Découvrez les trois actions de la Divine Miséricorde selon le Pape François

Le Pape François célèbre la messe du dimanche de la Divine miséricorde à Saint-Pierre, au Vatican, le 24 avril 2022. Le Pape François célèbre la messe du dimanche de la Divine miséricorde à Saint-Pierre, au Vatican, le 24 avril 2022. (Vatican Media)

Découvrez les trois actions de la Divine Miséricorde selon le Pape François

Le dimanche de la Divine Miséricorde, fixé il y a 21 ans par saint Jean-Paul II au deuxième dimanche de Pâques, est célébré ce 24 avril en la basilique Saint-Pierre. Au cours de son homélie, le Pape François est revenu sur les trois actions qu’opère la miséricorde de Dieu en chacun de nous.

Claire Riobé – Cité du Vatican

L’Évangile de ce dimanche 24 avril nous relate l’apparition du Seigneur ressuscité aux disciples. Le Christ vient offrir aux Douze sa miséricorde en leur dévoilant ses plaies, et accompagne sa visite d’une salutation : «La paix soit avec vous !». Cette parole du Ressuscité, répétée trois fois dans cet Évangile, «vient à la rencontre de toute faiblesse et erreur humaine», a expliqué François. Ces mots du Christ nous aident à comprendre trois actions de la miséricorde de Dieu en chacun de nous : donner de la joie, susciter le pardon et consoler dans la peine.

La miséricorde donne la joie

«La miséricorde de Dieu donne une joie spéciale, la joie de se sentir pardonné gratuitement», a indiqué le Saint-Père. Juste avant la visite du Christ, les disciples s’étaient enfermés, par crainte, dans leur maison. Ils étaient également renfermés sur eux-mêmes, abattus par un sentiment d’échec, celui d’avoir abandonné leur maître au jour de son arrestation.

C’est dans ce climat que survient le premier : «La paix soit avec vous !» du Ressuscité. «Les disciples auraient dû éprouver de la honte, mais au contraire, ils se réjouissent. Pourquoi ? Parce que ce visage, cette salutation, ces paroles déplacent leur attention d’eux-mêmes vers Jésus». En effet, «les disciples furent remplis de joie – précise le texte – en voyant le Seigneur». Ils sont détournés de leurs propres échecs et ils sont attirés par le regard de Jésus, où ne se trouve aucune sévérité. «Le Christ ne les réprouve pas pour le passé (…), il leur donne la bienveillance de toujours. Et cela les ranime, répand dans leurs cœurs la paix perdue, fait d’eux des hommes nouveaux, purifiés par un pardon donné sans calculs ni mérites.»

La miséricorde suscite le pardon

Nous pouvons faire nôtre la joie des disciples qui ont retrouvé le Christ, en faisant personnellement l’expérience du pardon. Dans nos moments de chute, par exemple, car «c’est là précisément que le Seigneur fait tout pour nous donner sa paix», a affirmé le Souvrain pontife. «À travers une confession, les paroles d’une personne qui se fait proche, une consolation intérieure de l’Esprit, un événement inattendu et surprenant (..). De diverses manières, Dieu prend soin de nous faire sentir l’étreinte de sa miséricorde, une joie qui naît de la réception « du pardon et de la paix »». 

“«Frères, sœurs, chacun de nous a reçu dans le Baptême l’Esprit Saint pour être homme et femme de réconciliation.»”

Ce pardon reçu, les chrétiens sont invités à aller le partager autour d’eux en devenant des artisans de réconciliation. Car non seulement les disciples ont reçu la miséricorde de Dieu, mais deviennent également eux-mêmes des dispensateurs de la miséricorde. «Jésus a fait de toute l’Église une communauté dispensatrice de miséricorde, un signe et un instrument de réconciliation pour l’humanité. Frères, sœurs, chacun de nous a reçu dans le Baptême l’Esprit Saint pour être homme et femme de réconciliation», a ainsi appelé le Successeur de Pierre, face aux fidèles réunis à Saint-Pierre.

«Et demandons-nous : moi, ici où je vis, en famille, au travail, dans ma communauté, est-ce que je promeus la communion, suis-je un tisseur de réconciliation ? Est-ce que je m’engage à désamorcer les conflits, afin d’apporter le pardon là où il y a la haine, la paix là où il y a de la rancœur ? Jésus cherche, en nous, des témoins devant le monde de ces paroles : La paix soit avec vous !», a insité François.

Un outil de consolation dans la peine

La miséricorde du Seigneur vient enfin nous rejoindre losque nous faisons l’expérience du doute ou de l’obscurité, de la même manière qu’elle a rejoint saint Thomas dans l’Évangile. En ce disciple se trouve en réalité «l’histoire de chaque croyant», a affirmé le Saint-Père. «Il y a des moments difficiles, où la vie semble démentir la foi, où nous sommes en crise et où nous avons besoin de toucher et de voir. Mais (…) dans ces situations, Jésus (…) offre des signes chaleureux de miséricorde. Il nous console avec le même style que celui de l’Évangile d’aujourd’hui : en nous offrant ses plaies.»

Nous sommes donc aujourd’hui appelés à devenir des outils de consolation pour les autres, a demandé le Pape François, et à prendre de notre temps pour écouter et accompagner ceux qui, autour de nous, en ont le plus besoin. Car «quand nous le faisons, nous rencontrons Jésus», a conclu, au terme de son homélie, le Souverain pontife.

Source: VATICANNEWS, le 24 avril 2022

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s