13.04.2022 – ÉVANGILE DU JOUR

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 26,14-25.

En ce temps-là, l’un des Douze, nommé Judas Iscariote, se rendit chez les grands prêtres
et leur dit : « Que voulez-vous me donner, si je vous le livre ? » Ils lui remirent trente pièces d’argent.
Et depuis, Judas cherchait une occasion favorable pour le livrer.
Le premier jour de la fête des pains sans levain, les disciples s’approchèrent et dirent à Jésus : « Où veux-tu que nous te fassions les préparatifs pour manger la Pâque ? »
Il leur dit : « Allez à la ville, chez un tel, et dites-lui : “Le Maître te fait dire : Mon temps est proche ; c’est chez toi que je veux célébrer la Pâque avec mes disciples.” »
Les disciples firent ce que Jésus leur avait prescrit et ils préparèrent la Pâque.
Le soir venu, Jésus se trouvait à table avec les Douze.
Pendant le repas, il déclara : « Amen, je vous le dis : l’un de vous va me livrer. »
Profondément attristés, ils se mirent à lui demander, chacun son tour : « Serait-ce moi, Seigneur ? »
Prenant la parole, il dit : « Celui qui s’est servi au plat en même temps que moi, celui-là va me livrer.
Le Fils de l’homme s’en va, comme il est écrit à son sujet ; mais malheureux celui par qui le Fils de l’homme est livré ! Il vaudrait mieux pour lui qu’il ne soit pas né, cet homme-là ! »
Judas, celui qui le livrait, prit la parole : « Rabbi, serait-ce moi ? » Jésus lui répond : « C’est toi-même qui l’as dit ! »

Acclamons et partageons la parole de Dieu !

COMMENTAIRE :

Saint Grégoire de Nazianze (330-390)

évêque et docteur de l’Église

Sermon 45, 23-24 ; PG 36, 654 (trad. cf bréviaire 5e sam. carême, rev.)

« Où veux-tu que nous fassions les préparatifs de ton repas pascal ? »

Nous allons participer à la Pâques. Cette participation sera, maintenant encore, de manière symbolique, par le sacrement. Toutefois, ce sacrement sera plus parlant que dans la Loi ancienne, car le banquet pascal, j’ose le dire, était alors très obscur: c’était une préfiguration. Mais bientôt la Pâque sera plus parfaite et plus pure, car le Verbe y « boira avec nous le vin nouveau dans le Royaume de son Père » (Lc 22,18). (…) Quant à nous, participons à la Loi, mais à la lumière de l’Évangile et non selon la lettre (Rm 7,6); de façon parfaite et non ébauchée, pour toujours et non pour un moment. Ayons pour capitale, non pas la Jérusalem d’en bas, mais la cité d’en haut; non pas celle qui est piétinée par les armées, mais celle qui est glorifiée par les anges. Offrons en sacrifice, non pas « de jeunes taureaux ni des agneaux portant cornes et sabots » (Ps 68,32), (…) mais « offrons à Dieu un sacrifice de louange » (Ps 49,14) sur l’autel céleste, en union avec les chœurs du ciel. Écartons le premier voile, avançons-nous jusqu’au second et portons nos regards vers le Saint des saints. Je dirai davantage : c’est nous-mêmes que nous devons offrir à Dieu en sacrifice ; offrons-lui chaque jour toutes nos activités. Acceptons tout pour le Christ : par nos souffrances, imitons sa Passion ; par notre sang honorons son sang ; montons vers la croix avec ferveur… Si tu es Simon de Cyrène, prends la croix et suis le Christ. Si tu es crucifié avec lui, comme le larron, fais comme ce juste : reconnais qu’il est Dieu… Si tu es Joseph d’Arimathie, réclame le corps à celui qui l’a fait crucifier ; que ton souci soit le rachat du monde. Si tu es Nicodème, ce serviteur nocturne de Dieu, viens ensevelir ce corps et le parfumer avec de la myrrhe. Si tu es l’une des saintes femmes, l’une ou l’autre Marie, Salomé ou Jeanne, va le pleurer de grand matin. Sois la première à voir la pierre du tombeau enlevée, peut-être même les anges, et Jésus lui-même (Lc 23,26.42.52; Jn 19,39; Mc 16,1; Lc 24,10; Jn 20,1s).

LECTURES :

Livre d’Isaïe 50,4-9a.

Le Seigneur mon Dieu m’a donné le langage des disciples, pour que je puisse, d’une parole, soutenir celui qui est épuisé. Chaque matin, il éveille, il éveille mon oreille pour qu’en disciple, j’écoute.
Le Seigneur mon Dieu m’a ouvert l’oreille, et moi, je ne me suis pas révolté, je ne me suis pas dérobé.
J’ai présenté mon dos à ceux qui me frappaient, et mes joues à ceux qui m’arrachaient la barbe. Je n’ai pas caché ma face devant les outrages et les crachats.
Le Seigneur mon Dieu vient à mon secours ; c’est pourquoi je ne suis pas atteint par les outrages, c’est pourquoi j’ai rendu ma face dure comme pierre : je sais que je ne serai pas confondu.
Il est proche, Celui qui me justifie. Quelqu’un veut-il plaider contre moi ? Comparaissons ensemble ! Quelqu’un veut-il m’attaquer en justice ? Qu’il s’avance vers moi !
Voilà le Seigneur mon Dieu, il prend ma défense ; qui donc me condamnera ?

Psaume 69(68),8-10.21-22.31.33-34.

C’est pour toi que j’endure l’insulte,
que la honte me couvre le visage :
Je suis un étranger pour mes frères,
un inconnu pour les fils de ma mère.
L’amour de ta maison m’a perdu ;
on t’insulte, et l’insulte retombe sur moi.

L’insulte m’a broyé le cœur,
le mal est incurable ;
j’espérais un secours, mais en vain,
des consolateurs, je n’en ai pas trouvé.
À mon pain, ils ont mêlé du poison ;
quand j’avais soif, ils m’ont donné du vinaigre.

Et je louerai le nom de Dieu par un cantique,
je vais le magnifier, lui rendre grâce.
Les pauvres l’ont vu, ils sont en fête :
« Vie et joie, à vous qui cherchez Dieu ! »
Car le Seigneur écoute les humbles,
il n’oublie pas les siens emprisonnés.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s