Pologne: béatification du p. Jean-François Macha, martyr du nazisme

Le p. Jean-François Macha © Episkopat.pl

Le P. Jean-François Macha © Episkopat.pl

Pologne: béatification du p. Jean-François Macha, martyr du nazisme

Célébration présidée par le card. Semeraro à Katowice

La béatification du Serviteur de Dieu et prêtre polonais Jean François Macha aura lieu demain, samedi 20 novembre 2021, à 10 heures, dans la cathédrale du Christ Roi de Katowice en Pologne.

Le p. Jean-François Macha © Episkopat.pl

Le p. Jean-François Macha © Episkopat.plVoici l’annonce de la béatification du p. Jan Macha:

Katowice, samedi 20 novembre, 

béatification du père Jean-François Macha

La béatification du Serviteur de Dieu Père Jean François Macha aura lieu le samedi 20 novembre, à 10 heures, dans la cathédrale du Christ Roi de Katowice. La messe solennelle sera présidée par le Cardinal Marcello Semeraro, préfet de la Congrégation pour les Causes des Saints.

La liturgie sera célébrée en latin et en polonais. Le rite de béatification suivra immédiatement après le chant du Kyrie. Il commencera par la demande de l’archevêque métropolitain de Katowice au pape François d’inscrire le vénérable serviteur de Dieu Jean François Macha parmi les bienheureux. Mgr Skworc la soumettra au délégué pontifical, le cardinal Marcello Semeraro. Le moment clé du rite de béatification sera la lecture de la biographie du Vénérable Jean François Macha par le postulateur, le père Damian Bednarski, professeur de l’Université de Silésie.

Ensuite, par mandat du Saint-Père François, sera lue la Lettre Apostolique par laquelle le Pape inscrira le Vénérable Serviteur de Dieu Jean François Macha parmi les Bienheureux. La formule de béatification sera prononcée d’abord en latin par le délégué du Pape, le cardinal Marcello Semeraro, puis en polonais par le chancelier de la Curie métropolitaine, le père Jan Smolec.

La lecture de la formule de béatification sera suivie du dévoilement de l’image du bienheureux Jean François Macha, peinte par le professeur Antoni Cygan, ancien recteur de l’Académie des Beaux-Arts de Katowice. Les reliques seront apportées dans le chœur par la famille du nouveau bienheureux. Il s’agit de la dernière lettre écrite par le père Jean Macha à ses parents et à son frère et ses sœurs peu avant sa mort, d’un chapelet qu’il a fabriqué et d’un mouchoir taché de sang.

Pendant la béatification, nous entendrons la Missa Ioannis Pauli Secundi écrite par Henryk Jan Botor, un compositeur de Tychy. Cette composition a été interprétée pour la première fois lors des Journées mondiales de la jeunesse à Cracovie en 2016.

Avant la messe de 9 heures, il y aura une veillée de prière préparée, entre autres, par les boursiers de l’Œuvre du nouveau millénaire et le théâtre Cordis de Jastrzębie Zdrój. À la fin de la veillée, il y aura un morceau de musique pour orgue et violon composé spécialement pour cette occasion par le professeur Julian Gembalski. Elle sera interprétée sur le violon dont jouait le Serviteur de Dieu, le Père Jean François Macha. L’instrument a été soigneusement restauré dans l’atelier de lutherie artistique d’Aleksandra et Arkadiusz Gromek à Katowice.

La cathédrale sera ouverte aux fidèles à partir de 8 heures. Un secteur à l’intérieur de l’église sera réservé aux invités, tandis que les autres sièges et zones debout sont destinés à tous ceux qui souhaitent participer à la cérémonie. – « Nous vous encourageons à arriver tôt et à prendre les places disponibles », déclare le père Tomasz Wojtal, porte-parole de l’archidiocèse de Katowice. Les organisateurs ont aussi prévu des écrans afin que tous ceux qui ne pourront pas entrer dans la cathédrale puissent participer. « Le premier sera installé dans l’église académique, au sous-sol de la cathédrale, et le second sur la place Saint-Jean-Paul II, devant la cathédrale », ajoute le porte-parole.

Les organisateurs encouragent les fidèles à utiliser les transports en commun pour venir à la cérémonie de béatification. Pour ceux qui décident de venir en voiture, des places de parking seront disponibles dans le secteur de la place Sejmu Śląskiego et du centre commercial « Belg ». Il ne sera pas possible de garer les véhicules près de la cathédrale dans les rues suivantes : Wita Stwosza, Plebiscytowa, Powstańców, Domina et Czempiela.

« En outre, les participants à la liturgie sont priés de respecter les règles sanitaires de base : se désinfecter les mains (à l’entrée de la cathédrale), se couvrir la bouche et le nez avec un masque, et garder une distance adéquate », lance le porte-parole au nom des organisateurs.

Père Rafał Skitek /Radio eM Katowice

Le serviteur de Dieu, le père Jean Macha, est né le 18 janvier 1914, dans la famille traditionnelle silésienne de Paweł Macha et Anna, née Cofałka, à Chorzów Stary. Il avait deux sœurs et un frère. Dans la famille, on le surnommait « Hanik ». Il était actif dans le scoutisme et le sport. Il participait aussi activement à l’Association de la jeunesse catholique. En 1934, il est entré au Séminaire théologique de Silésie à Cracovie. Le 25 juin 1939, il a été ordonné prêtre par Mgr Stanislaw Adamski dans l’église des Saints Apôtres Pierre et Paul à Katowice. 

Après une substitution de deux mois dans sa paroisse d’origine, il prend le 10 septembre le poste de vicaire à l’église paroissiale Saint-Joseph de Ruda Śląska. Là, il établit des contacts avec l’organisation secrète et développe une activité caritative animée auprès des familles polonaises touchées par l’occupation. 

Le 5 septembre 1941, le père Jean Macha est arrêté par la Gestapo à la gare de Katowice. Il portait sur lui une liste de personnes que lui et ses associés avaient aidées et d’autres documents indiquant qu’ils avaient collecté de l’argent et l’avaient remis aux nécessiteux. Cette liste a été l’une des principales pièces à conviction de l’enquête et du procès qui ont suivi pour l’ensemble du groupe. 

Le 17 juillet 1942, une courte audience s’est tenue devant le tribunal sommaire de Katowice, au cours de laquelle le père Macha et son collaborateur le séminariste Guertler ont été condamnés à mort par décapitation. La sentence fut exécutée le 3 décembre 1942, dans la prison de Katowice. Le corps du père Macha, qui n’a jamais été rendu à sa famille, a très probablement été brûlé dans le camp de concentration d’Auschwitz. 

Dans une lettre écrite quelques heures avant son exécution, le père Macha demandait à sa famille d’aménager un « coin tranquille dans le cimetière, pour que de temps en temps quelqu’un se souvienne de moi et dise le Notre Père pour moi ». Sa demande a été exaucée des années plus tard, en octobre 1951, lorsque, à l’initiative de ses camarades de classe, une tombe symbolique a été établie pour le P. Jean dans l’ancien cimetière de la paroisse Sainte-Marie-Madeleine à Chorzow Stary. 

Au niveau diocésain, le procès de béatification du p. Jean Macha commença en 2013 et se poursuivit jusqu’au 5 septembre 2015. La documentation a ensuite été soumise à la Congrégation pour la cause des saints. Le 16 mars 2016, le dossier a été ouvert publiquement, et l’étape romaine du processus de béatification a commencé. 

Le décret confirmant le martyre du serviteur de Dieu, le père Jean François Macha, prêtre de l’archidiocèse de Katowice, a été approuvé par le pape François le 28 novembre 2019. Le futur bienheureux sera fait patron, entre autres, du Séminaire supérieur silésien de Katowice.

Source; ZENIT.ORG, le 19 novembre 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s