05.01.2022 – ÉVANGILE DU JOUR

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 6,45-52.

Aussitôt après avoir nourri les cinq mille hommes, Jésus obligea ses disciples à monter dans la barque et à le précéder sur l’autre rive, vers Bethsaïde, pendant que lui-même renvoyait la foule.
Quand il les eut congédiés, il s’en alla sur la montagne pour prier.
Le soir venu, la barque était au milieu de la mer et lui, tout seul, à terre.
Voyant qu’ils peinaient à ramer, car le vent leur était contraire, il vient à eux vers la fin de la nuit en marchant sur la mer, et il voulait les dépasser.


En le voyant marcher sur la mer, les disciples pensèrent que c’était un fantôme et ils se mirent à pousser des cris.
Tous, en effet, l’avaient vu et ils étaient bouleversés. Mais aussitôt Jésus parla avec eux et leur dit : « Confiance ! c’est moi ; n’ayez pas peur ! »


Il monta ensuite avec eux dans la barque et le vent tomba ; et en eux-mêmes ils étaient au comble de la stupeur,
car ils n’avaient rien compris au sujet des pains : leur cœur était endurci.

Acclamons et partageons la parole de Dieu !

COMMENTAIRE :

Odes de Salomon (texte chrétien hébraïque du début du 2e siècle)

N° 7 (Les Odes de Salomon; coll. Quand vous prierez; trad. Joseph Guirau et A.-G. Hamman; Desclée de Brouwer, 1981, p. 23 rev.)

« Confiance, c’est moi, n’ayez pas peur »

Ma joie, c’est le Seigneur, et mon élan se porte vers lui. Belle est ma route vers le Seigneur, car il est mon soutien. Il s’est fait connaître lui-même dans sa simplicité, sa bienveillance a diminué pour moi sa grandeur. Il s’est fait semblable à moi pour que je le reçoive ; il s’est fait semblable à moi pour que je le revête. Je n’ai pas été effrayé en le voyant, car il est ma miséricorde. Il a pris ma nature pour que je le comprenne, et mon visage pour que je ne me détourne pas de lui. Celui qui donne la connaissance est le Verbe, la Parole, de la connaissance. Lui qui a créé la sagesse est plus sage que tout ce qu’il a créé. Lui qui m’a créé, il savait avant que je ne sois ce que je ferais quand j’existerais. À cause de cela il a eu pitié dans sa miséricorde, il m’a accordé que je prie et que je reçoive de son sacrifice. Oui, Dieu est impérissable, il est la plénitude des mondes et leur Père. Il s’est manifesté aux siens, pour qu’ils connaissent celui qui les a faits, et ne s’imaginent plus tirer d’eux-mêmes leur origine. Il a ouvert une route à la connaissance, il l’a élargie, prolongée et conduite à sa perfection. Il a posé sur elle les empreintes de sa lumière, et ses traces, du début jusqu’au terme, car elle est son œuvre. Il a mis tout son amour dans le Fils. À cause de son salut, il exercera sa toute-puissance, et le Très-Haut sera connu par ses saints, pour annoncer la venue du Seigneur à ceux qui chantent, afin qu’ils aillent à sa rencontre et lui chantent dans la joie.

LECTURES :

Première lettre de saint Jean 4,11-18.

Bien-aimés, puisque Dieu nous a tellement aimés, nous devons, nous aussi, nous aimer les uns les autres.
Dieu, personne ne l’a jamais vu. Mais si nous nous aimons les uns les autres, Dieu demeure en nous, et, en nous, son amour atteint la perfection.
Voici comment nous reconnaissons que nous demeurons en lui et lui en nous : il nous a donné part à son Esprit.
Quant à nous, nous avons vu et nous attestons que le Père a envoyé son Fils comme Sauveur du monde.
Celui qui proclame que Jésus est le Fils de Dieu, Dieu demeure en lui, et lui en Dieu.
Et nous, nous avons reconnu l’amour que Dieu a pour nous, et nous y avons cru. Dieu est amour : qui demeure dans l’amour demeure en Dieu, et Dieu demeure en lui.
Voici comment l’amour atteint, chez nous, sa perfection : avoir de l’assurance au jour du jugement ; comme Jésus, en effet, nous ne manquons pas d’assurance en ce monde.
Il n’y a pas de crainte dans l’amour, l’amour parfait bannit la crainte ; car la crainte implique un châtiment, et celui qui reste dans la crainte n’a pas atteint la perfection de l’amour.

Psaume 72(71),1-2.10-11.12-13.

Dieu, donne au roi tes pouvoirs, 
à ce fils de roi ta justice.
Qu’il gouverne ton peuple avec justice, 
qu’il fasse droit aux malheureux !

Les rois de Tarsis et des Îles apporteront des présents. 
Les rois de Saba et de Seba feront leur offrande.
Tous les rois se prosterneront devant lui, 
tous les pays le serviront.

Il délivreras le pauvre qui appelle
et le malheureux sans recours.
Il aura souci du faible et du pauvre,
du pauvre dont il sauve la vie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s