Piétiner la dignité d’autrui, c’est aussi piétiner la nôtre, par Mgr Jurkovic

Mgr Ivan Jurkovic @YouTube/OPTIC

Mgr Ivan Jurkovic @YouTube/OPTIC

Piétiner la dignité d’autrui, c’est aussi piétiner la nôtre, par Mgr Ivan Jurkovic

Débat d’urgence au Conseil des droits de l’homme

Mgr Jurkovič réaffirme la « conviction constante et ferme » du Saint-Siège que « la discrimination raciale sous toutes ses formes est absolument intolérable ». « Fouler aux pieds la dignité inviolable des autres, c’est aussi fouler aux pieds la nôtre », a-t-il insisté.

Mgr Ivan Jurkovič, observateur permanent du Saint-Siège aux Nations Unies et aux autres organisations internationales à Genève, est intervenu à la 43e session du Conseil des droits de l’homme, au Débat d’urgence sur les « actuelles violations des droits de l’homme d’inspiration raciale, le racisme systémique, la brutalité policière et la violence contre les manifestations pacifiques », le 18 juin 2020 à Genève.

Voici notre traduction de l’intervention de Mgr Jurkovič.

HG

Intervention de Mgr Ivan Jurkovič

Madame la Présidente,

La délégation du Saint-Siège tient à réitérer sa conviction constante et ferme que la discrimination raciale sous toutes ses formes est absolument intolérable.

Tous les membres de la famille humaine, faite à l’image et à la ressemblance de Dieu, sont égaux dans leur dignité intrinsèque, indépendamment de leur race, nation, sexe, origine, culture ou religion. Les États sont appelés à reconnaître, à défendre et à promouvoir les droits fondamentaux de chaque personne. (1)

Le pape François a insisté : « Le temps est venu de mettre fin aux préjugés séculaires, aux idées préconçues et à la méfiance mutuelle qui sont souvent à la base de la discrimination, du racisme et de la xénophobie. Personne ne doit se sentir isolé, et personne n’est autorisé à piétiner la dignité et les droits d’autrui ». (2) En fait, fouler aux pieds la dignité inviolable des autres, c’est aussi fouler aux pieds la nôtre.

« Nous ne pouvons tolérer ou fermer les yeux sur le racisme et l’exclusion sous quelque forme que ce soit et pourtant prétendre défendre le caractère sacré de chaque vie humaine. En même temps, nous devons reconnaître que la violence est autodestructrice et contre-productive. On ne gagne rien par la violence et on perd beaucoup ». (3)

Je vous remercie, Madame la Présidente.

1. Cf. Catéchisme de l’Église catholique (CEC), 1935.

2. Pape François, Rencontre avec les participants au pèlerinage des Tsiganes, 25 oct. 2015.

3. Pape François, Audience générale du mercredi, 3 juin 2020.

© Traduction de Zenit, Hélène Ginabat

Source: ZENIT.ORG, le 19 juin 2020, par HÉLÈNE GINABAT

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s