La piété mariale, fil conducteur du pontificat de Jean-Paul II

Le Pape en prière devant la Vierge de Fatima, lors de sa visite de mai 1982, un an après l'attentat de la Place Saint-Pierre.Le Pape en prière devant la Vierge de Fatima, lors de sa visite de mai 1982, un an après l’attentat de la Place Saint-Pierre.

La piété mariale, fil conducteur du pontificat de Jean-Paul II

La Vierge Marie a marqué la vie de Saint Jean-Paul II, de son enfance à la fin de son pontificat. Entretien avec un archevêque polonais, Mgr Henryk Hoser, visiteur apostolique à caractère spécial pour la paroisse de Medjugorje, sur le lien qui unissait le Pape polonais à la Mère de Dieu. 

Jean-Paul II en avait fait sa devise, Totus Tuus. Une dévotion à Marie inscrite sur son blason papal, une dévotion qui a marqué sa vie entière. D’une enfance marquée par les pèlerinages mariaux à son dernier voyage apostolique à Lourdes en 2004, la figure de la Madone fut le fil conducteur du pontificat et de la vie de Jean-Paul II. Retour sur ce lien si spécial avec Mgr Henryk Hoser, visiteur apostolique à caractère spécial pour la paroisse de Medjugorje, archevêque émérite du diocèse de Varsovie-Praga. 

Comment la piété mariale a marqué l’enfance et l’éducation de Jean-Paul II?

Jean-Paul II a grandi dans une ambiance familiale et sociale très marquée par la piété mariale. N’oublions pas que cette piété était cultivée par sa famille, par son père surtout, sa mère étant morte lorsqu’il était encore petit enfant. À côté de Wadowice se trouve un grand sanctuaire marial tenu par des franciscains, il y a fait beaucoup de pèlerinage avec son père. Deuxième endroit de son pèlerinage, inoubliable, le pèlerinage au sanctuaire national de Pologne, à Jasna Góra, Częstochowa. Jean-Paul II y a découvert ce visage de la Madone noire de la Mère de Dieu. Plus tard ou étant prêtre ou Pape, il est revenu très souvent pour contempler le visage de la Vierge Marie à Jasna Gora. Finalement, toute sa vie, dans un certain sens, a été conçue sur les traces de Marie.

Pendant 20 ans, celui qui deviendra Saint Jean-Paul II participe une fois par semaine à une association, un groupe de discussion avec 15 personnes comme les 15 mystères du rosaire, vous l’avez rappelé il effectuait des pèlerinages réguliers auprès de la Vierge, est-ce finalement sous l’égide de Marie qu’il ressent l’appel de sa vocation?  

Jeune homme, Jean-Paul II travaillait à l’usine Solvay, il portait alors toujours avec lui le Traité sur Marie de Louis-Marie Grignion de Montfort, il était imbibé par cette spiritualité. Le Pape était marial jusqu’à la moelle, il était marial de toute son âme, de tout son coeur, et puis il exprimait cette foi profonde dans beaucoup de document qu’il a publié. 

Ses parents font actuellement l’objet d’un procès en béatification. Est-ce que cette enquête a permis de mettre en lumière la piété mariale de cette famille?

Karol Wojtyla a vu son père agenouillé devant l’image de la Madone. C’était quelque chose de très naturel, cette piété mariale était toujours présente. Il habitait juste à côté de l’église et là-bas il fréquentait la piété mariale du mois de mai. Jean-Paul II ne s’est jamais distancé du rosaire.

Les voyages de Jean-Paul II ont souvent revêtu une dimension mariale, de ses premières tournées de 1979 au Mexique et en Pologne, à son dernier, à Lourdes en 2004. Quel message a-t-il voulu faire passer?

Je crois qu’il a passé son message dans une encyclique la plus mariale et fondamentale sur ce sujet, à savoir Redemptoris Mater, publiée en 1987, le jour de l’assomption. Jean-Paul II a un regard double: un regard en arrière parce qu’il voulu consciemment continuer l’enseignement marial du concile Vatican II, il a suivi aussi son prédécesseur, à savoir le saint Pape Paul VI, ses différentes formes de dévotions mariales propagées, liturgique, populaire, ou privée. Jean-Paul II a continué cette ligne de la piété mariale, de l’enseignement sur Marie. Un regard vers l’avenir également, il a voulu par ce chemin préparer le passage du deuxième au troisième millénaire. Tout son pontificat a été programmé en fonction de ces perspectives futures, de l’avenir, à savoir le début du troisième millénaire.

L’accent marial de Jean-Paul II était-il finalement prophétique?

Bien sûr. Jean-Paul II a tracé le chemin, le parcours, l’itinéraire accompli par Marie dans sa foi. Ce fut le fil conducteur de son activisme marial et il montre la foi de Marie qui était une foi difficile, passant par des ténèbres, par la souffrance, par des moments très dramatiques de sa vie. Je crois qu’il s’est identifié à de tels moments de ténèbres mais aussi à ses lumières après le passage des ténèbres: il a montré avec insistance le lien indissoluble du Christ et de Marie à partir de son incarnation jusqu’au mystère de la pâques, la présence de Marie au pied de la croix. En suivant ce chemin marial, il a également suivi les traces d’un autre saint, Maximilien Kolbe. Lors de son dernier pèlerinage à Lourdes, dramatique, le Pape pleurait devant la statue de la Vierge Marie, étant déjà diminué très physiquement. Il a vécu à la façon d’un martyr le passage qui précédait sa mort.

Source: VATICANNEWS, le 14 mai 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s