20.04.2021 – EVANGILE DU JOUR

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 6,30-35. 

En ce temps-là, la foule dit à Jésus : « Quel signe vas-tu accomplir pour que nous puissions le voir, et te croire ? Quelle œuvre vas-tu faire ?
Au désert, nos pères ont mangé la manne ; comme dit l’Écriture : ‘Il leur a donné à manger le pain venu du ciel.’ »
Jésus leur répondit : « Amen, amen, je vous le dis : ce n’est pas Moïse qui vous a donné le pain venu du ciel ; c’est mon Père qui vous donne le vrai pain venu du ciel.
Car le pain de Dieu, c’est celui qui descend du ciel et qui donne la vie au monde. »
Ils lui dirent alors : « Seigneur, donne-nous toujours de ce pain-là. »
Jésus leur répondit : « Moi, je suis le pain de la vie. Celui qui vient à moi n’aura jamais faim ; celui qui croit en moi n’aura jamais soif. »

Acclamons et partageons la parole de Dieu !

Commentaire de Jean 6,30-35

COMMENTAIRE :

Saint Nersès Snorhali (1102-1173)

patriarche arménie – Jésus, Fils unique du Père, § 150-161 ; SC 203 (trad. I. Kéchichian, Éd. Cerf 1973, p. 68 rev.)

« C’est mon Père qui vous donne le vrai pain venu du ciel »

Pour les Hébreux, tu as coupé en deux la mer bien visible (Ex 14) ; Et pour moi, des ténèbres épaisses. En ce temps-là tu as englouti le Pharaon ; Et maintenant, le Prince de ce monde, auteur de la mort (Jn 12,31; 8,44). Pour eux, tu as été une nuée protectrice pendant le jour Et de nuit, une colonne de feu (Ex 13,21). Pour moi ma lumière, c’est la connaissance de ton Fils, le Verbe, Et ma protection, c’est le Saint-Esprit. En ce temps-là, tu as donné la manne périssable, Et ceux qui l’ont mangée sont morts ; Maintenant, c’est ton corps céleste Qui donne la vie à ceux qui le mangent. Eux, ils ont bu l’eau jaillie du rocher (Ex 17), Et moi j’ai bu le sang de ton côté, toi mon Rocher (Jn 16,34; Ps 18,3). Eux, ils ont vu suspendu le serpent d’airain (Nb 21,9), Et moi, je t’ai vu sur la croix, toi qui es la vie. Pour eux, tu as donné la Loi de Moïse, Écrite sur les tables de pierre ; Et pour moi, la sagesse de ton Esprit, Ton Évangile divin. C’est pourquoi il sera exigé de moi, Pour ce qui est du bien, beaucoup plus qu’il sera exigé d’eux (…). Mais toi qui es devenu leur Expiateur, Ô mon Seigneur, plein de pitié, Fils unique du Père, (…). Ne m’empêche pas comme la plupart d’entre eux D’entrer en ta Terre Promise, Mais avec les deux qui y sont entrés (Dt 1,36; 31,3), Introduis-moi en ta patrie céleste.

Peut être une image de texte qui dit ’C'est mon Père qui vous donne le vrai pain venu du Ciel Jean, 6, 32 6.’

LECTURES :

Livre des Actes des Apôtres 7,51-60.8,1a.

En ces jours-là, Étienne disait au peuple, aux anciens et aux scribes : « Vous qui avez la nuque raide, vous dont le cœur et les oreilles sont fermés à l’Alliance, depuis toujours vous résistez à l’Esprit Saint ; vous êtes bien comme vos pères !
Y a-t-il un prophète que vos pères n’aient pas persécuté ? Ils ont même tué ceux qui annonçaient d’avance la venue du Juste, celui-là que maintenant vous venez de livrer et d’assassiner.
Vous qui aviez reçu la loi sur ordre des anges, vous ne l’avez pas observée. »
Ceux qui écoutaient ce discours avaient le cœur exaspéré et grinçaient des dents contre Étienne.
Mais lui, rempli de l’Esprit Saint, fixait le ciel du regard : il vit la gloire de Dieu, et Jésus debout à la droite de Dieu.
Il déclara : « Voici que je contemple les cieux ouverts et le Fils de l’homme debout à la droite de Dieu. »
Alors ils poussèrent de grands cris et se bouchèrent les oreilles. Tous ensemble, ils se précipitèrent sur lui,
l’entraînèrent hors de la ville et se mirent à le lapider. Les témoins avaient déposé leurs vêtements aux pieds d’un jeune homme appelé Saul.
Étienne, pendant qu’on le lapidait, priait ainsi : « Seigneur Jésus, reçois mon esprit. »
Puis, se mettant à genoux, il s’écria d’une voix forte : « Seigneur, ne leur compte pas ce péché. » Et, après cette parole, il s’endormit dans la mort.
Quant à Saul, il approuvait ce meurtre.

Un amour qui défie la mort | Bible, Faith


Psaume 31(30),3bc.4.6.7b.8a.17.20cd.

Sois le rocher qui m’abrite,
la maison fortifiée qui me sauve.
Ma forteresse et mon roc, c’est toi :
pour l’honneur de ton nom, tu me guides et me conduis.

En tes mains je remets mon esprit ;
tu me rachètes, Seigneur, Dieu de vérité.
Moi, je suis sûr du Seigneur.
Ton amour me fait danser de joie.

Sur ton serviteur, que s’illumine ta face ;
sauve-moi par ton amour.
Tu combles, à la face du monde,
ceux qui ont en toi leur refuge.

Le Psaume 30 – aufildelapensée

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s