01.07.2020 – Evangile du jour

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 8,28-34. 

Commentaire de Matthieu 8/28-34

En ce temps-là, comme Jésus arrivait sur l’autre rive, dans le pays des Gadaréniens, deux possédés sortirent d’entre les tombes à sa rencontre ; ils étaient si agressifs que personne ne pouvait passer par ce chemin.
Et voilà qu’ils se mirent à crier : « Que nous veux-tu, Fils de Dieu ? Es-tu venu pour nous tourmenter avant le moment fixé ? »
Or, il y avait au loin un grand troupeau de porcs qui cherchait sa nourriture.
Les démons suppliaient Jésus : « Si tu nous expulses, envoie-nous dans le troupeau de porcs. »
Il leur répondit : « Allez. » Ils sortirent et ils s’en allèrent dans les porcs ; et voilà que, du haut de la falaise, tout le troupeau se précipita dans la mer, et les porcs moururent dans les flots.
Les gardiens prirent la fuite et s’en allèrent dans la ville annoncer tout cela, et en particulier ce qui était arrivé aux possédés.
Et voilà que toute la ville sortit à la rencontre de Jésus ; et lorsqu’ils le virent, les gens le supplièrent de partir de leur territoire.

Acclamons et partageons la parole de Dieu !

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 8,28-34.

COMMENTAIRES :

Saint Bernard (1091-1153)

moine cistercien et docteur de l’Église – Sermon 17 sur le psaume 90, § 4 ; PL 183, 252 (Lectures chrétiennes pour notre temps, fiche Z4 et cf. Livre des jours – Office romain des lectures, 12 mai ; trad. Orval ; © 1973 Abbaye d’Orval ; rev.)

« Deux possédés sortirent du cimetière à sa rencontre »

« Dans la détresse je suis avec lui, dit Dieu (…) je veux le délivrer, le glorifier » (Ps 90,15). (…) « Je mets mes délices, dit-il encore, à être avec les enfants des hommes » (Pr 8,31). Voilà bien l’Emmanuel, Dieu avec nous (Mt 1,23). (…) Il est descendu pour être près de ceux dont le cœur est en détresse, pour être avec nous dans notre détresse. Mais viendra un jour où « nous serons emportés à la rencontre du Christ sur les nuées, pour être avec le Seigneur pour toujours » (1Th 4,17), si toutefois nous nous efforçons de l’avoir toujours avec nous comme compagnon de route, lui qui nous donnera en retour la patrie. Mieux : alors lui-même il sera notre patrie, pourvu que maintenant il soit notre route. Il est donc bon pour moi, Seigneur, d’être dans la détresse, pourvu que tu y sois avec moi ; cela me vaut mieux que de régner sans toi, de me réjouir sans toi, d’être sans toi dans la gloire. Mieux vaut pour moi de me serrer contre toi dans la détresse, de t’avoir avec moi dans le creuset, que d’être sans toi, même dans le ciel. En effet, « qu’est-ce que je souhaite dans le ciel et qu’est-ce que je désire sur la terre sinon toi ? » (Ps 72,25) « L’or est éprouvé dans la fournaise, et les justes dans l’épreuve de la détresse » (Si 2,5). C’est là que tu te tiens, au milieu de ceux qui se rassemblent en ton nom, comme autrefois les trois jeunes gens dans la fournaise de Babylone (Dn 3,92)… Pourquoi donc tremblons-nous ?… « Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ? » (Rm 8,31) Si Dieu nous arrache des mains de nos ennemis, qui pourra nous arracher de ses mains ?

La Bible - Versets illustrés - Romains 8:31 - Si Dieu est pour ...

LECTURES :

Livre d’Amos 5,14-15.21-24.

Cherchez le bien et non le mal, afin de vivre. Ainsi le Seigneur, Dieu de l’univers, sera avec vous, comme vous le déclarez.
Détestez le mal, aimez le bien, faites régner le droit au tribunal ; peut-être alors le Seigneur, Dieu de l’univers, fera-t-il grâce à ce qui reste d’Israël.
Je déteste, je méprise vos fêtes, je n’ai aucun goût pour vos assemblées.
Quand vous me présentez des holocaustes et des offrandes, je ne les accueille pas ; vos sacrifices de bêtes grasses, je ne les regarde même pas.
Éloignez de moi le tapage de vos cantiques ; que je n’entende pas la musique de vos harpes.
Mais que le droit jaillisse comme une source ; la justice, comme un torrent qui ne tarit jamais !

Amos 5:24 Mais que la droiture soit comme un courant d'eau, Et la ...

Psaume 50(49),7ac-8.9-10.12-13.16bc-17.

« Écoute, mon peuple, je parle ;
Moi, Dieu, je suis ton Dieu !
Je ne t’accuse pas pour tes sacrifices ;
tes holocaustes sont toujours devant moi.

Je ne prendrai pas un seul taureau de ton domaine,
pas un bélier de tes enclos.
« Tout le gibier des forêts m’appartient et le bétail des hauts pâturages.
« Si j’ai faim, irai-je te le dire ? Le monde et sa richesse m’appartiennent.

« Vais-je manger la chair des taureaux
et boire le sang des béliers ?
« Qu’as-tu à réciter mes lois,
à garder mon alliance à la bouche,

toi qui n’aimes pas les reproches
et rejettes loin de toi mes paroles ?

13 février 2017 – Psaume 50,16-17 | Psaumes, Psaume 50, Texte biblique

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s