Les Missionnaires de la charité ferment un orphelinat en Inde

WEB2-CHARITY-NUNS-INDIA-shutterstock_1736354240.jpg
Shutterstock I Zvonimir Atletic – Missionnaires de la charité.

Les Missionnaires de la charité ferment un orphelinat en Inde

Les Missionnaires de la charité ont été contraintes de fermer leur orphelinat de Nirmala Shishu Bhavan, dans l’État indien de l’Uttar Pradesh. Une triste nouvelle, conséquence de l’expiration de leur bail en 2019, et qui intervient quelques jours après l’annonce du non-renouvellement par le gouvernement indien de la licence autorisant la congrégation à recevoir des subventions de pays étrangers.

Tristesse et inquiétude. Les Missionnaires de la charité ont été contraintes de fermer leur orphelinat de Nirmala Shishu Bhavan, à Kanpur, dans l’État indien de l’Uttar Pradesh. Ouvert en 1968, il a été construit sur un terrain appartenant au ministère de la Défense indien et dont le bail avait expiré en 2019. Mais ce n’est que tout récemment que le ministère de la Défense a fait cette annonce en affirmant que les religieuses étaient des intrus et devaient payer une amende ou être expulsées.

Cette décision intervient également quelques jours après l’annonce fin décembredu non-renouvellement, par le ministre de l’Intérieur indien, de la licence autorisant les Missionnaires de la charité à recevoir des subventions en provenance de l’étranger. Leur demande de renouvellement d’enregistrement de leur licence en vertu du Foreign Contribution Regulation Act (FCRA) a été rejetée « pour ne pas avoir satisfait aux conditions de recevabilité ».

Sœur Prema, la supérieure de la congrégation, a estimé plus prudent de se rendre devant les autorités afin de mettre pacifiquement les clefs de l’infrastructure. Les religieuses ont placé plus de 1.500 orphelins dans des familles adoptives au cours des cinq dernières années. Les 11 derniers enfants restants, dont la plupart sont lourdement handicapés, ont pu être transférés dans d’autres foyers.

Le 27 décembre 2021, dans la foulée de l’annonce du renouvellement de leur licence par le gouvernement indien, sœur Prema avait annoncée, comme mesure préventive, qu’elle avait demandé à ses centres de ne toucher à aucun compte comprenant des fonds étrangers « jusqu’à ce que le problème soit résolu ».

Source: ALETEIA, le 6 janvier 2022

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s