Angélus de l’Immaculée: dire “non” au péché et “oui” à la grâce

Angélus de l’Immaculée: dire “non” au péché et “oui” à la grâce

En ce jour de solennité où l’Église célèbre l’Immaculée Conception de la Vierge Marie, le Pape François a prié l’Angélus depuis les appartements pontificaux du Palais apostolique. La Vierge Marie, dont l’incorruptible beauté nous attire, nous montre la voie pour devenir à notre tour «saints et immaculés»: il faut s’ouvrir à l’aujourd’hui de Dieu et à sa grâce pour dire “non” au péché, a affirmé l’évêque de Rome.

L’Immaculée Conception de la Vierge Marie est une des «merveilles de l’histoire du salut», rappelle le Pape. Elle signifie que la jeune fille de Nazareth aussi «a été sauvée par le Christ, mais d’une manière absolument extraordinaire, car Dieu a voulu que dès l’instant de sa conception, la mère de son Fils ne soit pas touchée par la misère du péché». La «comblée de grâce» a donc «joui d’une action particulière de l’Esprit Saint pour pouvoir toujours rester dans sa relation parfaite avec son fils Jésus».

Chaque être humain a été créé par Dieu pour cette plénitude de sainteté dont Marie est parée dès le commencement ; dans sa lettre aux Éphésiens, saint Paul certifie en effet que nous sommes tous choisis par Dieu dès avant la création du monde pour être «saints et immaculés» (Ep 1, 4) destinés à être un jour totalement libres du péché. «Marie a commencé à vivre cette grâce dès le sein de sa mère; nous nourrissons la vive espérance d’en jouir au paradis».

Saisir l’aujourd’hui de Dieu: le sens chrétien du “Carpe Diem”

«Ce qui pour Marie a été au début, sera pour nous à la fin, après être passés à travers le “bain” purificateur de la grâce du Christ», a assuré le Pape. Marqués par le péché originel, les saints et saintes ont tous emprunté le même chemin, en passant par la porte étroite. En ce sens, l’exemple du bon larron manifeste que «la grâce de Dieu est offerte à tous; et beaucoup de ceux qui sont les derniers sur cette terre, seront les premiers au ciel (cf. Mc 10, 31)».

Mais attention à «ne pas faire les malins» en renvoyant «sans cesse un examen sérieux de sa propre vie, en profitant de la patience du Seigneur», a averti le Saint-Père, car Dieu nous connait mieux que nous-mêmes. «Profitons du moment présent! Tel est le sens chrétien du “carpe diem”», a-t-il enjoint tout en précisant qu’il fallait aller à rebours du sens mondain de cette expression, qui est de jouir de la vie dans l’instant qui fuit. Pour le Pape, il faut au contraire «saisir l’aujourd’hui pour dire “non” au mal et “oui” à Dieu; s’ouvrir à sa grâce; arrêter finalement de se replier sur soi-même en glissant  dans l’hypocrisie. Regarder en face sa propre réalité, reconnaître que nous n’avons pas aimé Dieu et notre prochain comme nous le devions. Et le confesser, commencer un chemin de conversion en demandant tout d’abord pardon à Dieu dans le sacrement de la réconciliation, et ensuite réparer le mal fait aux autres».

Et de conclure en invitant à se confier à la Vierge Marie, dont la beauté sans tache nous attire. C’est à son école, en choisissant le bien et en rejetant le mal, que nous trouverons la route pour devenir «saints et immaculés».

AngélusAngélus  (AFP or licensors)

Source: VATICANNEWS, le 8 décembre 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s