12.03.2021 – EVANGILE DU JOUR

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 12,28b-34. 

Commentaire de Marc 12,28b-34.

En ce temps-là, un scribe s’avança pour demander à Jésus : « Quel est le premier de tous les commandements  ? »
Jésus lui fit cette réponse : « Voici le premier : ‘Écoute, Israël : le Seigneur notre Dieu est l’unique Seigneur.
Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force.’
Et voici le second : ‘Tu aimeras ton prochain comme toi-même.’ Il n’y a pas de commandement plus grand que ceux-là. »
Le scribe reprit : « Fort bien, Maître, tu as dit vrai : Dieu est l’Unique et il n’y en a pas d’autre que lui.
L’aimer de tout son cœur, de toute son intelligence, de toute sa force, et aimer son prochain comme soi-même, vaut mieux que toute offrande d’holocaustes et de sacrifices. »
Jésus, voyant qu’il avait fait une remarque judicieuse, lui dit : « Tu n’es pas loin du royaume de Dieu. » Et personne n’osait plus l’interroger.

Acclamons et partageons la parole de Dieu !

Potrebbe essere un'immagine raffigurante il seguente testo "Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Tu aimeras ton prochain comme toi- même. Mc 12, 31"

COMMENTAIRE :

Saint Alphonse-Marie de Liguori (1696-1787)

évêque et docteur de l’Église – 6e Discours pour la neuvaine de Noël (in Noël, coll. Grands auteurs spirituels; trad. O. Lathoud; Éd. Saint-Paul, 1993; p. 91, rev.)

« Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur »

Les grands de la terre se font gloire de posséder des royaumes et des richesses. Jésus Christ trouve tout son bonheur à régner sur nos cœurs ; c’est là la souveraineté qu’il convoite et qu’il a décidé de conquérir par sa mort sur la croix : « Il a reçu le pouvoir sur ses épaules » (Is 9,5). Par ces paroles, plusieurs interprètes (…) comprennent la croix que notre divin Rédempteur a portée sur ses épaules. « Ce Roi du ciel, remarque Cornelius à Lapide, est un maître bien différent du démon : celui-ci charge de lourds fardeaux les épaules de ses esclaves. Jésus, au contraire, prend sur lui-même tout le poids de sa souveraineté ; il embrasse la croix et veut y mourir pour régner sur nos cœurs ». Et Tertullien dit que tandis que les monarques de la terre « portent le sceptre à la main et la couronne sur la tête comme emblèmes de leur puissance, Jésus Christ a porté la croix sur ses épaules. Et la croix a été le trône où il est monté pour fonder son règne d’amour .» (…) Hâtons-nous donc de consacrer tout l’amour de notre cœur à ce Dieu qui, pour l’obtenir, a sacrifié son sang, sa vie, tout lui-même. « Si tu savais le don de Dieu, disait Jésus à la Samaritaine, et qui est celui qui te dit : ‘Donne-moi à boire’ » (Jn 4,10). C’est-à-dire : si tu savais la grandeur de la grâce que tu reçois de Dieu ! (…) Oh, si l’âme comprenait quelle grâce extraordinaire Dieu lui fait quand il réclame son amour en ces termes : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu ». Un sujet qui entendrait son prince lui dire : « Aime-moi », ne serait-il pas captivé par cette invitation ? Et Dieu ne réussirait pas à gagner notre cœur, alors qu’il nous le demande avec tant de bonté : « Mon fils, donne-moi ton cœur » ? (Pr 23,26) Mais ce cœur, Dieu ne le veut pas à moitié ; il le veut tout entier, sans réserve ; c’est son précepte : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur ».

FR-Evangile-Illustre-2015-03-13-2019-03-29.jpg

LECTURES :

Livre d’Osée 14,2-10.

Ainsi parle le Seigneur : Reviens, Israël, au Seigneur ton Dieu ; car tu t’es effondré par suite de tes fautes.
Revenez au Seigneur en lui présentant ces paroles : « Enlève toutes les fautes, et accepte ce qui est bon. Au lieu de taureaux, nous t’offrons en sacrifice les paroles de nos lèvres.
Puisque les Assyriens ne peuvent pas nous sauver, nous ne monterons plus sur des chevaux, et nous ne dirons plus à l’ouvrage de nos mains : “Tu es notre Dieu”, car de toi seul l’orphelin reçoit de la tendresse. »
Voici la réponse du Seigneur : Je les guérirai de leur infidélité, je les aimerai d’un amour gratuit, car ma colère s’est détournée d’Israël.
Je serai pour Israël comme la rosée, il fleurira comme le lis, il étendra ses racines comme les arbres du Liban.
Ses jeunes pousses vont grandir, sa parure sera comme celle de l’olivier, son parfum, comme celui de la forêt du Liban.
Ils reviendront s’asseoir à son ombre, ils feront revivre le froment, ils fleuriront comme la vigne, ils seront renommés comme le vin du Liban.
Éphraïm ! Peux-tu me confondre avec les idoles ? C’est moi qui te réponds et qui te regarde. Je suis comme le cyprès toujours vert, c’est moi qui te donne ton fruit.
Qui donc est assez sage pour comprendre ces choses, assez pénétrant pour les saisir ? Oui, les chemins du Seigneur sont droits : les justes y avancent, mais les pécheurs y trébuchent.


Psaume 81(80),6c-8a.8bc-9.10-11ab.14.17.

J’entends des mots qui m’étaient inconnus :
« J’ai ôté le poids qui chargeait ses épaules ;
ses mains ont déposé le fardeau.
Quand tu criais sous l’oppression, je t’ai sauvé.

« Je répondais, caché dans l’orage,
je t’éprouvais près des eaux de Mériba.
Écoute, je t’adjure, ô mon peuple ;
vas-tu m’écouter, Israël ?

« Tu n’auras pas chez toi d’autres dieux,
tu ne serviras aucun dieu étranger.
C’est moi, le Seigneur ton Dieu,
qui t’ai fait monter de la terre d’Égypte ! »

« Ah ! Si mon peuple m’écoutait,
Israël, s’il allait sur mes chemins !
Je le nourrirais de la fleur du froment,
je te rassasierais avec le miel du rocher ! »

Peut être une image de texte qui dit ’C'est moi, le Seigneur ton Dieu, écoute ma voix. cf. 80, 11.9a @NotreDamedesInternautes’

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s