13.02.2023 – MÉMOIRE DU DÉCÈS DE SOEUR LUCIE

La dernière survivante des trois petits bergers ayant raconté les apparitions de la Vierge Marie à Fatima, est décédée dimanche 13 février 2005 à 17h25 heure locale. Agée de 97 ans, elle vivait depuis 1948 au Carmel de Sainte-Thérèse à Coimbra où elle consacrait sa vie à la prière et à la contemplation. Née Lucia de Jesus dos Santos, elle aura survécu de longues années à François et Jacinthe Marto, ses deux petits cousins qui avaient vu la Vierge à partir du 13 mai 1917. Le cœur du Portugal s’est arrêté de battre, mardi 15 février et le pays tout entier s’est tourné vers la nouvelle cathédrale de Coimbra où le cardinal Bertone, spécialement délégué par le pape et qui avait été l’un des interlocuteurs privilégiés de la messagère de Notre Dame, célébrait la messe des funérailles de Sœur Lucie. Devant une foule innombrable et dont il faut renoncer à compter les milliers et milliers de fidèles, hommes politiques et pauvres (sans oublier le chef de la maison royale, Don Duarte et son épouse), tous réunis dans une prière fervente. Le cœur du Portugal s’est arrêté de battre et la campagne législative même a été suspendue.

Pour l’occasion, Jean-Paul II, qui avait adressé un message à la carmélite quelques heures à peine avant sa mort, a écrit à l’évêque de Coimbra un message où l’on voit tout ce que Lucie – et Fatima – représente pour lui : « Je me souviens avec émotion de nos rencontres et des liens d’amitié spirituelle qui se sont intensifiés au fil du temps. »

Et le pape ajoute : « Je me suis toujours senti soutenu par le don quotidien de ses prières, spécialement dans les moments difficiles d’épreuve et de souffrance. »

C’est le cardinal Policarpo, patriarche de Lisbonne, qui a fait le panégyrique de Sœur Lucie, soulignant sa grande simplicité. « Elle, en vie, a-t-il souligné, nous étions contemporains des événements de Fatima. Sa mort marque une frontière.  A partir de maintenant, Fatima est un grand sanctuaire, un grand message, une grande tradition spirituelle. »

Un hommage d’autant plus réel que, pour nombre de Portugais et de catholiques, Sœur Lucie est déjà une sainte. Et il est vrai que la béatification récente de ses cousins (et l’ouverture de leur procès de canonisation) n’avait pas peu contribué à ancrer cette idée dans la foule des pèlerins, du vivant même de la voyante; et ce d’autant plus qu’elle était l’interlocutrice privilégiée de la Vierge.

A la sortie de la cérémonie, le cercueil de Sœur Lucie a regagné le carmel où elle devait être inhumée. Un chemin lent et difficile, tant la foule était dense. Un dernier voyage, où elle a été saluée par une multitude tournoyante de mouchoirs blancs. Comme à Fatima les pèlerins saluent la Vierge pour lui dire adieu. 19 février 2006 – Transfert du corps de Sœur Lucie, du couvent Sainte-Thérèse à Coimbra, dans la basilique du sanctuaire de Fatima. Sœur Lucie reposera, définitivement cette fois, auprès de ses cousins — enfin réunis —, le bienheureux François et la bienheureuse Jacinthe.

Le 13 février 2008 le pape Benoît XVI accorde l’ouverture de la cause de béatification de Sœur Lucie dos Santos.

Source: Étoile Notre-Dame

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s