Les pèlerins absents étaient au centre de l’éclairage d’un espace de prière désert

2020-05-12_Missa_NOTICIA2.jpg

Les pèlerins absents étaient au centre de l’éclairage d’un espace de prière désert

Les pèlerins qui vivent ce pèlerinage depuis leur domicile ont été mentionnés lors des célébrations de ce soir, qui marquent le début d’un pèlerinage international atypique de mai en raison de la pandémie de Covid-19.  

Les pèlerins qui vivent ce pèlerinage international du premier mai de chez eux ont été au centre de cette soirée, à Cova da Iria. Bien que physiquement absents, ils ont été les principaux destinataires de la réflexion que le Cardinal D.

António Marto a présentée lors de la célébration de la Parole de ce 12 mai. « Oui, vous êtes tous ici, avec la lumière et la chaleur de la foi qui remplissent vos cœurs », a déclaré l’évêque de Leiria-Fátima, dans un écho qui s’est propagé à travers une salle de prière déserte, éclairée uniquement par les mille bougies solitaires qui «étincelaient» autour de son périmètre, symbolisant les victimes fatales de Covid-19, et 21 autres bougies, représentant les diocèses du Portugal.

À ceux qui «souffrent le plus et continuent de souffrir de la pandémie et à ceux qui se sont battus et se battent le plus pour la santé de tous», D. António Marto a exprimé sa proximité, son affection et sa prière, en particulier: «aux défunts et à leurs familles, aux malades, à tous les professionnels de la santé, les soignants, les personnes âgées, les pauvres, les familles, les prêtres, la protection civile, le transport, le nettoyage, la nourriture et les autres travailleurs qui ne se sont pas épargnés, comme les bons samaritains ».

Rappelant l’appel lancé par le Saint-Père pour répondre à la pandémie actuelle par l’unité, l’universalité de la prière, de la compassion et de la tendresse, avec les plus nécessiteux, D. António Marto a également rappelé l’appel que Notre-Dame a laissé à Cova da Iria pour la prière du Rosaire, récitée, quelques instants auparavant, dans la Capelinha das Aparições.

«Ayant médité sur les douloureux mystères, nous nous unissons à toute l’humanité souffrante, évoquée dans la lecture du prophète Isaïe; nous avons confié ses douleurs et toutes les victimes au cœur maternel de Marie; nous vous demandons de prendre tout le monde sous votre manteau de tendresse et de réconfort pour surmonter cette épreuve comme lors de votre visite à Isabel et que nous aussi, avec toute notre solidarité, soyons témoins que «le Seigneur sauve les cœurs troublés».

« Mère de la douleur, de l’espoir et de l’étoile directrice »

«Reste avec nous, Seigneur, car il fait nuit!», A été l’invocation que D. António Marto a répétée tout au long de l’homélie et qu’il a définie comme «ceux qui vivent une sombre nuit de foi devant le silence et l’absence apparents de Dieu et de la de ceux qui tremblent et trouvent étrange cette nuit si différente de ces nuits inégalées du 12 mai – de véritables mers de lumière – et qui ressemblent aujourd’hui davantage à un désert sombre ».

En conclusion, le cardinal portugais a désigné Notre-Dame comme la lumière à travers laquelle «le Seigneur fait sentir sa proximité», (…) La présentant comme «Mère des peines, de l’espérance et de l’étoile qui guide la navigation des pèlerins de foi sur la grande mer de l’histoire vers le port de l’éternité ».

« Avec la douceur de Marie à cœur, allons tranquillement dans la nuit avec une courte prière », a-t-il exhorté, se terminant par une prière du pape émérite Benoît XVI adressée à Notre-Dame.

«Sainte Marie, Mère de Dieu, Notre Mère, apprends-nous à croire, à espérer et à aimer avec toi.

Montrez-nous le chemin de votre royaume! Étoile de mer, brille sur nous et guide-nous sur notre chemin. »

2020-05-12_Missa_NOTICIA5.jpg

Le sanctuaire de Fatima rend hommage aux pèlerins absents

La soirée s’est terminée par un hommage à tous les pèlerins qui n’ont pas pu assister à la célébration ce soir. D. António Marto, accompagné de deux servites, a lavé les pieds de trois pèlerins, qui représentaient les millions de personnes qui suivent spirituellement ce pèlerinage depuis chez eux, à travers les médias.

«Avec ce signe, le Sanctuaire de Fátima vous honore et signifie qu’il vous attend au nom de la mère, comme une mère attend la visite de ses enfants chez elle», a expliqué le commentateur de la célébration.

Pour la première fois de son histoire, le Sanctuaire de Fátima célèbre le pèlerinage international de mai sans pèlerins dans ses espaces, suite aux décisions sanitaires imposées par les autorités en raison de la pandémie provoquée par Covid-19.

Demain, le pèlerinage se poursuit avec la prière du Rosaire, à 9h00, dans la Capelinha das Aparições, suivie de la messe de la solennité de Notre-Dame de Fatima, présidée par le cardinal D. António Marto, évêque de Leiria-Fátima. Les célébrations de ce premier pèlerinage anniversaire international de 2020 se terminent par la procession d’adieu.

Reste avec nous, Seigneur, car le soir approche !

Il s’agit peut-être de la première invocation spontanée de celui qui éprouve la nuit noire qui pèse sur le monde écrasé par une pandémie globale ;

L’invocation de celui qui vit une nuit noire de la foi face au silence apparent et à l’absence de Dieu ;

L’invocation de celui qui tremble et trouve cette nuit étrange, si différente des nuits uniques du 12 mai – de véritables océans de lumières – et qui aujourd’hui ressemble à un désert sombre !

Le 5 avril dernier, quand j’ai annoncé, avec le cœur en larmes, que ce pèlerinage se ferai sans la présence physique des pèlerins, j’ai ajouté : même à partir de chez-soi il est possible de vivre ce moment avec un esprit de pèlerinage. L’Esplanade du Sanctuaire sera vide, mais ce ne sera pas le désert. Bien que séparés physiquement, nous serons tous ici spirituellement unis comme Église avec Marie, intensément, avec le cœur rempli de foi.

Oui, vous êtes tous ici, ceux qui nous suivent par les médias avec la lumière et la chaleur de la foi qui remplit nos cœurs.

La symbolique de ce soir, complétée par celle de la célébration de demain, nous permet de parcourir la géographie spirituelle qui forme la foule de dévots de Notre- Dame de Fatima répandus dans le monde entier : les 21 cierges qui représentent aujourd’hui les diocèses du Portugal et demain le bouquet de fleurs, tel un bouquet spirituel de l’Apostolat mondial de Fatima, qui représente nos émigrants et les pèlerins de tous les continents. Et spécialement uni à nous, un pèlerin spécial : le Saint-Père le Pape François !

En cette douloureuse épreuve, nous ne pourrions en aucun cas oublier la représentation de ceux qui ont le plus souffert et continuent de souffrir et de ceux qui se sont le plus battus et se battent pour la santé de tous et de leur dire qu’ils ont notre amitié et notre soutien par la prière : les défunts et leurs familles, les malades, tous les professionnels de santé, les soignants, les personnes âgées, les pauvres, les familles, les prêtres, le personnel de la protection civile, des transports, du nettoyage, de l’alimentation et d’autres qui mettent tout en œuvre, comme des bon samaritains.

Reste avec nous, Seigneur, car le soir approche !

« Nous voulons répondre à la pandémie du virus avec l’universalité de la prière, de la compassion, de la tendresse. Restons unis. Faisons
sentir notre proximité pour les personnes les plus seules et les plus éprouvées », voici l’appel du Pape François. Et nous lui répondons, dans un premier moment touchant, par la consécration du Portugal au Sacré Cœur de Jésus et au Cœur Immaculé de Marie ; et aujourd’hui par la prière du rosaire, la prière des moments difficiles comme Notre-Dame l’a révélé ici : « Priez le chapelet tous les jours afin d’obtenir la paix pour le monde et la fin de la guerre ». En méditant les mystères douloureux, nous nous unissons à toute l’humanité souffrante, évoquée dans la lecture du prophète Isaïe ; nous avons confié toutes ses douleurs et tous ceux qui souffrent au cœur maternel de Marie ; nous lui demandons de porter à tous de la tendresse et du confort pour dépasser cette épreuve comme lors de sa visite à Élisabeth et que soyons aussi, avec toute notre solidarité, des témoins :

« Le Seigneur guérit les cœur brisés ».

Reste avec nous, Seigneur, car le soir approche !

Oui, le Seigneur nous fait sentir sa proximité et la lumière qui illumine la nuit du monde par sa mère qu’Il nous a donné non seulement comme Mère des douleurs, mais aussi comme Mère de l’espérance, étoile qui guide la navigation des pèlerins de la foi dans l’océan de l’histoire en direction au port de l’éternité.

Notre prière Salve Regina s’étend dès le cri (nous crions) jusqu’au soupir (vers vous nous soupirons) une voix qui de notre exile invoque sa présence (Ô vous, notre Avocate), quand la lumière diminue et arrive la nuit. Avec la douceur de Marie dans notre cœur, rentrons tranquilles dans la nuit avec une petite prière : « Sainte Marie, Mère de Dieu, notre Mère, enseigne-nous à croire, à espérer et à aimer avec toi. Indique-nous le chemin vers son règne ! Étoile de la mer, brille sur nous et conduis-nous sur notre route ! (Benoit XVI) dans l’océan de l’histoire !

Sanctuaire de Fatima, 12 mai 2020.
† António Marto, évêque de Leiria-Fatima

page2image1909399136

Source: Sanctuaire de Fatima, le 12 mai 2020 (en portugais)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s