Les cinq « Ave Maria » que Sainte Mathilde de Hackeborn récitait avant de communier au corps du Christ.

Résultat de recherche d'images pour "Sainte Mathilde de Hackeborn""

Les cinq « Ave Maria » que Sainte Mathilde de Hackeborn récitait avant de communier au corps du Christ. Cinq « Je vous salue Marie » pour nous ouvrir au mystère eucharistique en lien avec cinq joies intimes de la Très Sainte Vierge :

1/ Etre mû par une sincère humilité : « Par le premier Ave Maria, Sainte Mathilde de Hackeborn rappelait à Notre-Dame le moment solennel où elle conçut dans sa virginale pureté, comme l’ange l’avait annoncé, son Fils, attiré de ses demeures royales jusque dans l’abîme de l’humilité. Sainte Mathilde de Hackeborn demandait ainsi la pureté de conscience et la sincère humilité ».

2/ Reconnaître et adorer son Dieu : « Par le second Ave Maria, Sainte Mathilde de Hackeborn lui rappelait cet heureux moment où elle prit son Fils entre ses bras, et le voyant pour la première fois en son Humanité, le reconnut pour son Dieu ; celle-ci demandait par là d’obtenir une science véritable ». (« science » : une connaissance de la présence de Jésus dans l’eucharistie, éclairée par l’Esprit Saint).

3/ Garder un cœur ouvert à la grâce : « Par le troisième Ave Maria, Sainte Mathilde de Hackeborn lui rappelait qu’elle fut prête en tout temps à recevoir la grâce, et n’y fit jamais obstacle, la priant de lui obtenir un cœur toujours ouvert à la grâce divine ».

4/ Rendre grâce à Dieu : « Par le quatrième Ave Maria, Sainte Mathilde de Hackeborn lui rappelait avec quelle dévotion et action de grâces elle recevait sur la terre le Corps de son Fils bien-aimé, reconnaissant mieux que personne le salut dont il est la source, pour les hommes, et elle demandait d’arriver à la vraie reconnaissance ».

5/ Demeurer dans la joie, jusqu’au seuil de la vie éternelle : « Par le cinquième Ave Maria, Sainte Mathilde de Hackeborn lui rappelait l’amoureuse réception que son Fils lui avait faite en l’appelant à lui, la priant de lui obtenir une grâce de joie au moment où elle serait aussi accueillie dans l’éternité, car si l’homme connaissait le salut qui lui vient par le Corps de Jésus-Christ, il en mourrait de bonheur ».

Je vous salue, Marie pleine de grâce ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.

Amen

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s