27.09.2021 – ÉVANGILE DU JOUR

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 9,46-50. 

En ce temps-là, une discussion survint entre les disciples pour savoir qui, parmi eux, était le plus grand.
Mais Jésus, sachant quelle discussion occupait leur cœur, prit un enfant, le plaça à côté de lui
et leur dit : « Celui qui accueille en mon nom cet enfant, il m’accueille, moi. Et celui qui m’accueille accueille celui qui m’a envoyé. En effet, le plus petit d’entre vous tous, c’est celui-là qui est grand. »
Jean, l’un des Douze, dit à Jésus : « Maître, nous avons vu quelqu’un expulser des démons en ton nom ; nous l’en avons empêché, car il ne marche pas à ta suite avec nous. »
Jésus lui répondit : « Ne l’en empêchez pas : qui n’est pas contre vous est pour vous. »

Acclamons et partageons la parole de Dieu !

Commentaire de Luc 9,46-50

COMMENTAIRE :

Saint Clément d’Alexandrie (150-v. 215)

théologien – Le Pédagogue, I, 21-24 (Coll. Les Pères dans la Foi 44-45; trad. B. Troo et P. Gauriat; Éd. Migne 1991, p. 45)

« Qui accueille en mon nom cet enfant, c’est moi qu’il accueille »

« Leurs petits enfants, dit l’Écriture, seront portés sur les épaules et consolés sur les genoux. Comme un enfant que sa mère console, moi aussi je vous consolerai » (Is 66,12-13). La mère attire à elle ses petits enfants et nous, nous cherchons notre mère, l’Église. Tout être faible et tendre, dont la faiblesse a besoin de secours, est gracieux, doux, charmant ; Dieu ne refuse pas son secours à un être si jeune. Les parents vouent une tendresse particulière à leurs petits. (…) De même, le Père de toute la création accueille ceux qui se réfugient auprès de lui, les régénère par l’Esprit et les adopte pour ses fils ; il connaît leur douceur et c’est eux seuls qu’il aime, secourt, défend ; c’est pourquoi il les nomme ses petits enfants (cf Jn 13,33). (…) Le Saint-Esprit, parlant par la bouche d’Isaïe, applique au Seigneur lui-même le terme de petit enfant : « Voici qu’un petit enfant nous est né, un fils nous a été donné (…) » (Is 9,5). Quel est donc ce petit enfant, ce nouveau-né, à l’image de qui nous sommes de petits enfants ? Par le même prophète, l’Esprit nous décrit sa grandeur : « Conseiller admirable, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix » (v. 6). Ô le grand Dieu ! Ô l’enfant parfait ! Le Fils est dans le Père et le Père est dans le Fils. Pourrait-elle n’être pas parfaite, l’éducation que donne ce petit enfant ? Elle nous englobe tous pour nous guider, nous, ses petits enfants. Il a étendu sur nous les mains, et nous avons mis en elles toute notre foi. À ce petit enfant, Jean Baptiste rend témoignage lui aussi : « Voici, dit-il, l’agneau de Dieu » (Jn 1,29). Puisque l’Écriture nomme agneaux les tout petits enfants, il a appelé « agneau de Dieu » le Verbe Dieu qui pour nous s’est fait homme et a voulu être en tout semblable à nous, lui, le Fils de Dieu, le petit enfant du Père.

Jésus Christ notre espérance - Page 132

LECTURES :

Livre de Zacharie 8,1-8.

Parole du Seigneur de l’univers :
Ainsi parle le Seigneur de l’univers : J’éprouve pour Sion un amour jaloux, j’ai pour elle une ardeur passionnée.
Ainsi parle le Seigneur : Je suis revenu vers Sion, et je fixerai ma demeure au milieu de Jérusalem. Jérusalem s’appellera : « Ville de la loyauté », et la montagne du Seigneur de l’univers : « Montagne sainte ».
Ainsi parle le Seigneur de l’univers : Les vieux et les vieilles reviendront s’asseoir sur les places de Jérusalem, le bâton à la main, à cause de leur grand âge ;
les places de la ville seront pleines de petits garçons et de petites filles qui viendront y jouer.
Ainsi parle le Seigneur de l’univers : Si tout cela paraît une merveille aux yeux des survivants de ce temps-là, ce sera aussi une merveille à mes yeux – oracle du Seigneur de l’univers.
Ainsi parle le Seigneur de l’univers : Voici que je sauve mon peuple, en le ramenant du pays de l’orient et du pays de l’occident.
Je les ferai venir pour qu’ils demeurent au milieu de Jérusalem. Ils seront mon peuple, et moi, je serai leur Dieu, dans la loyauté et dans la justice.


Psaume 102(101),16-18.19-21.29.22-23.

Les nations craindront le nom du Seigneur,
et tous les rois de la terre, sa gloire :
quand le Seigneur rebâtira Sion,
quand il apparaîtra dans sa gloire,
il se tournera vers la prière du spolié,
il n’aura pas méprisé sa prière.

Que cela soit écrit pour l’âge à venir,
et le peuple à nouveau créé chantera son Dieu :
« Des hauteurs, son sanctuaire, le Seigneur s’est penché ;
du ciel, il regarde la terre
pour entendre la plainte des captifs
et libérer ceux qui devaient mourir. »

Les fils de tes serviteurs trouveront un séjour,
et devant toi se maintiendra leur descendance.
On publiera dans Sion le nom du Seigneur
et sa louange dans tout Jérusalem,
au rassemblement des royaumes et des peuples
qui viendront servir le Seigneur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s