Sœur Veronica, l’ange des femmes enceintes de Meghalaya

WEB2-SISTER-VERONICA-INDIA-Missionary-Sisters-of-Mary-Help-of-Christians-MSMHC.jpg

Missionary Sisters of Mary Help of Christians (MSMHC)

Sœur Veronica Vuantei.

Sœur Veronica Vuantei, 53 ans, a embrassé une triple vocation : religieuse, infirmière et sage-femme. Membre des sœurs missionnaires de Marie Auxiliatrice, c’est dans un centre de santé du village de Sohklong, dans l’État indien de Meghalaya, qu’elle témoigne inlassablement de l’amour du Christ par le service de son prochain.

« Je suis venu pour qu’ils aient la vie, et qu’ils l’aient en abondance. » Ces paroles du Christ (Jn 10, 10), sœur Veronica Vuantei en a fait la pierre angulaire de sa vie. Âgée de 53 ans, cette religieuse indienne est membres des sœurs missionnaires de Marie Auxiliatrice. Originaire d’Aizawl, ville de l’État du Mizoram, dans le nord-est de l’Inde, elle a suivi en 2000 des études d’infirmière afin de venir en aide aux personnes démunis vivant dans des hameaux reculés, rapporte le quotidien indien The Shillong Times. Elle travaille actuellement dans un centre de santé du village de Sohklong, dans l’État de Meghalaya, où elle exerce son métier d’infirmière, notamment auprès des femmes enceintes. Ce centre compte onze lits ainsi qu’une salle d’accouchement.

Une infirmière est celle qui ouvre les yeux d’un nouveau-né et ferme doucement les yeux d’un mourant.

« Une infirmière est celle qui ouvre les yeux d’un nouveau-né et ferme doucement les yeux d’un mourant », a-t-elle confié au Shillong Times. « C’est en effet une grande bénédiction d’être le premier et le dernier à assister au début et à la fin de la vie. » Lorsque des femmes enceintes viennent la voir, elle ne demande jamais leur âge. « Je leur demande seulement si elles sont accompagnées de leurs parents ou de leur mari », détaille-t-elle. « Elles ont généralement peur de se rendre dans les centres de santé communautaires où elles devront y révéler leur âge ».

La condition des femmes en Inde et tout particulièrement celle des femmes enceintes demeure extrêmement précaire dans le pays. Outre les viols et violences sexuelles dont les femmes sont régulièrement la cible, vient s’ajouter le problème des avortements « sélectifs » pour ne pas avoir de fille. Selon le Fonds des Nations Unis pour la population (UNFPA) et son rapport sur l’état de la population mondiale en 2020, l’Inde compte 46 millions de « femmes manquantes » sur une période de près de cinquante ans.

Source: ALETEIA, le 4 janvier 2022

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s