La mystique Hildegarde de Bingen ou l’âge d’or de l’érudition médiévale

Les visions d'Hildegarde transcrites dans des notes et plus tard dans des livres organiques, l'ont rendue célèbre.Les visions d’Hildegarde transcrites dans des notes et plus tard dans des livres organiques, l’ont rendue célèbre.

La mystique Hildegarde de Bingen ou l’âge d’or de l’érudition médiévale

Hildegarde de Bingen, moniale du XIIème siècle de la vallée rhénane du Saint-Empire romain germanique et docteur de l’Église, est célébrée ce 17 septembre. Le Pape François l’avait annoncé le 2 février dernier en la faisant entrer au Calendrier romain général, avec une mémoire facultative. 

Entretien réalisé par Delphine Allaire – Cité du Vatican 

L’héritage spirituel et intellectuel de cette sainte canonisée par Benoît XVI en 2012 est monumental. Pionnière en matière de protection de la Création, elle considérait tous les éléments vivants comme interdépendants, préfigurant ainsi l’écologie intégrale chère au Pape François, particulièrement en cette année Laudato Si’, qui s’étale jusqu’à mai prochain.

Originaire de Rhénanie, moniale puis abbesse et fondatrice de monastères féminins, mais aussi prédicatrice itinérante, médecin, naturaliste, musicienne, peintre, Hildegarde de Bingen (1098-1179) fut surtout une visionnaire et une mystique de tout premier ordre. Enfant, elle manifestait un puissant don de prophétie. En 1141, elle reçut du Ciel cet appel: «Écris ce que tu vois et entends, afin que mes merveilles cachées soient révélées». De là naquirent trois ouvrages étonnants: Scivias, Le Livre des mérites de la vie, et Le Livre des œuvres divines, dans lesquels elle transmet ce que lui dit la «Lumière vivante».

Sa béatification fut rapide, mais il fallut cependant attendre l’année 2012 pour la voir canonisée et reconnue docteur de l’Église par le Pape Benoît XVI.

Frère Rémy Valléjo, dominicain de Strasbourg, spécialiste des mystiques rhénans, brosse le portrait spirituel et intellectuel de cette figure aussi prophétique qu’encyclopédique. Il publie en mars prochain «Réduit à rien, les derniers jours de maître Eckart», aux éditions du Cerf. 

Source: VATICANNEWS, le 17 septembre 2022

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s