Le Pape François rappelle l’importance de la dignité du travail

Le Pape recevant la délégation du "Projet Policoro", le 5 juin 2021 au Palais apostolique.Le Pape recevant la délégation du « Projet Policoro », le 5 juin 2021 au Palais apostolique.  (Vatican Media)

Le Pape François rappelle l’importance de la dignité du travail

Le Pape François a reçu ce samedi matin une délégation du projet Policoro, une structure mise en place il y a 25 ans par la Conférence épiscopale italienne pour encourager le travail des jeunes dans le sud de l’Italie. L’occasion pour le Saint-Père de rappeler l’importance de la dignité du travail, dans la lignée de la Doctrine sociale de l’Église et de ses encycliques « Laudato Si » et « Fratelli tutti ».

Vatican News

Le Pape a articulé son intervention autour de quatre verbes. Tout d’abord, «animer, c’est-à-dire donner une âme». Le travail est une «onction de dignité», plus importante que l’argent ou les connaissances. Plutôt que de se plaindre du manque de travail, il vaut mieux faire preuve d’ingéniosité et de créativité pour construire une économie différente, orientée vers le partage, la fraternité, la gratuité, la durabilité.

Le deuxième verbe mis en exergue par le Pape est «habiter»«Je vous exhorte à aimer les territoires dans lesquels Dieu vous a placés, en évitant la tentation de fuir ailleurs». Certains jeunes gâchent leur vie dans le découragement, le désœuvrement, la peur de s’engager, mais c’est leur responsabilité de se battre contre les injustices et les discriminations, notamment vis-à-vis des femmes enceintes qui sont parfois méprisées par leur patron, avec cette pression sociale qui contribue à l’hiver démographique italien.

La crise peut devenir une chance

Troisième verbe: «se passionner», à l’image de Jésus qui s’est passionné pour tous ceux qu’il a rencontrés. «Nous ne sommes pas créés pour faire carrière, mais pour grandir en communion avec le Créateur et avec les créatures», sans négliger l’intériorité.

Enfin, le dernier verbe est «accompagner». La crise actuelle est douloureuse mais elle peut devenir un passage de croissance si l’on se relève ensemble en s’engageant «dans la vie, dans la famille, dans l’Église, dans la société». Personne n’en sortira seul. Si nous restons seuls, «nous resterons dans le labyrinthe de la crise», a averti le Pape avec fermeté.

Source: VATICANNEWS, le 5 juin 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s