Sainte Marie Mère de Dieu.

Dans la forme extraordinaire du rite romain, l’Eglise fête ce jour la Maternité de la sainte Vierge Marie (Elle l’a fêtée le Ier janvier dans la forme ordinaire). Nous devons au pape Pie XI l’institution de cette fête en 1931.

       Si nous devons au Christ de nous avoir fait participer au droit qui lui appartenait en propre d’avoir Dieu pour père et de lui en donner le nom, nous lui devons également de nous avoir tendrement communiqué le droit d’avoir Marie pour mère et de lui en donner le nom. Et comme la nature elle-même a fait du nom de mère le plus doux d’entre tous les noms, et de l’amour maternel comme le type de l’amour tendre et dévoué, la langue ne peut pas exprimer, mais les âmes pieuses sentent combien brûle en Marie la flamme d’une affection généreuse et effective, en Marie qui est, non pas humainement, mais par le Christ, notre mère. 

            Avant de développer l’origine de cette fête, n’oublions pas que dans le cadre des apparitions de Fatima, nous savons que la négation de la Maternité divine de Notre Dame est une des 5 offenses envers le Cœur immaculé de Marie, citées par Notre Seigneur. 

            La connaissance et la pratique de la dévotion réparatrice des 5 premiers samedis est le but de cette communauté de Hozana. Cette dévotion est explicitée dans la partie ‘’prière ‘’ de notre présentation et a été donnée à sœur Lucie lors de l’apparition du 10 décembre 1925 à Pontévédra. Le nombre de premier samedi, 5, a été justifié lors de l’apparition de Notre Seigneur du 29 mai 1930 relaté par la lettre du 12 juin 1930 que sœur Lucie a adressée au père Gonçalves. 

Pourquoi cinq samedis et non neuf, ou sept en l’honneur des douleurs de Notre-Dame ?

            «Me trouvant dans la chapelle avec Notre-Seigneur une partie de la nuit du 29 au 30 de ce mois de mai 1930, et parlant à Notre-Seigneur des questions quatre et cinq, je me sentis soudain possédée plus intimement par la divine présence et, si je ne me trompe, voici ce qui m’a été révélé : «Ma fille, le motif en est simple. Il y a cinq espèces d’offenses et de blasphèmes proférés contre le Cœur Immaculé de Marie :

1) les blasphèmes contre l’Immaculée Conception,

2) les blasphèmes contre sa virginité,

3) les blasphèmes contre sa maternité divine, en refusant en même temps de la reconnaître comme Mère des hommes,

4) les blasphèmes de ceux qui cherchent publiquement à mettre dans le cœur des enfants l’indifférence ou le mépris, ou même la haine à l’égard de cette Mère Immaculée,

5) les offenses de ceux qui l’outragent directement dans ses saintes images.

            Voilà, ma fille, le motif pour lequel le Cœur Immaculé de Marie m’a inspiré de demander cette petite réparation, et, en considération de celle-ci, d’émouvoir ma miséricorde pour pardonner aux âmes qui ont eu le malheur de l’offenser. Quant à toi, cherche sans cesse, par tes prières et tes sacrifices, à émouvoir ma miséricorde à l’égard de ces pauvres âmes ».

            L’année précédente, le 13 juin 1929 à Tuy, sœur Lucie eut d’abord cette vision relative à la Sainte Trinité, « Je compris que m’était montré le mystère de la Très Sainte Trinité, et je reçus sur ce mystère des lumières qu’il ne m’est pas permis de révéler.»

            Puis ensuite, dans cette apparition, il y eu la demande de consécration de la Russie   ‘’ Ensuite, Notre-Dame me dit : « Le moment est venu où Dieu demande au Saint-Père de faire, en union avec tous les évêques du monde, la consécration de la Russie à mon Cœur Immaculé, promettant de la sauver par ce moyen’’. Puis Notre Dame ajouta : «Elles sont si nombreuses les âmes que la justice de Dieu condamne pour des péchés commis contre moi que je viens demander réparation. Sacrifie-toi à cette intention et prie. »

            Ainsi en offensant le Cœur Immaculé de Marie, par un ou plusieurs de ces 5 motifs, les âmes encourent la justice de Dieu, et nos sacrifices et la pratique de la dévotion réparatrice sauvent ces âmes. 

            Pour illustrer ce point, voici l’histoire d’un incident qui s’est produit en 1668 à Notre Dame du Laus, incident raconté par l’abbé Roger de Labriolle dans son livre ‘’Benoîte la bergère de Notre-Dame du Laus’’, à la page 120. (Le décret de reconnaissance officielle du caractère surnaturel des événements du Laus a été promulgué le 4 mai 2008 par Mgr Jean-Michel di Falco Léandri. ) 

            ‘’Elle portait un enfant au baptême à Remollon, où des huguenots (c’est-à-dire des protestants) lui demandent si elle croyait qu’ils se puissent sauver dans leur religion. “J’en laisse le jugement a Dieu !” répond-elle. La Vierge l’en reprit, lui disant qu’elle avait trop eu de respect humain et qu’elle n’avait pas dit la vérité, car si elle eût dit que NONquelques-uns d’eux se seraient convertis, ce qu’ils n’ont point fait. En punition, elle ne la verrait d’un mois’’ Un autre auteur nous dit que ‘’la pieuse bergère pleura longtemps cette faute’’

.

L’instauration de la fête de la Maternité divine de la Sainte Vierge.

            ‘’ Le Souverain pontife Pie XI voulut perpétuer le souvenir du concile d’Ephèse tenu 1500 ans auparavant par un témoignage durable de sa piété. C’est Pourquoi, comme il existait à Rome un glorieux monument de la proclamation d’Éphèse, savoir : l’arc triomphal de la Basilique Sainte-Marie-Majeure, sur l’Esquilin, orné par son prédécesseur Sixte III de superbes mosaïques, mais détérioré par l’injure du temps, il prit soin de le faire restaurer en même temps que l’aile transversale de la Basilique. Puis par une lettre encyclique, publié le 25 décembre 1931 ‘’Lux veritatis’’  il rappela les trois grandes vérités de la foi catholique

– Notre-Seigneur Jésus-Christ est un seul être, une seule personne.

– La sainte Vierge Marie est la Mère de Dieu.

– L’évêque de Rome, le Pape, a la primauté de magistère et de juridiction sur l’Église tout entière.

            Ensuite, il exposa pieusement et amplement l’ineffable privilège de la Maternité de la bienheureuse Vierge Marie, afin que la doctrine d’un mystère si excellent pénétrât plus profondément dans l’esprit des fidèles. En même temps, il proposa la Vierge Marie, Mère de Dieu, bénie entre toutes les femmes, avec la Famille de Nazareth, comme le plus noble exemple entre tous offert à notre imitation, tant pour la dignité et la sainteté du mariage chrétien, que pour l’éducation convenable à donner à la jeunesse. Enfin, pour que la liturgie gardât ce souvenir, il ordonna que la fête de la divine Maternité de la Bienheureuse Vierge Marie, avec Messe et Office propres, fût célébrée chaque année, le onze Octobre, sous le rite double de seconde classe, par l’Église universelle.’’

.            

Trois remarques pour conclure cette publication : 

1)      C’est au concile d’Éphèse aussi, que Nestorius été condamné (il affirmait que la Vierge Marie était seulement la mère de l’homme Jésus) et que saint Cyrille d’Alexandrie est apparu comme un champion invincible de l’orthodoxie catholique et de la sainteté.

2)        Il y eut récemment un débat de personnalités catholiques sur  »radio courtoisie », à propos des lois en cours d’examen au parlement, entre Jérôme Triomphe, avocat, le docteur Dor, pédiatre, président d’honneur de l’association « SOS tout-petits » et Jeanne Smits, journaliste. Il dure 1 heure 25 et vous pouvez l’écouter encore jusqu’au 13 octobre avec le lien   /www.radiocourtoisie.fr/2019/10/06/libre-journal-de-lumiere-de-lesperance-du-6-octobre-2019-un-combat-eschatologique-repondre-a-la-rupture-anthropologique/  . La première heure est consacrée aux lois de bioéthique, la suite au synode sur l’Amazonie qui se tient en ce moment à Rome. 

3)      Il y a 5 jours, eut lieu à Paris la manifestation contre la PMA. C’était le dimanche de la solennité de Notre Dame du Rosaire. Le lendemain, le site ‘’ Le salonbeige ’’ rendait le témoignage suivant que nous reproduisons: ‘’Notre combat est aussi (surtout) spirituel. Hier devant le couvent des Carmes, où ont été massacrés une partie des Martyres de septembre, les jeunes du Centre Charlier sous la direction de Jacques Arnould, entonnent 3 Je Vous Salue Marie, repris par de très nombreux manifestants’ 

    Le 4 octobre, ce même site avait publié le communiqué de ‘’SOS Tout-Petits’’ (Un des tout premiers mouvements contre l’avortement) invitant à venir manifester et précisant qu’un rosaire serait récité en fin de cortège. Effectivement ce dimanche, derrière la foule du second cortège, écartés par le service d’ordre de l’organisation qui nous a rappelé que cette manifestation se voulait ‘’aconfessionnelle’’, nous étions une petite cinquantaine, le chapelet à la main, sous la direction du président de ‘’SOS Tout-Petit’’ et son mégaphone, récitant et chantant, tous les ‘’ Je Vous Salue Marie’’ d’un Rosaire complet.  Ainsi, par 2 fois, publiquement, sans compter ceux qui récitaient tout seul ou entre eux le chapelet, (laïcs, prêtres, évêques, religieux et religieuses ), le nom de Marie était sur quelques lèvres.  

            Puisse Notre Dame accueillir et présenter à son divin Fils, ces prières publiques comme une réparation des blasphèmes proférés à propos de ces lois. Elles s’opposent à la volonté de Dieu, de voir le genre humain se développer suivant les lois qu’Il a fixées. 

«Elles sont si nombreuses les âmes que la justice de Dieu condamne pour des péchés commis contre moi que je viens demander réparation. Sacrifie-toi à cette intention et prie. » ( Notre Dame à Tuy le 13 Juin 1929)

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)

Source: https://hozana.org/publication/62753-sainte-marie-mere-de-dieu?utm_source=user&utm_medium=email_Hozana&utm_campaign=nouvelle_CP_6530

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s