C’est Nazareth que Dieu choisit comme charnière de l’histoire du monde !

C’est Nazareth que Dieu choisit comme charnière de l’histoire du monde !

« Ce qu’il y a de faible dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi pour confondre la force ; ce qui dans le monde est sans naissance et ce que l’on méprise, voilà ce que Dieu a choisi : ce qui n’est pas, pour réduire à néant ce qui est » (1 Co 1,27-28). Nulle part cette disproportion entre Dieu et les moyens qu’il choisit n’éclate mieux que dans le cas de la Vierge Marie.

En Galilée tout le monde plaisantait sur Nazareth : « De Nazareth peut-il sortir quelque chose de bon ? »(Jn 2,45) ; et c’est Nazareth que Dieu choisit comme charnière de l’histoire du monde !

Marie envisageait de rester vierge, affrontant d’avance le mépris qu’à l’époque on vouait aux femmes stériles ; et c’est à elle que Dieu envoie Gabriel pour lui dire : « L’être saint qui naîtra de toi sera appelé Fils du Très-Haut. »

Dieu fait du nouveau, du surprenant, de l’inouï ; et le plus admirable, dans l’attitude de Marie, c’est qu’elle rejoigne si vite le plan de Dieu, sans se laisser écraser par sa pauvreté. Elle s’étonne, certes, de s’entendre appeler « pleine de grâce, plus bénie que toutes les autres femmes » ; mais il lui suffit que l’Ange lui dise : « Tu as trouvé grâce auprès de Dieu » pour que toutes ses craintes s’évanouissent : elle a reconnu le programme de toute sa vie !

Que cherchait-elle, en effet, jeune fille inconnue d’une bourgade méprisée ? – Simplement à rester disponible de cœur et de corps pour attendre l’heure de Dieu. Sa grande force, sa seule force, c’est que d’avance elle s’apprêtait à laisser faire Dieu ; « car à lui rien n’est impossible ». Vienne le dénuement de Bethléem, vienne la Croix de Jésus, la certitude du premier jour la soutiendra : « Ne crains pas, Marie : tu as trouvé grâce auprès de Dieu. »

Aux heures de joie comme aux jours sombres, Marie n’a jamais cessé de compter sur Dieu ; et le secret de son espérance, elle le livre dans le Magnificat, en une formule qui résume à la fois l’Ancienne Alliance et les découvertes spirituelles de sa jeunesse fervente : « Il se souvient de son amour. »

Jean Lévêque, carme de la Province de Paris

Extrait de l’homélie sur l’Évangile de Luc (Lc 1,26-38)

Source : Vie Monastique

Prions:

Je vous salue Marie, pleine de grâce ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.

Amen

Source: une minute avec Marie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s