Le père Maccalli demande de prier pour les otages du Sahel

Le père Luigi Maccalli, ici lors de sa visite dans les studios de Radio Vatican en novembre 2020.Le père Luigi Maccalli, ici lors de sa visite dans les studios de Radio Vatican en novembre 2020. 

Le père Maccalli demande de prier pour les otages du Sahel

Le prêtre italien, membre de la Société des missions africaines, avait été enlevé en 2018 au Niger par un groupe djihadiste malien et libéré en octobre dernier après près de deux ans de captivité. Dans un entretien pour Radio Vatican en italien, il exhorte à prier pour la religieuse franciscaine enlevée il y a quatre ans au Mali et pour ceux qui vivent le drame de l’enlèvement.

Amedeo Lomonaco – Cité du Vatican

«Nous demandons au Seigneur la libération de sœur Gloria et de tous les autres otages.»L’appel et la prière du père Pierluigi Maccalli montent vers le ciel. Le prêtre, qui s’est rendu le 1er août dernier en pèlerinage au sanctuaire de Fatima pour remercier la Vierge de sa libération, invite à ne pas oublier la religieuse colombienne enlevée en 2017 dans le sud du Mali, et ceux qui vivent le drame du kidnapping.

Sœur Gloria Cecilia Narváez Argoti a été enlevée dans la paroisse de Karangasso le soir du 7 février 2017 alors qu’elle effectuait sa mission. La religieuse colombienne de la Congrégation des Sœurs franciscaines de Marie Immaculée a récemment pu envoyer un message à son frère grâce à la Croix-Rouge internationale. «J’envoie à tous, écrit-elle en espagnol en lettres capitales, mes salutations les plus chaleureuses. J’ai été prisonnière pendant quatre ans, et maintenant je suis avec un nouveau groupe.»

Ces derniers jours, la situation de sœur Gloria a été au centre d’une conversation entre le Père Maccalli et la Fondation pontificale Aide à l’Église en détresse. En captivité, a expliqué le prêtre aux médias du Vatican, la solitude conduit l’otage à penser qu’il est oublié de tous. Il est important de faire sentir aux personnes qui ont été enlevées, même lorsqu’elles retrouvent la liberté, qu’elles ne sont pas seules. Pour les personnes retenues en otage, le fait de pouvoir recevoir une photo de leurs proches peut remplir le cœur et donner du courage. Lorsque j’ai été libéré, se souvient le père Maccalli, j’ai vu le «fleuve de prière» qui a accompagné mes deux années de captivité.

Quel appel voudriez-vous lancer à ceux qui souffrent de la captivité?

N’oublions pas tous les otages qui se trouvent au Sahel et dans tant de régions du monde. Continuons à prier, à soutenir et à demander leur libération. J’aimerais que cela soit dit et rappelé. N’oublions pas la souffrance de ces personnes et de leurs familles.

La prière est certainement la modalité que nous pouvons tous employer. Je le crois fermement, notamment en raison de ma propre expérience. Puis, à mon retour, j’ai vu ce fleuve de prière qui a accompagné mes deux années d’enlèvement. La prière est certainement une aide valable pour les hommes de foi. Nous essayons vraiment d’être proches de cette manière. Et puis la proximité humaine. Je pense qu’il est important de faire sentir à ces personnes, même lorsqu’elles reviennent, qu’elles n’ont pas été oubliées. Ce qui m’a le plus blessé, c’est de me sentir oublié de tous. C’est un sentiment que vous avez, mais en revenant, j’ai découvert qu’il y avait beaucoup de gens qui avaient prié et espéré cette libération.

Se sentir seul est peut-être encore plus dramatique que la violence de l’enlèvement…

On ressent une grande solitude et l’impossibilité d’avoir quoi que ce soit d’écrit. J’ai également demandé à toutes les personnes qui sont impliquées, qui mènent peut-être les négociations, de faire tout leur possible pour envoyer un signal, une photographie. Il sera peut-être difficile d’envoyer un texte écrit car il sera mis à la poubelle. Mais quelque chose de neutre, un signe qui dit: la famille, le monde ne vous oubliera pas. Une photo de votre famille et de vos amis suffirait. C’est une aide précieuse pour ceux qui vivent dans une situation de solitude.

J’ai recueilli le témoignage d’Edith Blais, la jeune Canadienne qui a été enlevée. Elle a pu recevoir une photo de son père avec lequel elle faisait un bras de fer. Elle s’est accrochée à cette photo et l’a mise dans le livre qu’elle a publié il y a quelque temps. Cette image qui lui est venue a rempli non seulement son cœur mais aussi ses yeux de larmes. Cela lui a donné la force d’endurer cette situation.

Source: VATICANNEWS, le 7 août 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s