15.10.2020 – EVANGILE DU JOUR

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 11,47-54. 

En ce temps-là, Jésus disait : « Quel malheur pour vous, parce que vous bâtissez les tombeaux des prophètes, alors que vos pères les ont tués.

تأمُّل الخميس التاسع من زمن العنصرة... - Paroisse Notre Dame du Liban à  PARIS | فيسبوك

Ainsi vous témoignez que vous approuvez les actes de vos pères, puisque eux-mêmes ont tué les prophètes, et vous, vous bâtissez leurs tombeaux.
C’est pourquoi la Sagesse de Dieu elle-même a dit : Je leur enverrai des prophètes et des apôtres ; parmi eux, ils en tueront et en persécuteront.
Ainsi cette génération devra rendre compte du sang de tous les prophètes qui a été versé depuis la fondation du monde,
depuis le sang d’Abel jusqu’au sang de Zacharie, qui a péri entre l’autel et le sanctuaire. Oui, je vous le déclare : on en demandera compte à cette génération.
Quel malheur pour vous, docteurs de la Loi, parce que vous avez enlevé la clé de la connaissance ; vous-mêmes n’êtes pas entrés, et ceux qui voulaient entrer, vous les en avez empêchés. »

L'Evangile du 17/10/19 : « Cette génération devra rendre compte du sang de  tous les prophètes » (Lc 11, 47-54) | Évangile, Le prophete, Intention de  prière

Quand Jésus fut sorti de la maison, les scribes et les pharisiens commencèrent à s’acharner contre lui et à le harceler de questions ;
ils lui tendaient des pièges pour traquer la moindre de ses paroles.

Acclamons et partageons la parole de Dieu !

Commentaire de Luc 11,47-54

COMMENTAIRE :

Saint Grégoire de Narek (v. 944-v. 1010)

moine et poète arménien. – Le Livre de prières, n°77, I-III ; SC 78 (trad. I. Kéchichian; Éd. du Cerf 1961, p. 414-416; rev.)

« Les scribes et les pharisiens se mirent à lui en vouloir terriblement et le harcelaient »

Avec une crainte mêlée d’allégresse, j’estime souhaitable de dire ici quelque chose des souffrances que tu as endurées pour moi, toi le Dieu de tous ! Tu t’es tenu debout au tribunal de ta créature, dans une nature qui était la mienne ; Tu n’as pas parlé, ô Toi qui donnes la parole ; Tu n’as pas élevé la voix, toi qui crées la langue ; Tu n’as pas crié, ô Toi qui ébranles la terre ; (…) Tu n’as pas livré à la honte celui qui te livrait aux tourments de la mort ; Tu n’as pas opposé de résistance lorsqu’on Te liait, et lorsqu’on te souffletait, tu ne t’es pas indigné. Lorsqu’on crachait sur Toi, Tu n’as pas injurié, et lorsqu’on te donnait des coups de poing, tu n’as point frémi. Lorsqu’on se moquait de toi, tu ne t’es pas courroucé, et lorsqu’on te bafouait, tu n’as pas altéré ton visage (Is 50,7). (…) Loin de te donner un instant de répit, toi la source de vie, aussitôt ils t’ont préparé, pour le porter, l’instrument de la mort. Tu l’as reçu avec magnanimité, tu l’as pris avec douceur, tu l’as soulevé avec patience ; tu t’es chargé, comme si tu étais un coupable, du bois des douleurs !  

Evangile et homélie du jeudi 14 Octobre

LECTURES :

Lettre de saint Paul Apôtre aux Éphésiens 1,1-10.

Paul, Apôtre du Christ Jésus par la volonté de Dieu, à ceux qui sont sanctifiés et habitent Éphèse, ceux qui croient au Christ Jésus.
À vous, la grâce et la paix de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus Christ.
Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ ! Il nous a bénis et comblés des bénédictions de l’Esprit, au ciel, dans le Christ.
Il nous a choisis, dans le Christ, avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints, immaculés devant lui, dans l’amour.
Il nous a prédestinés à être, pour lui, des fils adoptifs par Jésus, le Christ. Ainsi l’a voulu sa bonté,
à la louange de gloire de sa grâce, la grâce qu’il nous donne dans le Fils bien-aimé.
En lui, par son sang, nous avons la rédemption, le pardon de nos fautes. C’est la richesse de la grâce
que Dieu a fait déborder jusqu’à nous en toute sagesse et intelligence.
Il nous dévoile ainsi le mystère de sa volonté, selon que sa bonté l’avait prévu dans le Christ :
pour mener les temps à leur plénitude, récapituler toutes choses dans le Christ, celles du ciel et celles de la terre.

Dieu nous a élus avant la fondation du monde pour que nous soyons saints"  (Ephésiens 1:4) - Etudes bibliques - Journal Chrétien


Psaume 98(97),1.2-3ab.3cd-4.5-6.

Chantez au Seigneur un chant nouveau,
car il a fait des merveilles ;
par son bras très saint, par sa main puissante,
il s’est assuré la victoire.

Le Seigneur a fait connaître sa victoire
et révélé sa justice aux nations ;
il s’est rappelé sa fidélité, son amour,
en faveur de la maison d’Israël.

La terre tout entière a vu
la victoire de notre Dieu.
Acclamez le Seigneur, terre entière,
sonnez, chantez, jouez !

Jouez pour le Seigneur sur la cithare,
sur la cithare et tous les instruments ;
au son de la trompette et du cor,
acclamez votre roi, le Seigneur !

PSAUME 97 (98), 1, 2-3ab, 3cd-4... - La foi en Dieu : l'espérance en  Jésus-Christ le Seigneur | Facebook

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s