A la source d’une mission qui n’est pas la nôtre

Le Pape rencontrant les responsables des Œuvres Pontificales Missionnaires en 2018 au Vatican.Le Pape rencontrant les responsables des Œuvres Pontificales Missionnaires en 2018 au Vatican.  (Vatican Media)

A la source d’une mission qui n’est pas la nôtre

Avec son Message aux Œuvres Pontificales Missionnaires, le Pape met en garde contre certaines pathologies qui risquent de fausser l’activité missionnaire, en obscurcissant l’action de la grâce. 

Andrea Tornielli – Cité du Vatican 

Le message du Pape François aux Œuvres Pontificales Missionnaires est un texte fort, concret dans ses indications, qui indique la seule source réelle de l’action missionnaire de l’Église et qui veut en même temps éviter, en les appelant par leur nom, certaines pathologies qui risquent de dénaturer la mission elle-même.

La mission, explique François, n’est pas le fruit de l’application de « systèmes et de logiques mondaines de militantisme ou de compétence technico-professionnelle« , mais naît de la « joie débordante » que « le Seigneur nous donne » et qui est le fruit de l’Esprit Saint. C’est une grâce, cette joie que personne ne peut se donner seul. Être missionnaire signifie faire résonner le grand don immérité que l’on a reçu, c’est-à-dire refléter la lumière d’un Autre, comme le fait la lune avec le soleil. « Les témoins, écrit le Pape, dans chaque situation humaine, sont ceux qui attestent de ce qui est fait par quelqu’un d’autre. Dans ce sens et seulement dans ce sens, nous pouvons être témoins du Christ et de son Esprit« . C’est ce mysterium lunae cher aux Pères de l’Eglise des premiers siècles, qui avaient clairement indiqué que l’Eglise vit instant après instant de la grâce du Christ. Comme la lune, l’Eglise ne brille pas de sa propre lumière et lorsqu’elle se regarde trop ou qu’elle a confiance en ses propres capacités, elle finit par être autoréférentielle et ne donne plus de lumière à personne.

L’origine de ce message est le contenu de l’exhortation « Evangelii gaudium« , le texte qui a tracé le chemin du présent pontificat. François rappelle que l’annonce de l’Evangile et la confession de la foi chrétienne sont quelque chose de différent de tout prosélytisme politique, culturel, psychologique ou religieux. L’Eglise grandit dans le monde par attirance et « si vous suivez Jésus heureux d’être attiré par lui, les autres le remarqueront. Et ils peuvent être surpris« .

Il est évident, d’après le message aux OPM, que l’intention du Pape est de freiner cette tendance à considérer la mission comme quelque chose d’élitiste, à être dirigée et orientée au moyen de programmes de bureau appliquant des stratégies, qui obtiennent une « prise de conscience » par le raisonnement, les rappels, le militantisme, la formation. Il est également évident, à la lecture du texte pontifical publié aujourd’hui, que l’évêque de Rome considère qu’il s’agit d’un risque actuel et que, par conséquent, ses paroles ont une valeur qui va bien au-delà des Œuvres Pontificales Missionnaires, auxquelles il s’adresse. Pour éviter l’autoréférence, l’anxiété du commandement et la délégation de l’activité missionnaire à « une classe supérieure de spécialistes » qui considèrent le peuple des baptisés comme une masse inerte à réanimer et à mobiliser, François rappelle quelques traits distinctifs de la mission chrétienne: gratitude et gratuité, humilité, proximité de la vie des gens là où ils sont et tels qu’ils sont, préférence pour les petits et les pauvres.

Source: Vaticannews, le 21 mai 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s