’Allemagne : le schisme bientôt consommé?

De Michael Warsaw sur le National Catholic Register :

Le problème allemand

NOTE DE L’ÉDITEUR : Les tactiques de pression crûment exposées lors de la dernière réunion de la « Voie synodale » allemande sont complètement étrangères au fonctionnement sain d’une Église collégiale et fraternelle; essentiellement, elles trahissent le concept de synodalité lui-même.

16 septembre 2022

Les derniers développements concernant la « Voie synodale » allemande, de plus en plus désastreuse, sont bien plus que troublants. En fait, l’Église locale de la nation la plus peuplée et la plus puissante économiquement d’Europe occidentale a maintenant viré au bord du schisme formel.

Considérez ce qui s’est passé ce mois-ci : Les évêques catholiques allemands, et les délégués catholiques laïcs qui participent sur un pied d’égalité avec eux au processus de la Voie synodals, ont approuvé des documents qui demandent l’approbation de l’homosexualité et du transgenderisme et qui préconisent l’ordination des femmes – en contradiction flagrante avec ce que l’Église enseigne sur ces questions de morale et de foi. 

Les délégués ont également approuvé formellement la création d’un Conseil synodal permanent qui supplanterait l’autorité épiscopale sur certains des aspects les plus fondamentaux de la vie de l’Église dans chaque diocèse d’Allemagne – en contradiction flagrante avec l’ecclésiologie catholique.

Et lorsqu’une minorité d’évêques catholiques du pays a fait pression, en votant en nombre suffisant pour empêcher l’approbation d’un autre document qui s’écarte ouvertement et radicalement des enseignements de l’Église sur la sexualité, la majorité progressiste a réagi avec indignation. Une partie des délégués a quitté la salle de réunion en signe de protestation, et l’évêque Georg Bätzing, président de la Conférence épiscopale allemande et coprésident du sentier synodal, a manifesté son soutien inconditionnel en insistant sur le fait que le document devait être considéré comme approuvé et en promettant de le présenter personnellement à l’attention du Vatican lors de la prochaine visite ad limina des évêques allemands en novembre. Cette mascarade montre la duplicité de l’ensemble du chemin synodal allemand. Pour ce groupe, la synodalité, définie en bref comme « faire route ensemble », n’a d’importance que lorsqu’elle fait avancer son propre programme de dissidence.

Après le vote perdant, la Voie synodale a enfreint ses propres règles afin de se passer de la disposition relative au vote secret lors du vote sur les documents. L’intention de cette manipulation procédurale était évidente : à l’avenir, les progressistes dominants ont l’intention de « nommer et de faire honte » aux évêques orthodoxes et aux délégués laïcs qui restent assez courageux pour s’opposer au raz-de-marée de la dissidence en Allemagne. La manœuvre a eu l’effet dissuasif escompté. Seule une petite minorité de délégués était prête à voter contre les autres documents controversés lorsqu’ils ont été soumis au vote.

De tels moyens de pression sont totalement étrangers au fonctionnement sain d’une Église collégiale et fraternelle. Le nouveau Conseil synodal est tout aussi étranger, car il rompt de manière décisive avec la structure épiscopale de l’Église, instituée par Jésus lui-même. En effet, le conseil proposé a été dénoncé comme anti-chrétien par le cardinal allemand Walter Kasper, président émérite du Conseil pontifical pour l’unité des chrétiens, qui a averti en juin qu’il ressemblait aux structures gouvernementales communistes de l’Union soviétique. 

Le cardinal Kasper ne peut pas être considéré par les partisans de la Voie Synodale comme un traditionaliste, étant donné qu’il est le cardinal qui a évoqué la possibilité de recevoir la communion pour les catholiques divorcés et remariés au début de 2014, après l’élection du pape François.

Il est donc manifestement faux de prétendre que la forte opposition à la voie tracée par les dirigeants de l’Église dissidente d’Allemagne se limite aux dirigeants catholiques « conservateurs ». Bien avant cette dernière session de la Voie synodale, en fait, un large éventail d’évêques du monde entier avaient déjà publiquement mis en garde contre les conséquences potentiellement désastreuses des événements qui se déroulent actuellement en Allemagne. 

La mise en garde la plus importante de toutes a été faite par le pape François lui-même en 2019 : il a écrit une lettre aux catholiques d’Allemagne dans le contexte de leurs discussions sur la Voie synodale, les mettant en garde contre « les schémas et mécanismes préconçus qui aboutissent à l’aliénation ou à la limitation » de la mission fondamentale de l’Église qu’est l’évangélisation, après qu’il soit devenu évident que des agendas idéologiques sans rapport avec la mission étaient à l’origine du processus. 

Les dirigeants de l’Église allemande qui font avancer la Voie synodale ont complètement ignoré cette instruction papale, ainsi que plusieurs communiqués encore plus fermes d’autres hauts dirigeants du Vatican, y compris une déclaration de juillet 2022 qui avertissait que le processus allemand n’était pas autorisé à « obliger les évêques et les fidèles à adopter de nouvelles formes de gouvernance et de nouvelles orientations en matière de doctrine et de morale ».

Le groupe d’Allemands dissidents fait le pari qu’en présentant leurs programmes dissidents comme des expressions « synodales » de la volonté majoritaire des catholiques locaux, ils seront en mesure de persuader le reste de l’Église de permettre que leurs graves violations de la doctrine et de la pratique de l’Église soient maintenues sans correction. De plus, ils semblent miser sur le fait que ces agendas seront adoptés par le Pape François et le Synode sur la Synodalité, lorsque ce processus global se terminera l’année prochaine en octobre à Rome. 

La perspective que cette mauvaise interprétation allemande de la « synodalité » puisse prévaloir lors des discussions de l’année prochaine est l’une des principales raisons pour lesquelles un certain nombre de cardinaux ont soulevé la question de la définition correcte du terme lors de leur récent consistoire à Rome. Ces cardinaux sont déterminés à obtenir la clarté sur la question afin de s’assurer que le résultat de l’année prochaine soit constructif pour l’Église et ses priorités évangéliques, et non destructeur.

Cette prise de conscience au sein du Collège des cardinaux des développements préjudiciables en Allemagne et de la possibilité très réelle que les progressistes tentent de « détourner » le Synode sur la synodalité afin de faire avancer leur cause au niveau national et international, est un signe positif. Un autre signe est qu’il y a encore de nombreux évêques allemands courageux, comme le cardinal Rainer Woelki de Cologne et l’évêque Rudolph Voderholzer de Regensburg, qui continuent à défendre publiquement la vérité catholique contre le programme séculariste du Chemin synodal. 

Dès le début de la Voie synodale, ses dirigeants ont tenté de présenter leurs projets comme des antidotes nécessaires au fléau des abus sexuels commis par le clergé. Il est maintenant évident qu’ils n’ont jamais été intéressés par la crise des abus. Au lieu de cela, le plan a toujours été d’utiliser la question comme un instrument pour pousser les mêmes idées laïques et relativistes fatiguées que les membres de cette faction allemande (aidés et encouragés par les catholiques progressistes en Europe et aux États-Unis) ont promu pendant des décennies. 

Le pape François a apporté un correctif papal à certaines de ces idées lorsqu’il a écarté de son exhortation apostolique post-synodale subséquente, Querida Amazonia, les appels d’inspiration allemande durant le synode amazonien de 2019 pour l’ordination d’hommes et de femmes mariés diacres. 

Alors que nous ne savons pas quelles discussions privées peuvent maintenant avoir lieu entre le Saint-Siège et les dirigeants de l’Église en Allemagne, il est difficile de voir comment cette situation périlleuse peut être résolue sans l’intervention directe du pape François.

À la lumière de tout cela, nous devrions renouveler nos prières pour que les yeux de l’évêque Bätzing et des autres dirigeants égarés de la Voie synodale allemande soient ouverts à la vérité de Dieu avant qu’ils ne causent des dommages irréparables aux catholiques allemands en rompant définitivement la communion avec le reste de l’Église. Et nous pouvons également prier pour que l’Esprit Saint continue à fortifier la détermination du Saint-Père et de nos autres bergers à maintenir l’Église centrée sur sa mission fondamentale de proclamer la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ au monde.

Que Dieu vous bénisse !

Michael Warsaw est le président du conseil d’administration et le directeur général du réseau catholique mondial EWTN, et l’éditeur du National Catholic Register.

Source: National Catholic Register, le 16 septembre 2022 (traduction BELGICATHO)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s