09.01.2022 – ANGÉLUS À ROME

Angélus: la prière «donne de l’oxygène à la vie»

Après la célébration de la messe de la fête du Baptême du Seigneur, lors de laquelle il a baptisé 16 bébés dans la chapelle Sixtine, François a récité la prière de l’angélus depuis la fenêtre du palais apostolique. Il a invité la foule de pèlerins à réfléchir sur la façon dont ils prient. 

Commentant l’évangile du jour, «comme Jésus priait, après avoir été baptisé, le ciel s’ouvrit» (Lc 3, 15-16.21-22), devant une foule de pèlerins ayant bravé le froid qui s’est abattu sur Rome ce dimanche 9 janvier, François est revenu sur la scène par laquelle commence la vie publique de Jésus: «Lui, qui est le Fils de Dieu et le Messie, se rend sur les rives du Jourdain et se fait baptiser par Jean le Baptiste». 

Après une trentaine d’années de vie cachée, «Jésus ne se montre pas avec quelques miracles ou en prenant une chaise pour enseigner. Il s’aligne avec les pécheurs qui allaient être baptisés par Jean». Il partage alors le sort des pécheurs, a commenté le Pape François, et «descend jusqu’à nous : il descend au fleuve comme dans l’histoire blessée de l’humanité, il plonge dans nos eaux pour les guérir. Il ne s’élève pas au-dessus de nous, mais descend vers nous.» «Il n’y va pas seul, ni avec un groupe d’élus privilégiés. Non : il va avec le peuple. Il appartient à ce peuple et il va avec le peuple pour être baptisé avec ce peuple humble.» 

Arrêtons-nous sur un point important, a invité l’évêque de Rome. «Au moment où Jésus reçoit le baptême, le texte dit qu' »il priait » (Lc 3,21). Il est bon pour nous de contempler ceci : Jésus prie.» Mais comment prie-t-il, a questionné François, avant d’expliquer que «Jésus – les évangiles le répètent à plusieurs reprises – passe beaucoup de temps en prière : au début de chaque journée, souvent la nuit, avant de prendre des décisions importantes… Sa prière est un dialogue vivant, une relation avec le Père».

La prière n’est pas un rituel magique

Cette manière de prier est une grande leçon, a continué le Souverain pontife. «Nous sommes tous plongés dans les problèmes de la vie et dans de nombreuses situations complexes, appelés à affronter des moments difficiles et des choix qui nous tirent vers le bas», «mais, si nous ne voulons pas être écrasés, nous devons tout soulever vers le haut». Ainsi, la prière n’est pas «une échappatoire», un «rituel magique ou une répétition de chants appris par cœur.» 

Comme l’a expliqué le Saint-Père, «prier est le moyen de laisser Dieu agir en nous, de saisir ce qu’Il veut nous communiquer même dans les situations les plus difficiles, d’avoir la force de continuer.» Ainsi, «la prière est la clé qui ouvre le cœur au Seigneur. C’est le dialogue avec Dieu, c’est l’écoute de sa Parole, c’est l’adoration : rester en silence et lui confier ce que nous vivons. Et parfois, c’est aussi crier vers Lui comme Job, se défouler sur Lui».  

La prière donne «de l’oxygène à la vie, un espace de respiration même au milieu de l’angoisse, et nous fait voir les choses plus largement», a ensuite détaillé le Pape. «Surtout, elle nous permet de faire la même expérience que Jésus au Jourdain : nous nous sentons des enfants aimés du Père». Il est important de se rappeler notre date de baptême, a répété François, invitant ceux qui avaient un doute sur cette date à demander à leurs proches.

Enfin, l’évêque de Rome a exhorté chacun à se demander «comment va ma prière ? Est-ce que je prie par habitude, sans le vouloir, en récitant simplement des formules ? Ou est-ce que je cultive l’intimité avec Dieu, je dialogue avec lui, j’écoute sa Parole ?» Cette prière ne doit pas être négligée, a-t-il conclu.

Source: VATICANNEWS, le 9 janvier 2022

Le Pape appelle au dialogue au Kazakhstan

Dégâts dans le centre d'Almaty au Kazakhstan après les émeutesDégâts dans le centre d’Almaty au Kazakhstan après les émeutes

Le Pape appelle au dialogue au Kazakhstan

Après la prière de l’angélus, le Pape François a évoqué dans ses saluts aux fidèles le Kazakhstan et confié sa préoccupation après la répression de manifestations cette semaine. Il espère que l’harmonie sociale sera retrouvée grâce au dialogue. 

«J’ai appris avec douleur qu’il y a eu des victimes durant les protestations qui ont éclaté ces derniers jours au Kazakhstan» a déclaré le Pape François après avoir récité depuis la fenêtre des appartements du palais apostolique la prière de l’angélus, en ce dimanche, fête du Baptême du Seigneur. «Je prie pour elles et pour leurs proches, et je souhaite que l’harmonie sociale soit retrouvée le plus vite possible au travers du dialogue, de la justice et du bien commun. Je confie le peuple kazakh à la protection de la Vierge, Reine de la Paix d’Ozernoïe», un important centre de pèlerinage marial dans le pays.

Le Saint-Père a fait référence aux émeutes qui ont fait au moins 164 morts, dont 103 dans la capitale économique, Almaty, selon un bilan provisoire communiqué ce dimanche par le ministère kazakh de la Santé. Un bilan précédent faisait état de 26 morts et de deux mille blessés.

Ces chiffres montrent la violence des affrontements entre les manifestants et les forces de l’ordre qui poursuivaient leurs opérations de répression avec l’arrestation au total de près de 6 000 personnes. Selon les autorités, «un nombre conséquent de ressortissants étrangers» figurent parmi les personnes interpellées. La situation serait stabilisée dans plusieurs régions du pays même si des «opérations de nettoyage»seraient encore en cours.

Plusieurs jours d’émeutes

La contestation a commencé dimanche dernier après l’augmentation des prix du gaz, avant de gagner des grandes villes, notamment la capitale économique Almaty, où des émeutes ont éclaté, la police tirant à balles réelles sur les manifestants.

Selon le ministère kazakh de l’Intérieur cité dimanche par les médias locaux, le préjudice matériel causé par les violences a été initialement évalué à environ 175 millions d’euros. Plus de cent commerces et banques ont été pillés et plus de 400 véhicules détruits, selon la même source.

Le Kazakhstan avait annoncé samedi l’arrestation de l’ex-directeur des services de renseignement, Karim Massimov, première personnalité majeure interpellée, pour des soupçons de «haute trahison». Refusant tout dialogue avec les manifestants, le président Tokaïev avait autorisé vendredi ses forces à «tirer pour tuer».

L’aéroport d’Almaty, qui devait rouvrir lundi, restera finalement fermé «jusqu’à ce que la situation se stabilise», ont déclaré dimanche les autorités. Outre la hausse du coût de la vie, la figure de l’ex-président Nazarbaïev, qui a régné d’une main de fer sur le Kazakhstan de 1989 à 2019, était au centre de la colère des manifestants.

La Russie a déployé des troupes dans le pays d’Asie centrale dans le cadre d’un contingent multinational de l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC), à l’appel de M. Tokaïev.

Source: VATICANNEWS, le 9 janvier 2022

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s