Les Camilliens, indispensables à une Église «hôpital de campagne»

Le Pape et des membres de l'Ordre des Clercs réguliers pour les Malades, ce lundi 16 mai 2022.Le Pape et des membres de l’Ordre des Clercs réguliers pour les Malades, ce lundi 16 mai 2022. (Vatican Media)

Les Camilliens, indispensables à une Église «hôpital de campagne»

Le Pape a reçu en audience les membres de l’Ordre des Clercs réguliers pour les Malades, réunis à Rome pour leur Chapitre général afin d’actualiser la prophétie camillienne aujourd’hui. François les a remerciés pour leur mission auprès des personnes en souffrance; un style de vie et un apostolat qui conjuguent le «désir d’un témoignage ouvert et concret aux autres, et le besoin de se comprendre soi-même selon les canons de la petitesse évangélique».

Vatican News

«Notre époque est marquée par un individualisme et une indifférence qui génèrent la solitude et font que tant de vies sont mises au ban». Face à ce constat, «la réponse chrétienne ne réside pas dans l’observation résignée du présent ou dans le regret nostalgique du passé, explique le Pape, mais dans la charité qui, animée par la confiance en la Providence, sait aimer son temps et, avec humilité, témoigne de l’Évangile».

C’est ce qu’a su faire saint Camille de Lellis qui au XVIème siècle fonda une famille religieuse qui, «imitant la compassion et la tendresse de Jésus envers ceux qui souffrent dans leur corps et dans leur esprit, vivrait le commandement de l’amour en diffusant joyeusement l’annonce de l’Évangile et en prenant soin des plus fragiles».

Regarder en face la réalité de la souffrance

Réunis ces jours-ci à Rome pour leur Chapitre général, les membres de l’Ordre des Clercs réguliers pour les Malades réfléchissent à ce «qu’est la prophétie camillienne aujourd’hui» pour trouver de nouvelles voies d’évangélisation et de proximité au service des malades, et ainsi «réaliser leur charisme avec une fidélité dynamique», résume François.

Pour parvenir à ce résultat, le Pape leur suggère avant tout de s’inspirer de leur fondateur, l’une des figures de saints qui incarnent, selon lui, le mieux le style du bon Samaritain qui se fait proche de son frère blessé sur la route ; un choix de vie qui permet de «sortir de l’ombre d’un monde fermé pour générer un monde ouvert». Il faut comme saint Camille de Lellis «regarder la réalité de la souffrance, de la maladie et de la mort avec les yeux de Jésus»: la prophétie camillienne sera ainsi une prophétie incarnée, estime François.

Le charisme camillien

Le Pape souligne combien assumer le fardeaux des autres requiert tant «une ouverture docile à l’Esprit Saint» qu’une «une certaine dose d’audace» pour «exprimer sous des formes nouvelles le potentiel du charisme et du ministère camillien». Le Saint-Père met également en lumière deux autres traits propres au style de vie et d’apostolat des Camilliens «qui semble bien combiner deux dimensions essentielles de la vie chrétienne»: le désir d’un témoignage ouvert et concret aux autres, et le besoin de se comprendre soi-même selon les canons de la petitesse évangélique.

François les invite «à puiser dans la sève des Béatitudes, pour porter, avec douceur et simplicité, la bonne nouvelle aux pauvres et aux plus petits d’aujourd’hui» et à se «rafraîchir mutuellement dans la confiance que le bien donné à une sœur ou à un frère qui souffre est un don fait à Jésus lui-même». Ce qui est vécu et offert chaque jour avec joie, même si c’est invisible aux yeux du monde, n’est jamais perdu, dit François. C’est comme une graine tombée en terre, qui germe et porte du fruit.

La spiritualité de la communion

Le Pape les encourage aussi à ne pas négliger le souvenir du premier amour avec lequel Jésus a conquis leur cœur, pour que le choix de vie consacrée soit toujours renouvelé «à partir de ses racines», et à valoriser «de la manière la plus opportune» la collaboration avec les laïcs, en particulier avec les travailleurs de la santé. «Cultiver entre vous et avec tous la spiritualité de la communion vous aidera à mieux discerner ce que le Seigneur attend de vous».

Le Pape a enfin remercié les membres de l’Ordre des Clercs réguliers pour les Malades, dont l’identité et l’action sont indispensable à l’Église «si nous voulons offrir aux gens un bon « hôpital de campagne », où les blessés peuvent rencontrer et sentir la proximité et la tendresse du Christ».

Source: VATICANNEWS, le 16 mai 2022

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s