Méditation 6ème dimanche du Temps Ordinaire: «L’audace de l’amour »

2020.06.12 Vangelo del giorno pregare preghiera Bibbia

Méditation 6ème dimanche du Temps Ordinaire: «L’audace de l’amour »

Le Père jésuite Jean-Paul SAVI nous introduit à la méditation avec les lectures du 5 ième dimanche du Temps Ordinaire de l’année liturgique B.

Chers frères et sœurs, à quelques jours du début du temps de carême, la méditation des lectures de ce dimanche peut susciter en nous quelques réflexions : qui sont les lépreux d’aujourd’hui ? Quelle est mon attitude envers eux ? Ou encore, de quelle lèpre suis-je atteint ?

Le contexte des lectures de ce dimanche ressemble beaucoup à la situation que notre monde vit actuellement avec la pandémie de la covid. Dans la première lecture, nous avons le protocole légal et religieux qui était prescrit en cas de lèpre. En effet, du fait que la maladie était éminemment contagieuse et surtout qu’il n’y avait pas de remède pour la guérir, sinon un miracle, le bien de la communauté était privilégiée au détriment de l’individu lépreux. La personne qui présentait les symptômes de la lèpre était déclarée impure. Elle est exclue du culte et privée de tout contact social. Le lépreux ne souffrait donc pas seulement dans son corps, mais aussi dans son âme.

“Le lépreux ne souffrait donc pas seulement dans son corps, mais aussi dans son âme.”

La lèpre est une maladie qui défigure les personnes et ruine leur peau. Les lépreux deviennent abominables. Ce sont des personnes à ne plus fréquenter, ni toucher au risque de devenir aussi impur. Les lépreux sont rejetés, marginalisés. Que la vie du lépreux est dure à vivre ! Mais quel regard pouvons-nous porter sur une personne que nous aimons tant, mais qui est atteinte par la lèpre ?

Dans l’évangile de ce dimanche, nous voyons une scène hors du commun. Un lépreux ose s’approcher de Jésus. Et Jésus ose lui parler et le toucher. En effet, pris de compassion, Jésus n’a pas craint de transgresser les interdits de son peuple. De cette double audace, naît le miracle. La liberté que Jésus a vis-à-vis de la loi provient de son amour pour l’humanité. Car tout ce qui trouve sa source dans le vrai Amour de Dieu, peut aller au-delà de toute loi humaine. Saint Augustin ne dit-il pas « aime et fais ce que tu veux » ? Comme saint Paul le disait aux Corinthiens, l’amour ne fait rien d’inconvenant (1 Cor 13, 5). L’amour fait vivre ; l’amour fait revivre. C’est l’expérience du lépreux.

L’amour fait vivre ; l’amour fait revivre. C’est l’expérience du lépreux.

En ce dimanche, nous sommes appelés à méditer plus sur l’audace du lépreux et de Jésus que sur le miracle. Combien de fois sommes-nous restés réticents à oser une parole, un geste ou une rencontre qui redonne vie ? Combien de fois sommes-nous restés fermés à toute compassion ? Aujourd’hui encore, il y a des personnes qui sont exclues de nos sociétés, de nos vies ou de nos cœurs. Aujourd’hui encore, il y a des personnes que nous ne voulons plus voir, ni toucher ; des personnes à qui nous ne voulons plus adresser la parole. Pouvons-nous oser briser la glace comme Jésus ? Le vrai chrétien est celui qui prend Jésus pour modèle ; le vrai chrétien est celui qui imite le Christ pour réintégrer dans notre existence et dans nos sociétés ceux qui en étaient exclus. À quand cette contamination de l’amour et du bonheur !

Aujourd’hui, la lèpre représente tout ce qui altère nos relations non seulement avec Dieu, mais aussi avec nos frères et sœurs. La lèpre, c’est tout ce qui exclut ; c’est tout ce qui fait souffrir. La contemplation du lépreux de l’évangile nous invite à ne pas nous décourager dans nos efforts de guérison. Du fond de nos souffrances, ne nous fatiguons pas d’oser toujours crier vers Jésus. Le temps de carême, qui commence bientôt, est aussi une occasion qui nous est offerte de nous mettre aux genoux de Jésus en faisant nôtre la prière du lépreux (Mc 1, 40).

En ce jour du Seigneur, laissons-nous toucher par l’amour et la miséricorde de Dieu. Ainsi, nous serons de vrais témoins du Seigneur parmi nos frères et sœurs.

Méditation du 6e dimanche du Temps Ordinaire de l’année liturgique B avec le Père Jean-Paul SAVI, SJ

Jean-Paul  SAVI
Père jésuite Jean-Paul SAVI

Source: VATICANNEWS, le 13 février 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s