08.11.2021 – SAINT DU JOUR

Bx John Duns Scot

PRÊTRE O.F.M., THÉOLOGIEN († 1308)

Les recherches entreprises au XXe siècle ont permis de déterrer quelques faits concernant la vie de Jean Duns Scot sur laquelle on ne savait jusque-là pratiquement rien. Jean (John) naît en 1266 (peut-être fin 1265) dans la petite ville de Duns en Écosse (d’où son surnom de Duns Scot), et commence sa scolarité à l’école de Haddington.

Il entre au couvent franciscain de Dumfries comme novice puis est admis, en 1280, dans l’ordre des Frères Mineurs. Il est ordonné prêtre le 17 mars 1291 à Northampton. Les preuves manquent sur son passage à Paris de septembre 1293 à juillet 1297, pour compléter sa formation, comme sur son installation à Cambridge entre 1297 et 1300 en tant qu’enseignant. Plus probablement passe-t-il ces années, de 1288 à 1300, dans les collèges de son ordre, puis à l’Université d’Oxford où il a comme maître Guillaume de Ware. Il y enseigne en commentant les Sentences de Pierre Lombard, puis passe peut-être quelque mois à l’Université de Cambridge. 

En 1302 (ou 1300) il enseigne à l’Université de Paris comme bachelier. Le milieu universitaire connaît, l’année suivante, une grave crise consécutive à la querelle entre le roi Philippe le Bel et le pape Boniface VIII (Benedetto Caetani, 1294-1303). Pour entretenir financièrement ses armées en conflit avec l’Angleterre, Philippe taxe les biens de l’Église. Boniface réplique par l’excommunication. Philippe tente alors de réunir un concile pour le déposer : 80 frères, parmi lesquels Duns Scot et son maître Gonzalves d’Espagne, refusent de signer un manifeste anti-papal et doivent prendre le chemin de l’exil.

Pour avoir défendu la doctrine de l’Immaculée Conception de Marie, il est persécuté par les siens.

Après la mort de Boniface et grâce à la diplomatie de son successeur Benoît XI, le roi autorise les exilés à revenir enseigner à Paris. Duns Scot quitte donc sa retraite d’Oxford (ou de Cambridge ?) vers la fin de l’année 1304, et rentre en France. Gonzalves d’Espagne recommande au provincial de son ordre « l’excellente science, le très subtil génie » de Duns Scot, dont la réputation grandit auprès de ses pairs. Il est honoré à Pâques en 1305 docteur en théologie et est promu, l’année suivante, maître régent du studium général du couvent franciscain de Paris. Il semble qu’il participe à une dispute avec le maître dominicain Guillaume Pierre Godin, à propos du rôle de la matière dans l’individuation.

À la requête du chapitre général de Toulouse, il part en octobre 1307 enseigner à Cologne comme lector principalis. En fait, la raison de son départ est probablement sa propre sécurité. Sa défense de l’Immaculée Conception provoque l’indignation des Dominicains, et le maître Jean de Pouilly en appelle aux sanctions que mérite ce qu’il qualifie d’hérésie. De plus, les poursuites consécutives à la condamnation des Templiers par Philippe le Bel mettent en péril Duns Scot, qui avait fait partie des bannis au moment de la crise entre Philippe et Boniface. 

Jean Duns Scot meurt à Cologne le 8 novembre 1308. 

Il a été béatifié à Rome, le 20 mars 1993, par saint Jean Paul II (Karol Józef Wojtyła, 1978-2005).

Pour approfondir, lire la catéchèse du pape Benoît XVI :

>>> Jean Duns Scot

Saint Jean Duns Scot priez pour nous !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s