Méditation du Patriarche Pierbattista Pizzaballa : XXXIIIe dimanche du temps ordinaire, année A

Méditation du Patriarche Pierbattista Pizzaballa : XXXIIIe dimanche du temps ordinaire, année A
Méditation du Patriarche Pierbattista Pizzaballa : XXXIIIe dimanche du temps ordinaire, année A 

15 novembre 2020

XXXIIIe dimanche du temps ordinaire, année A

Nous écoutons le passage de l’Évangile d’aujourd’hui (Mt 25, 14-30) au regard de celui de dimanche dernier (Mt 25, 1-13) ou nous avions vu que les vierges sages, s’étaient préparées pour avoir une réserve d’huile suffisante pour leur lampe jusqu’à l’arrivée de l’Epoux.

Nous avions vu qu’il existe un lien profond entre la sagesse et la capacité à attendre : ceux qui savent attendre vivent de manière vigilante, créative, attentive, et ce qui se passe autour d’eux ne les laisse pas indifférent. Attendre, c’est accueillir la vie en profondeur, chercher son sens, et cela génère un dynamisme qui rend la vie plus intense.

Ceux qui ne savent pas attendre, au contraire, ne se préoccupe de rien, c’est comme si la vie coulait à flots sans qu’ils y prennent part.

La même clé de lecture s’applique au passage d’aujourd’hui : il y a une attente due au fait que le maitre part en voyage.

En partant, cependant, il ne laisse pas ses serviteurs inactifs, mais leur confie ses biens, les choses de sa maison.

Ici, le récit des premiers chapitres de la Genèse nous revient à l’esprit : Dieu crée le monde, puis il se retire, confiant à l’homme sa maison, toute la création, pour qu’il « la travaille et la garde » (Gn 2,15).

Il est intéressant de voir l’ordre dans lequel ces deux verbes sont utilisés : l’homme n’est pas appelé avant tout à garder le jardin, à le défendre contre d’éventuels ennemis, à le préserver de risques ou d’accidents éventuels. Il est d’abord appelé à le travailler, à le cultiver, c’est-à-dire à y mettre tous ses efforts pour que ce jardin exprime toute sa beauté, son potentiel, pour le bien de tous.

C’est exactement ce qu’il se passe dans la parabole d’aujourd’hui : certains serviteurs cultivent les dons qu’ils reçoivent, et risquent même de les perdre, même s’ils portent des fruits. Et ils constatent que les talents reçus, s’ils sont bien utilisés, portent vraiment beaucoup de fruits.

Mais le serviteur qui n’a reçu qu’un seul talent le conserve sans le cultiver. Il ne fait rien de mal, il ne le perd pas, mais il ne l’investit pas, il ne prend pas de risque, il le cache (Mt 25, 18).

Il le fait par peur (Mt 25,25), cette peur provenant d’une mauvaise connaissance de son maître, d’un manque de confiance en lui.

Alors que les premiers serviteurs parlent de leur maître comme d’un homme bon et de confiance (Mt 25,20.22), le troisième serviteur parle de son maître comme d’un homme dur (Mt 25,24).

Il est intéressant de constater que, en revenant à la Genèse, on retrouve exactement la même dynamique : lorsque l’homme cesse de reconnaître Dieu comme un Père mais comme quelqu’un qui peut lui prend sa vie, au lieu de la donner, l’homme essaie alors de se sauver lui-même, de se donner sa propre vie. Et, finalement, lui aussi a peur et se cache.

La parabole d’aujourd’hui veut peut-être nous dire d’abord ceci : la fidélité est tout sauf l’attitude passive de ceux qui restent sans rien faire en attendant ce qui doit arriver.

Mais il veut aussi nous dire que l’attente est créatrice, elle est génératrice de vie, seulement quand on attend Celui dont on espère tout, seulement quand on attend Quelqu’un qu’on reconnaît comme quelqu’un de bon.

Alors, vous n’avez pas peur et vous savez prendre des risques.

Celui qui attend vraiment ne peut que tout risquer, sachant que, quoi qu’il arrive, le plus grand bien que l’homme a reçu de Dieu ne sera pas perdu, c’est-à-dire le fait d’être lui-même un enfant, cependant et toujours aimé.

+ Pierbattista

Source: PATRIARCAT LATIN DE JERUSALEM, le 12 novembre 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s